Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Manifestations en Thaïlande : les raisons de la colère des riziculteurs

Protesting farmers in front of the Ministry of Commerce in Bangkok. Photo by Karnt Thassanaphak, Copyright@Demotix (2/6/2014)

Des agriculteurs manifestant devant le ministère du Commerce à Bangkok. Photo de Karnt Thassanaphak, Copyright@Demotix (2/6/2014)

Récemment, des manifestations, menées par des riziculteurs ont secoué la ville de Bangkok. En cause, le défaut de paiement du gouvernement thaïlandais, dans le cadre d'un programme de subventions à la culture du riz. A hauteur de 130 milliards de bahts (près de 3 milliards d'euros), ces retards de paiements ont déjà touché plus d'un million de fermiers.

Introduit en 2011 après l'élection de la première ministre Yingluck Shinawatra, ce programme engageait le gouvernement à acheter à un prix compétitif le riz produit par les fermiers locaux, avant de le revendre. Un programme qui devait améliorer la situation financière des riziculteurs.

Pendant cinq décennies, la Thaïlande est demeurée la plus grande exportatrice du riz au monde, avant d'être doublée par l'Inde et le Vietnam. Le programme de subventions à la culture du riz est néanmoins critiqué pour ses pertes financières colossales.

Les manifestations des riziculteurs ont intensifié la crise politique [fr] que traverse le pays alors que les protestations anti-gouvernementales continuent de rassembler des milliers de Thaïlandais dans les rues de Bangkok.

La majorité des agriculteurs qui manifestent ne sont cependant pas affiliés au Comité de la Réforme Démocratique Populaire (People's Democratic Reform Committee), organisateur des manifestations anti-gouvernementales. En réalité, de nombreux fermiers sont issus de villages bastions du parti au pouvoir.

L'opposition a exprimé son soutien aux agriculteurs et initié une campagne de dons pour soutenir les manifestations. Elle a également dénoncé la corruption sévissant au sein du gouvernement Yingluck, responsable selon elle de la détresse actuelle des riziculteurs.

Pour sa part, le gouvernement a expliqué son incapacité à payer les agriculteurs par la dissolution du gouvernement, provoquée par les manifestations. Il a exhorté les manifestants à ne pas bloquer ou occuper les banques publiques.

Il assure néanmoins que des solutions seront trouvées pour s'acquitter des  paiements, rejetant également les critiques qui affirment que ce programme de soutien est devenu une désastreuse politique populiste:

La popularité du gouvernement ne constitue pas le but ultime de ce programme, mais simplement l'amélioration des revenus des agriculteurs, afin de leur assurer de meilleures conditions de vie, ainsi qu'un futur plus prospère pour notre nation grâce à la production de riz. Tout cela sans provoquer d'impact sur la discipline monétaire et budgétaire du pays.

Mais Bangkok Pundit pense qu'un nouveau programme de soutien devrait être appliqué par le gouvernement :

… d'autres formes d'aides financières qui n'impliqueraient pas le gouvernement dans la vente du riz serait une meilleure option. Une subvention directe similaire serait un procédé plus aisé à exécuter et à gérer. Vous pouvez définir un budget et ne pas avoir à subir tous les problèmes auxquels est confronté le gouvernement , soit tenter d'émettre des obligations et savoir à qui emprunter de l'argent.  

Voici quelques photos et réactions publiées sur Twitter. Sur cette photo, des fermiers ont aménagé un barrage routier près de Bangkok, la capitale du pays. 

Combien de riziculteurs thaïlandais faut-il pour bloquer les principales artères urbaines ? Pas beaucoup.

Les manifestants de Bangkok ont montré leur solidarité avec les agriculteurs en rassemblant des dons pécuniaires:

Les manifestants donnent de l'argent afin d'aider les riziculteurs, car nombre d'entre eux n'ont pas été payés par le gouvernement depuis octobre 2013.

@PravitR pense que la Première Ministre devrait rapidement présenter ses excuses auprès des fermiers:

Yingluck devrait rencontrer les riziculteurs immédiatement et s'excuser au lieu de jouer à cache-cache avec le PDRC.

Ce matin je prie pour que les riziculteurs soient payés à leur juste valeur pour tout le travail qu'ils accomplissent.

Personnellement je crois que le gouvernement politise le problème du riz par un retard de paiement en mettant uniquement la pression sur les banques, et en ignorant sa propre défaillance à vendre le riz

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site