Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Venezuela : Internet s'éteint à Táchira

Après seize jours de manifestations à travers le Vénézuela, Internet s'est éteint dans l'état du Táchira, pendant près de 36 heures. Les utilisateurs de Twitter et les sites d'informations ont rapporté que l'électricité semblait avoir été coupée également dans la région. Le 21 février, le journal vénézuélien El Universal a twitté : 

10:59 pm Les voisins de l'état du Táchira déclarent avoir passé les 24 dernières heures sans service Internet de CANTV.

Moises Maldonado, un ingénieur du Táchira, a twitté :

Dans le Táchira nous n'avions ni Internet, ni eau, ni lumière, ni nourriture, ni essence, ni transport [en commun], ni commerce. Mais on a des couilles, c'est ce dont le Vénézuela a besoin maintenant. 

C'est dans le Táchira que les manifestations ont commencé. Les répressions violentes des manifestants ont été particulièrement sévères dans l'état et beaucoup ont déclaré avoir vu des hélicoptères militaires voler au-dessus de leurs têtes. Noticiero24 a twitté : 

TÁCHIRA : zone militarisée sans internet http://t.co/81M2oHarsj les survols reprennent et les barricades sont maintenues. 

Les pannes d'Internet de cette ampleur sont sans précédent au Vénézuela. Mais ce n'est pas le cas du blocage du Net. Durant les six derniers mois, alors que l'inflation s'est envolée, dépassant les 50%, les sites d'évaluation en monnaies étrangères ont été beaucoup bloqués. Depuis que les manifestations se sont amplifiées la semaine dernière, des centaines de blogs et de site web couvrant les informations et les questions politiques ont été déclarés bloqués, à la fois sur Twitter et sur Herdict, une plate-forme de crowd-sourcing. Pendant plus d'une semaine, les utilisateurs du pays ont relevé des difficultés pour accéder à Twitter et une baisse brutale de la qualité de connexion à Internet. 

Au cours de cet incident plus récent, certains citoyens ont expliqué que le blocage ne concernait que le fournisseur CANTV gérés par le gouvernement mais qu'ils étaient capables de d'accéder à Internet via des connections mobiles. Mais d'autres  se disaient qu'ils étaient aussi incapables d'aller en ligne en utilisant d'autres fournisseurs. La journaliste Lorena Arráiz a twitté : 

Cela fait maintenant 24 heures que nous n'avons pas internet par ABA. 

Après deux jours de black out, le service est revenu. Le ministre des Sciences et des Technologies Manuel Fernández s'est excusé pour l'interruption, disant qu'il y avait eu des “problèmes dans le nord du Táchira et à San Cristóbal,” provoqués par de nombreux “incendies dans la ville”. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site