Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

10 choses que vous devez savoir sur les langues en danger

Ce post est initialement paru sur le blog Living Tongues (Langues vivantes) et est republié avec l'autorisation.

A l'occasion de la Journée internationale de la langue maternelle promue par l'UNESCO (21 février), je voudrais attirer l'attention sur certaines questions clés liées à la perte d'une langue. Avec l'amplification du mouvement pour la préservation et la revitalisation des langues partout dans le monde, les médias accordent une attention de plus en plus positive aux langues en voie de disparition. Ce qui est un grand pas pour les militants pour les langues autochtones qui veulent que leurs langues soient objet de plus de respect et de reconnaissance. Cependant, il existe encore de nombreux défis auxquels les militants des langues sont confrontés. Je veux partager cette liste pour aider le grand public à prendre conscience des difficultés de la lutte pour la revitalisation des langues, peut-être dissiper certains des mythes autour des langues en danger, en aidant à comprendre ce qui est en jeu quand une langue est perdue. 

Sans plus tarder, voici le top 10 des choses qu'on doit savoir sur les langues en voie de disparition:

10. Depuis le début du 20e siècle, les langues minoritaires ont cédé face aux langues dominantes à un rythme accéléré et sans précédent.

Ça va vite, surtout dans les anciennes colonies de peuplement. L'abandon des langues indigènes en faveur des langues étrangères se passe rapidement, et le processus est le résultat de la colonisation, de l'assimilation culturelle, de l'urbanisation et de la mondialisation. Quand il y a une réduction de la diversité locale, elle conduit à l'érosion culturelle, la perte des langues minoritaires, et peut même conduire à la perte de l'identité culturelle au fil du temps.

9. Jusqu'à la moitié des 7105 langues du monde peut être à risque de disparition

Plusieurs milliers de langues connaissent actuellement un certain niveau de menace. Il est important de noter que non seulement beaucoup de langues individuelles sont en danger, mais des familles entières de langues sont également en voie d'extinction, ce qui est une perte incommensurable pour l'humanité.

En termes d'évaluation des dangers encourus par des langues individuellement considérées, on ne peut pas toujours déterminer si une langue est stable seulement sur la base du nombre de ses locuteurs. Parfois, il y a des langues qui ont toujours de très grandes populations d'utilisateurs, mais dont l'âge moyen est supérieur à 50 ans. C'est un indicateur que ces langues ne sont pas transmises aux enfants. Ces langues ne sont donc pas stables, et le nombre de personnes les parlant couramment va bientôt diminuer. Une langue peut être perdue en une génération ou deux. Dans d'autres cas, le nombre de locuteurs d'une langue peut être faible, mais avec suffisamment de locuteurs de tous les groupes d'âge qui l'utilisent. C'est une indication qu'elle est encore transmise aux plus jeunes membres de la communauté. Elle pourra encore survivre pendant de nombreuses générations à venir.

8. Beaucoup de langues en voie de disparition n'ont jamais été enregistrées ni écrites.

C'est vrai. Il y a beaucoup de langues à travers le monde qui n'ont pas d'enregistrements audio. Avoir des enregistrements audio de haute qualité de mots et de phrases dans une langue est un outil essentiel pour une communauté qui n'a plus de survivants qui la parlent, et souhaitent préserver sa prononciation correcte après la disparition des derniers locuteurs, si cela signifie la fin du processus de d'adoption d'une autre langue que la communauté connaît. Les prochaines décennies constituent une période cruciale pour l'enregistrement des derniers locuteurs des langues les plus gravement menacées, et pour soutenir les militants des langues en danger et des langues indigènes qui font un excellent travail pour relancer certaines qui sont relativement moins menacées dans leurs communautés. Des enregistrements de haute qualité sont également essentiels pour les linguistes qui souhaitent analyser les sons et la structure des langues, et aider les collectivités à élaborer des outils linguistiques appropriés pour la transmission des langues.

