Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des journalistes ukrainiens créent YanukovychLeaks pour dévoiler la corruption du régime

YanukovychLeaks

YanukovychLeaks.org, nouveau site créé par des journalistes ukrainiens pour publier les documents trouvés dans la résidence de Viktor Yanoukovitch. Nombre de ces documents témoignent du grave niveau de corruption du régime.

A sa fuite de Kiev [en anglais]  après l'escalade de violences lors du mouvement de protestation puis le retournement du Parlement, l'ancien président Yanoukovitch a laissé derrière lui son immense et luxueuse résidence en lisière de la ville, à Mejiguiria. Le palais a bientôt ouvert ses portes aux manifestants, aux journalistes et aux simples citoyens désireux de voir de leurs propres yeux comment vivait leur président.

Mais au milieu des bâtisses grandioses et des nombreux signes de richesse ostentatoires (un zoo ! un galion ! un terrain de golf !), journalistes et manifestants ont découvert un trésor bien plus important : des liasses de titres de propriété, des listes noires de journalistes et activistes politiques, des factures. Certains papiers avaient été à moitié brûlés, d'autres jetés dans les eaux du Dniepr, où ils flottaient non loin de la rive.

Le journaliste  Olexandre Aronets, qui s'est fait connaître par des directs en continu avec le mouvement Euromaïdan, a été l'un des premiers à découvrir ces documents flottant sur l'eau.

— Олександр Аронець (@aronets) February 22, 2014

Les documents en train de flotter sur le Dniepr!

Katia Gortchinskaïa, journaliste d'un hebdomadaire local en anglais “Kyiv Post” [anglais], a raconté le sauvetage des documents dans un tweet [anglais] :

Un plongeur prêt à s'immerger dans la ‘mer de Kiev’ gelée pour continuer à rechercher les papiers de Yanoukovitch à Mejiguiria

Une fois les documents sauvés et envoyés au séchage, un groupe de journalistes s'est aussitôt réuni pour photographier et cataloguer cette nouvelle base d'informations, de façon à la conserver pour des recherches futures.
Katia Gortchinskaïa a fait cette photo de leurs travaux:

Un assortiment des documents de Mejiguiria. Jour 2@natasedletska @annababinets @MichaelShchur @akymenko_y #Украина

Plus tard, Sergueï Lechtchenko, un journaliste de”la Pravda ukrainienne” connu pour ses enquêtes sur le patrimoine immobilier de Ianoukovitch, a publié des photos des documents en train de sécher dans le sauna de la résidence:

Те, що відбувається зараз в Межигір'ї – це унікальний навіть за світовими мірками проект. Кілька десятків журналістів копіюють тисячі сторінок знайдених тут доказів корумпованого нутра Януковича. На фото – включена сауна будинку для гостей Януковича, де сушаться виловлені в Київському морі документи.

Ce qui se passe en ce moment à Mejiguiria, c'est un projet unique dans les annales mondiales. Quelques dizaines de journalistes qui numérisent des milliers de pages de preuves de la nature corrompue du régime Yanoukovitch. Sur la photo : le sauna réservé aux invités, où sont en train de sécher les documents repêchés dans la mer de Kiev.

Tout en travaillant, les journalistes mettaient leurs trouvailles en ligne sur leurs comptes personnels des réseaux sociaux, par exemple, ces factures révoltantes postés par Katia Gortchinskaïa et Christopher Miller du “Kyiv Post“:

Le 24 juin 2009, Yanoukovitch a dépensé 7660 hryvnias en soins vétérinaires pour les poissons de Méjiguiria. J'espère qu'ils vont bien.

“Les soucis de Méjiguiria : les rennes désormais incontrôlables dévorent le gazon”. Photo Denys Bigus.

L'équipe de journalistes de l'hebdomadaire ukrainien anglophone “Kyiv Post” [en anglais] et celles de quelques autres médias ont compris très vite que le trésor qui se trouvait sous leurs yeux devait être conservé à tout prix, et ils ont donc décidé de collaborer tous ensemble pour documenter, conserver et numériser tout cela, avant d'écrire leurs articles.

Ils ont aussi collaboré avec le Centre de recherche sur la corruption et le crime organisé (OCCRP), un organisme réunissant plusieurs centres de recherche, de l'Europe à l'Asie centrale. Grâce à leur réactivité est né le site baptisé  YanukovychLeaks, sur lequel on peut voir dès maintenant des photos et des scans des documents trouvés dans la propriété de Yanoukovitch. Katia Gortchinskïa  tweete sa joie :

Les documents repêchés dans la rivière de Mejiguiria sont ici : Yanukovichkeaks.org. Fière de faire partie de l'équipe qui les a découverts

Les journalistes locaux et étrangers ont eux aussi beaucoup apprécié le nouveau site Web. Maxime Eristavi, journaliste pour une radio locale, pense qu'il va très bien marcher:

Dans l'Ukraine révolutionnaire, c'est le site le plus chaud de la Toile en ce moment : #yanukovychleaks

Le réseau mondiale des journalistes-enquêteurs (GIJN)  a aussi tweeté au sujet des YanukovychLeaks [en ukrainien, en anglais] et raconté en détails comment s'est mise en place cette initiative ukrainienne :

Comment des journalistes en #Ukraine ont repêché des documents dans une pièce d'eau  #Yanukovychleaks

The reporters soon learned that if the waterlogged piles were not separated and dried, they would turn into a pasty clump that could never be rescued. The team took over a boat shed the first night and then the next day moved to an opulent guest house on the grounds to lay out more documents. It became their headquarters. A sign outside reads “Journalism Investigation in Process – Do Not Disturb.”
— from GIJN piece “YanukovychLeaks: How Ukraine Journalists Are Making History”

Les journalistes ont tout de suite compris que si ces tas de papier gorgé d'humidité n'étaient pas mis en feuilles et séchés, ils allaient devenir une pâte dont on ne pourrait plus rien tirer. L'équipe a déménagé du hangar à bateaux qu'elle occupait la première nuit pour s'installer dès le lendemain dans la luxueuse maison des invités, où elle pourrait étaler plus de feuilles. Et en a fait son quartier général. A l'extérieur, une plaque annonce : “Investigations journalistiques en cours – Ne pas déranger”.
— Tiré du reportage “YanukovychLeaks: comment les journalistes ukrainiens font l'histoire”

Le blog The Lede “New York Times” a lui aussi  parlé [en anglais] de ce projet:

Des journalistes ukrainiens lancent YanukovychLeaks

Le 25 février, un membre de l'équipe YanukovychLeaks [en ukrainien] Natalie Sedletska  de Radio Liberté se félicite de la fréquentation du nouveau site:

— Natalie Sedletska (@natasedletska) February 25, 2014
En plus du site principal YanukovychLeaks.org [en ukrainien] l'équipe a aussi créé une page Facebook [en anglais] pour inviter d'autres journalistes ou citoyens à les aider dans ce travail.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site