Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : Manifestations contre un film évoquant la guerre d'indépendance

(Sauf mentions contraires, les liens renvoient vers des contenus en anglais.)

Gunday“, nouveau film sorti des studios de cinéma indiens Bollywood, a soulevé l'indignation chez certains au Bangladesh en raison de sa description de la guerre d'indépendance du Bangladesh en 1971. 

La première scène du film montre la guerre indo-pakistanaise de 1971 et passe sous silence les événements de cette même année ayant conduit à la création [de l'Etat] du Bangladesh. Ce passage ne met en relief que les treize derniers jours survenus à la toute fin de la guerre indo-pakistanaise et oublie l'élément essentiel qu'est la longue guerre de libération du Bangladesh [en français] contre le Pakistan, au cours de laquelle, selon les estimations, trois millions de personnes sont mortes.

C'est sur les réseaux que les Bangladeshis ont exprimé leur colère et ont exigé que la société de production derrière le film, Yash Raj, présente ses excuses.

Mais les manifestations ne se sont pas seulement déroulées sur internet. Plusieurs groupes de jeunes ont rejoint des manifestatations de rue à Dhaka, capitale du Bangladesh. Le gouvernemet bangladais a aussi exprimé officiellement sa condamnation [du film].

Affiche du film "Gunday". Image de Wikipedia.

Affiche du film “Gunday”. Image de Wikipedia.

Sur Twitter, Abdullah Al Nadim a écrit :

[1971] représente notre guerre de libération et pas seulement la guerre de l'Inde contre le Pakistan, qui n'était qu'un épisode de notre guerre de libération.

Quant à Worldfriend4u, il remet en cause les connaissances historiques du réalisateur du film :

Votre nation tout entière devrait avoir honte, tyran ignorant. Vous ne connaissez rien à l'Histoire.

Saima Selim a twitté : 

Bandes d'idiots, si vous n'arrivez pas à faire des recherches élémentaires [en histoire], n'essayez pas d'être supposément représentatifs.

Zarin Tasnim Maliha exprime son objection :

Quel grossier mensonge ! Bollywood a recréé à sa façon l'histoire de 1971.

Sur Facebook, Sedative Hypnotics prend appui sur des documents pour démontrer l'historicité des faits de la guerre de libération du Bangladesh de 1971 dont le film a mal rendu compte :

৯০ হাজার পাকিস্তানী আর্মি ভারতীয় বাহিনীর কাছে আত্মসমর্পণ করে নি। করেছে বাংলাদেশ-ভারত যৌথবাহিনীর কাছে। এই কপি টা ভারতের প্রতিটা ঘরে ঘরে পৌছায় দেবার দাবি জানাই। প্রথমে ‘গুন্ডে’ মুভির পরিচালকের বাসায়।

90 000 soldats pakistanais prisonniers n'ont pas capitulé devant l'armée indienne. Ils se sont rendus aux forces interarmées indo-bangladaises. Je demande qu'une copie de ce document de faits hitoriques parviennent dans toutes les maisons indiennes. Ces documents devraient être adressés en priorité au réalisateur de “Gunday”.

Mrityunjay Devrat, réalisateur du film “Children of War” [Les enfants de la guerre] d'après la guerre de libération du Bangaldesh, a fait part de son mécontentement à l'égard du film “Gunday” dans un entretien avec Bollywood Hungama, remettant en cause la façon dont la guerre est mise en scène :

If I am allowed to be honest, then I'd have to say that the makers of Gunday have been factually incorrect. I think it is hugely irresponsible and derogatory to use a sensitive subject such as the Bangladesh war for purely commercial purposes.

S'il m'est permis d'être tout à fait honnête, je dois dire que les [données utilisées par les] cinéastes de Gunday sont factuellement inexactes. Je trouve qu'il est hautement irresponsable et très désobligeant de traiter d'un sujet aussi sensible que la guerre du Bangladesh à des fins purement commerciales.

La société de production Yash Raj a présenté ses excuses sur son blog pour “tout manque de respect ou d'offense” que le film a pu causer chez les Bangladais.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site