Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maudits provocateurs contre libéraux mollassons : les nationalistes russes et l'intervention en Crimée

couchwars

“Super provocateurs contre libéraux mollassons” Montage photo de Kevin Rothrock.

[Sauf indication contraire les liens dirigent vers des pages en anglais]

Il y a différentes sortes de nationalistes en Russie. Comme l'indique leur étiquette, ils sont tous préoccupés par la protection des intérêts du peuple russe, qu'ils définissent par diverses expressions: ethnicité, langue, culture, tout ce qu'on voudra. Ils passent tellement de temps à construire une meilleure “collectivité imaginaire,” que l'on pourrait s'attendre à ce que les nationalistes russes parlent d'une seule voix sur la crise ukrainienne. Mais quand il s'agit des troubles actuels en Crimée, le nationalisme donne cependant des points de vue extrêmement différents sur ce que la Russie devrait faire.

On trouve même des désaccords fondamentaux sur la prochaine avancée de la Russie en Crimée parmi les critiques les plus convaincus de Vladimir Poutine. Par exemple, depuis le début de la crise politique à Kiev, Egor Prosvirnine, auteur du blog nationaliste “Sputnik & Pogrom,” a caressé l'idée de réintégrer l'Est de l'Ukraine à la patrie russe.

Aujourd'hui 28 février 2014, alors que les rumeurs d'intervention militaire de la Russie font la une des médias, Prosvirnine confirme le soutien de longue date de Sputnik & Pogrom au rétablissement de la souveraineté russe sur la Crimée. Prosvirnine a publié un éditorial [russe] où il s'oppose aux critiques qui, dit-il, accusent à tort son blog d'être “vendu” au Kremlin. “Contrairement à de nombreuses publications,” se vante-t-il, “nous [Sputnik & Pogrom] nous sommes fiers de ne pas avoir changé de point de vue depuis des décennies.” Prosvirnine poursuit en affirmant que l'unité ethnique russe est un préalable nécessaire pour faire tomber le “régime autoritaire” de Poutine et il explique que la chute de l'URSS a dispersé les Russes de souche en dehors des frontières post-soviétiques de la Russie et a vidé la “nation” des forces vives nécessaires à un “développement prospère, fort et libre”. Cela signifie que les Russes de Crimée (c'est vrai aussi pour la Biélorussie et le Nord du Kazakhstan) doivent être reconquis avant que les Russes ne puissent remettre en question Poutine.

Egor Prosvirnin, interview screenshot, April 29, 2013, YouTube.

Egor Prosvirnine, capture d'écran d'une interview du 29 avril 2013, YouTube.

Bien que Sputnik & Pogrom soit sans conteste un blog anti-Poutine, Prosvirnine garde le meilleur de son fiel pour ses confrères opposés à Poutine, et il traite les démocrates libéraux de dissidents “mollassons” qui font semblant de ne pas comprendre que l'intégration de la Crimée accélèrerait au bout du compte la consolidation de la nation russe (et par là même la chute du régime Poutine).

Au vu du mépris de Prosvirnine à l'égard des libéraux russes, Vladimir Milov -politicien de l'opposition et blogueur actif- n'a qu'un mot sur Twitter:

@KevinRothrock Réponse des libéraux : qu'il aille se faire foutre!

Milov est un ancien ministre de la Fédération Russe chargé de l'énergie, il dirige maintenant le parti politique d'opposition Choix Démocratique. Partisan de ce qu'il appelle le “nationalisme libéral [russe],” il a participé au mouvement “Arrêtez de nourrir le Caucase”, campagne pour la réduction des aides fédérales accordées à la Tchétchénie et sa région, avec sans doute l'objectif pour la Fédération Russe de se débarrasser de toute la région.

Sur la question du Nord Caucase, Milov et Prosvirnin sont d'accord. En réalité, leurs positions sur la Tchétchénie, et la pression qui en découle pour demander un visa d'entrée en Russie obligatoire pour les habitants du Caucase et d'Asie Centrale, sont la base du consensus nationaliste en Russie. Kirill Rodionov [russe], une autre personnalité de Choix Démocratique, a publié des articles qui vont dans ce sens, pour la promotion d'un système de visas et sur la nécessité [russe] de l'ethnicité russe en termes de développement économique et culturel au sens large. Rodionov a même publié [russe] dans Sputnik & Pogrom—huit fois [russe].

Comment se fait-il que l'un des membres du parti de Milov collabore avec un homme que Milov qualifie de “super provocateur” ?

La première chose à remarquer c'est que Milov a déclaré publiquement [russe] qu'il admettait une diversité d'opinions sur la politique ukrainienne en Russie au sein de Choix Démocratique. “Nous n'avons pas créé ce parti pour débattre des problèmes de politique étrangère,” écrit-il dans un article du LiveJournal le 23 février 2014, et il ajoute “notre objectif est de travailler à démocratiser la Russie.”

Vladimir Milov, interview screenshot, October 31, 2011, YouTube.

Vladimir Milov, capture d'écran d'une interview du 31 Octobre 2011, YouTube.

L'apparente ouverture d'esprit de Milov sur ce sujet est étrange, en particulier étant donné sa position sur la crise en Crimée, dont il a fait état dans un article [russe] sur Slon.ru le 24 février. Dans cet article, Milov soutient que les Russes ne doivent pas s'attendre à ce que l'élite ukrainienne -y compris les Ukrainiens de l'est de langue russe- accepte de se “faire piétiner sous la botte dictatoriale de Poutine.” De fait, il dénonce ouvertement la politique étrangère du Kremlin qui “exporte la dictature”. En d'autres termes, Milov rejette la réintégration de l'Ukraine de l'est en partie en raison d'un problème essentiellement de politique intérieure: la démocratie non stabilisée en Russie.

La discussion entre les nationalistes sur l'intervention en Ukraine devient curieusement un débat d'opinions sur la nature de la démocratie en Russie. C'est étrange car les nationalistes de l'opposition russe ont tendance à être d'accord sur la nature du régime Poutine et s'entendent à l'unisson sur la corruption du Kremlin et sa mauvaise volonté à protéger les Russes ethniques. Quand il s'agit d'aider la Crimée, cependant, certains (Prosvirnine) se réjouissent de prendre ce qu'ils peuvent aujourd'hui et démocratiser demain, alors que d'autres (Milov) sont partisans de faire le ménage chez eux d'abord.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site