Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tunisie : Le Facebooker Jabeur Mejri grâcié, est-il libre ?

Après avoir passé presque deux ans en prison, Jabeur Mejri, incarcéré pour avoir mis en ligne du contenu considéré comme offensant pour l'islam, a obtenu la grâce présidentielle, ont rapporté mercredi les médias tunisiens.

En mars 2012, Mejri avait été condamné à sept années et demi d'emprisonnement pour avoir posté des dessins du prophète Mahomet sur sa page Facebook. Son ami Ghazi Beji, qui avait publié un e-book titré “l'illusion de l'Islam”, avait écopé de la même peine par contumace après avoir fui le pays. Il vit maintenant en France où il a obtenu l'asile.

Ils ont été reconnus coupables de ‘publication de matériel susceptible de nuire à l'ordre public ou aux bonnes moeurs’, ‘insulte à autrui par l'intermédiaire des réseaux publics de communication’ et ‘atteinte à la moralité publique’.

Mejri s'est vu refuser à plusieurs reprises les demandes de grâce introduites par son équipe d'avocats, malgré les multiples promesses du Président par intérim Moncef Marzouki de le remettre en liberté.

Ainsi, s'exprimant en septembre dernier devant le Conseil des Relations Extérieures, M. Marzouki a dit qu'il “attend[ait] le moment politique propice” pour libérer Mejri.

“A présent dans cette situation avec les salafistes, d'une extrême violence, relâcher ce garçon en ce moment précis pourrait être dangereux pour lui”, ajoutait-il, critiqué par les défenseurs des droits humains, qui voyaient dans ses propos un prétexte pour garder Mejri en prison.

Sur Facebook, le bureau du Président a confirmé la grâce [arabe] :

الناطق الرسمي باسم رئاسة الجمهورية السيد عدنان منصر على موجات شمس إف إم :رئيس الجمهورية أمضى منذ أيام عفوا خاصا عن جابر الماجري في القضية الأصلية

Le porte-parole officiel de la Présidence de la République M. Adnan Mansar a déclaré sur Radio Shems FM : Il y a quelques jours, le Président de la République a signé une grâce spéciale pour Jabeur Mejri dans la première affaire

Sur Twitter les réactions ont suivi :

Ghassen Yahia fait référence à la nouvelle constitution tunisienne, qui garantit les libertés d'expression, de pensée et de conscience. Mais ce même texte, adopté en janvier dernier, interdit aussi les “atteintes au sacré”.

Yamina Thabet, présidente de l'Association tunisienne des minorités, a tweeté :

Cartoon in support of Jabeur Mejri, by Fey

Libérez… Jabeur Dessin en soutien à Jabeur Mejri, par Fey

Martin Pradel invite à la prudence :

Il a été grâcié, mais la remise en liberté de Mejri reste à confirmer. La radio privée Shems FM indique qu'il reste en prison pour une ancienne affaire contre lui.

Dans une déclaration publiée hier [19 février 2014], son comité de soutien a écrit :

Nous ne pouvons confirmer ou infirmer, pour le moment, ce nouveau rebondissement dans le dossier de Jabeur Mejri

En janvier dernier, la Ligue Tunisienne des Droits de l'Homme (LTDH) annonçait [anglais] la prochaine remise en liberté de Mejri qui se rendrait en Suède où il a obtenu l'asile.

Molka Chaari tweete :

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site