Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le président nigérian limoge le patron de la Banque centrale pour ‘imprudence financière’

M. Sanusi Lamido Sanusi, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN), a été démis de son poste le 20 Février 2014 par le Président Goodluck Jonathan pour “imprudence et mauvais comportement en matière financière”. Il a depuis été remplacé par la doyenne des  vice-gouverneurs de la CBN, Madame Sarah Alade.

Un communiqué de presse du chargé de communicatif  donne en détail les motifs de la suspension de M. Sanusi: 

Ayant pris connaissance avec attention des rapports du Financial Reporting Council du Nigeria et d'autres organismes, qui indiquent clairement que le mandat de M. Mallam Sanusi Lamido Sanusi a été caractérisé par divers actes d'imprudence et de mauvais comportements qui sont incompatibles avec la vision que le gouvernement a d'une banque centrale  attachée aux valeurs fondamentales de la gestion économique :  prudence, transparence et discipline financières;

Également profondément préoccupé par les irrégularités de grande envergure constatées sous la gestion de M. Mallam Sanusi qui ont empêché la Banque centrale de poursuivre et réaliser son mandat légal, et

Déterminé à redresser de façon urgente la Banque centrale du Nigeria pour une plus grande efficacité, le respect des procédures et la responsabilité, le président Goodluck Ebele Jonathan a ordonné la suspension immédiate de M. Mallam Sanusi Lamido Sanusi de ses fonctions de gouverneur de la Banque centrale du Nigeria.

Sanusi Lamido Sanusi [Photo utilisée sous Creative Commons Licence]

Sanusi Lamido Sanusi [Photo utilisée sous Creative Commons Licence]

Ce n'est pas la première fois que les médias parlent de l'ancien banquier en chef du Nigeria. L'année dernière, le contenu d'une lettre qu'il avait adressée au président avait été divulgué à la presse :

M. Sanusi avait écrit une lettre au président Goodluck Jonathan en septembre détaillant le détournement de près de 50 milliards de dollars de recettes pétrolières par la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC). La lettre avait été reprise plus tard par la presse , devenant un sujet de débat public.

Bien que M. Sanusi ait réduit plus tard le montant des fonds manquants à 12 milliards de dollars, quand les collaborateurs du président Jonathan ont menacé de rendre publiques ses dépenses inconsidérées et ses flirts, le président avait conclu que la déclaration du gouverneur de la CBN avait été faite pour embarrasser le gouvernement et dénigrer la présidence.

La Nigerian National Petroleum Corporation a démenti les allégations de l'ancien gouverneur de la banque, en disant qu'il se mêlait de politique dans un article du journal Daily Trust:

La Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) dément les accusations attribuées au gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, M. Sanusi Lamido Sanusi, selon lesquelles elle détiendrait 49,8 milliards de dollars (équivalant à 8 trillions de dollars de Nairas), représentant 76% du total des revenus du pétrole brut de janvier 2012 à juillet 2013.

Le porte-parole de la NNPC, M. Omar Farouk Ibrahim, a déclaré dans un communiqué que l'allégation était le fruit d'une mauvaise connaissance du fonctionnement du secteur du pétrole et du gaz,  ainsi que des modalités de versement du produit des ventes de pétrole brut dans les comptes de la Fédération.

M. Sanusi, en colère,  avait, une nouvelle fois, à la fin du mois dernier, accusé la NNPC de corruption, selon un article de Premium Times : 

Le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, M. Sanusi Lamido, a pointé un doigt accusateur à nouveau mardi  contre la compagnie pétrolière publique, la Nigerian National Petroleum Corporation, NNPC, et l'accuse d'avoir oublié de payer sur le compte de la fédération au moins 20 milliards de dollars de recettes pétrolières destinées à l'État.

Avant l'annonce de son limogeage, une vidéo téléchargée sur YouTube par Chime Asonye, intitulée “Surmontant la peur de tout intérêt particulier, M. Sanusi Lamido à TEDxYouth @ Maitama” est devenue virale dans la blogosphère du Nigeria.

La suspension du patron de la banque a provoqué les foudres des internautes nigérians. Namama pense que c'est une nouvelle décision imprudente prise par le président :

GEJ a fait tant d'erreurs impardonnables, depuis le pillage de masse jusqu'aux massacres et aux remplacements de cadres professionnels pour des raisons égoïstes 

Tunde Bakare pense que la suspension de M. Sanusi n'arrêtera pas la corruption à la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) :

La suspension de M. Mallam Sanoussi est-elle la solution aux pratiques de corruption en cours à la NNPC ?

Helen Alfred estime que les Nigérians méritent de connaitre la vérité sur les fonds manquants dont M. Sanusi a parlé :

Nous méritons de savoir la vérité sur #whereisourmoney. Alors pourquoi limoger M. Sanusi pour nous l'avoir dit. Ou bien c'est pour la façon dont il l'a dit ?

Un autre twitto a accusé le gouvernement de pratiquer le deux poids deux mesures :

  @ @ stellaoduah et diezanimadueke conservent leur emploi alors que des enquêtes sont en cours. SLS [le gouverneur suspendu M. Sanusi Lamido Sanusi] est suspendu. 

Cependant, ce ne sont pas tous les tweets qui ont critiqué le gouvernement. Par exemple, le blogueur et écrivain Willy Wonka s'interroge sur la controverse sur Twitter :

Twitter est en pleine surchauffe sur le licenciement de # Sanusi. Mais les gens de la rue se réjouissent. Ai-je raté quelque chose ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site