En outre, de nombreuses cultures ont transmis leur héritage à travers des traditions orales, sans l'utilisation de systèmes d'écriture pour la transmission des connaissances. Cependant, la nécessité d'une orthographe convenable se pose lorsque des locuteurs souhaitent que leurs langues soient enseignées dans les écoles, ai une présence dans les médias et soient reconnues par les autorités publiques. Dans certains cas, si le système d'écriture est créé trop vite, il pourrait ne pas saisir avec précision des sons complexes trouvés dans cette langue. Les meilleurs systèmes d'écriture sont créés lorsque ceux qui parlent couramment les langues travaillent avec des éducateurs les maitrisant et d'autres spécialistes. A condition qu'ils prennent tous le temps de créer un système d'écriture qui fonctionne bien pour les besoins de la communauté, et qui peuvent également être facilement utilisés sur les interfaces informatiques modernes. La création de bons systèmes d'écriture et la technologie d'accompagnement pour accueillir des caractères spéciaux, exige du temps, de la diligence, de la patience, de la coordination et de l'argent pour payer des gens pour travailler sur les projets.

7. La disparition de langues se constate dans presque tous les pays du monde.

Ça se passe près de chez vous. À l'exception des pays monolingues comme l'Uruguay (où de nombreuses langues autochtones ont été éradiquées), en Corée et dans une poignée d'autres pays, vous pouvez observer la perte des langues dans la plupart des pays dans le monde. Si vous habitez au Canada, aux États-Unis ou en Australie, vous pourriez être surpris de découvrir que la perte d'une langue n'est pas un phénomène exotique, mais il est aussi local. Beaucoup de langues autochtones dont vous avez entendu parler, celles des Premières nations, amérindiennes et les langues aborigènes sont en danger de disparition, à moins que leurs locuteurs ne mettent en place les ressources et l'infrastructure nécessaires pour garder leurs langues vivantes. Dans le cas de l'Europe, il y a aussi beaucoup de langues minoritaires locales dans diverses régions qui sont à risque d'être perdues.

Bien qu'il existe des langues menacées dans presque tous les pays, il est important de noter le changement de langues n'est pas uniformément distribué à travers le monde. On peut identifier des zones d'urgence, des Language Hotspots, qui sont les régions du monde ayant le plus haut degré de diversité linguistique, des niveaux les plus élevés de danger, et les langues les moins étudiées. Les régions à risque pour les langues sont les lieux dans lesquels l'enregistrement des langues est le plus plus urgent pour les générations actuelles.

 

6. Les langues minoritaires sont une partie importante du patrimoine culturel immatériel de l'humanité. 

Dans notre monde diversifié et multilingue, les langues sont une source de richesse culturelle. Façonnée par les lieux dans lesquels elles sont implantées, les langues minoritaires du monde codifient des systèmes de connaissances précieuses relatives à l'adaptation culturelle des peuples aux paysages locaux. Intimement liées à la diversité écologique, ces diverses langues locales sont des réservoirs de taxonomies et des connaissances environnementales accumulées au fil des générations. L'extinction d'une langue peut aussi conduire à la disparition d'anciennes traditions spirituelles. Des pratiques autrefois exécutées dans cette langue pourraient ne plus se perpétuer de la même façon que précédemment, et donc le maintien de la langue est également nécessaire pour maintenir intactes des traditions spirituelles.

5. Les militants pour les langues autochtones et leurs alliés linguistiques professionnels peinent souvent dans l'obscurité, pour peu ou pas de salaire.

Les militants pour les langues autochtones sont des locuteurs qui peuvent aider dans la conservation de leurs langues. Ils peuvent être impliqués dans l'enseignement des enfants et des adultes à parler la langue, l'enregistrement des connaissances des aînés, en organisant des ateliers, des événements culturels, etc. Ils sont souvent sous-estimés par la communauté, et en fonction des circonstances, ils travaillent étant payés peu ou prou. Bien sûr, il y a aussi de nombreuses communautés où les militants et les éducateurs linguistiques sont bien rémunérés pour leurs efforts, cela dépend, donc, vraiment de la situation locale. Le militantisme pour les langues est un travail à temps plein. Si les militants se fatiguent sans salaire, ils méritent d'être indemnisés.

Les alliés des spécialistes des langues sont généralement des chercheurs, des linguistes et autres travailleurs des médias ou des ONG qui utilisent leurs compétences et expérience pour aider les militants dans la conservation de leurs langues. Dans de nombreux cas, ces personnes font également don de leur temps, et ce sans être payés pour le temps qu'ils mettent dans les projets linguistiques. Assurer le financement des projets de documentation linguistique est très difficile et peut être problématique, car il ne peut être garanti d'année en année.

4. La documentation sur les langues est un travail fastidieux, mais fascinant.

Une documentation scientifique appropriée d'une langue nécessite des années pour sa réalisation et les meilleurs projets de documentation impliquent une collaboration fructueuse avec ceux qui la parlent couramment et d'autres membres concernés de la communauté. Le processus se trouve toujours renforcé par la participation de plusieurs linguistes formés pouvant apporter chacun son expertise.

3. Les programmes de revitalisation des langue sont des projets à long terme.

Réaliser un projet de revitalisation d'une langue n'est pas qu'un projet pour des stages d'été. Une véritable revitalisation n'est possible qu'avec un engagement à long terme de ses locuteurs, des éducateurs et des militants de cette langue au sein de la communauté. Les linguistes ne sauvent pas ou ne maintiennent pas des langues autochtones, et il n'y a pas de chemin simple pour la revitalisation des communautés.

2. Internet n'est pas en train de tuer les langues minoritaires.

Il y a une fausse idée répandue qui présente Internet comme un monstre tentaculaire puissant de la mondialisation, contribuant à la disparition des langues minoritaires. Toutefois, c'est le contraire qui est vrai. Internet offre une opportunité sans précédent pour les voix minoritaires de se faire entendre, grâce aux médias citoyens. En outre, les outils d'apprentissage des langues en ligne non seulement, aident à créer une visibilité pour les langues minoritaires sur le Web, mais aussi ils aident les intervenants à partager leurs connaissances pour maintenir des réseaux sur de grandes distances.

1. La technologie numérique ne remplacera jamais une communauté vivante de locuteurs, mais elle peut aider à préserver et enseigner les langues, ainsi que les communications entre les locuteur.

Les innovations dans la technologie audio et d'enregistrement vidéo aident à préserver les enregistrements; elles peuvent servir comme une aide à l'apprentissage et pour connecter des personnes à d'autres locuteurs de leur langue sans qu'ils vivent nécessairement dans le même endroit. Des communautés de locuteurs de langues en voie de disparition peuvent maintenant créer des espaces virtuels où ils peuvent écouter leur langue, peu importe où ils sont dans le monde. Des applications, des réseaux sociaux, des blogs et des forums de langue sont un excellent outil pour faciliter et améliorer la communication, mais bien sûr, ils ne peuvent pas remplacer les locuteurs eux-mêmes.

Merci de nous avoir lu. N'hésitez pas à partager cet article!

2 commentaires

  • […] Anna Luisa Daigneault partage dix choses dont vous devriez être informés sur les langues en danger, dont les possibilités offertes par la technologie pour la préservation et la revitalisation des langues.A l'occasion de la Journée internationale de la langue maternelle promue par l'UNESCO (21 février), je voudrais attirer l'attention sur certaines questions clés liées à la perte d'une langue. Avec l'amplification du mouvement pour la préservation et la revitalisation des langues partout dans le monde, les médias accordent une attention de plus en plus positive aux langues en voie de disparition. Ce qui est un grand pas pour les militants pour les langues autochtones qui veulent que leurs langues soient objet de plus de respect et de reconnaissance. Cependant, il existe encore de nombreux défis auxquels les militants des langues sont confrontés. Je veux partager cette liste pour aider le grand public à prendre conscience des difficultés de la lutte pour la revitalisation des langues, peut-être dissiper certains des mythes autour des langues en danger, en aidant à comprendre ce qui est en jeu quand une langue est perdue. …  […]

  • […] It was also translated into Spanish by Antuel D’Adam, via Global Voices Español, and it was translated into French by Adboulaye Bah via Global Voices […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site