Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Amérique Latine, les femmes disent non aux “compliments de rue”

(Sauf mention spéciale, les liens de cet article sont en espagnol.)

Depuis la nuit des temps, les compliments (fr) ont été considérés comme un moyen de conquête par excellence : ces phrases dites par les hommes pour attirer l'attention des femmes et les charmer. Cependant, il existe de nos jours un débat pour savoir si le compliment doit être revendiqué en tant que galanterie, ou si son usage relève de l'agression.

Dans un article datant de 2011, l'agence de presse Inter Press Service se posait déjà la question :

Algunos hombres lo reivindican como un halago y hasta una expresión poética. Pero para muchas mujeres, el piropo callejero es una forma de acoso que las ofende, las humilla y, en algunos casos, las denigra.

Certains hommes le revendiquent en tant que galanterie et vont même jusqu'à parler  d'expression poétique. Mais pour beaucoup de femmes, le compliment des rues est une forme d'harcèlement qui les offense, les humilie, et parfois, les dénigre.

Faites une recherche dans Google et vous trouverez des titres tels que “de jolis compliments pour trouver le grand amour”, “50 compliments pour concquérir des coeurs”, “107 compliments qui illuminent la journée des femmes”.

De nombreux artistes et internautes partagent photos et illustrations afin de dénoncer les compliments et d'exiger le respect envers les femmes.

L'illustrateur chilien, Marcelo Pérez, présente une de ses oeuvres dans laquelle des femmes expriment leur réaction suite à ces fameux “compliments” qu'elles reçoivent dans la rue.

 

Ilustración de Marcelo Perez, reproducida con su permiso.

Illustration de Marcelo Perez, reproduite avec autorisation.

Dans le premier dessin, la protagoniste affirme : “ceci n'est pas un compliment, c'est un baveux avec une face de taré qui n'a pas vu de femme pendant une année entière.” Dans la seconde image : “ceci est un attrapeur, une sorte de “sucker punch” complètement barré.” Dans la troisième : “ceci est une racaille qui crie des vulgarités (qui ne sont ni flatteuses ni séductrices) en pleine rue”. Et enfin : “ceci est le regard fixe et flippant d'un psychopathe sans paupières.” 

Depuis l'Argentine, l'auteur de Global Voices Jorge Gobbi publie sur son compte Flickr une phrase phare des mouvements féministes dans cette région du monde : “Je ne veux pas ton compliment, je veux ton respect.”

No quiero tu piropo, quiero tu respeto. De Morrisey en Flickr bajo licencia CC  Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

Je ne veux pas ton compliment, je veux ton respect. De Morrisey sur Flickr sous licence CC
Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

 

De son côté, Marta G. Terán partage une photo contenant cette même phrase, mais cette fois-ci la photo a été prise dans une rue du Nicaragua.

No quiero tu piropo, quiero tu respeto por la usuaria Martascopio en Flickr bajo licencia  CC Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

Je ne veux pas ton compliment, je veux ton respect. De Martascopio sur Flickr sous licence
CC Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

Une autre illustratrice, DevilKaty (qui possède en plus son propre blog) propose la tirade suivante :

Piropos según la ilustradora DevilKaty, por la usuaria DevilKaty en Flickr bajo licencia CC

Les compliments selon l'illustratrice DevilKaty sur Flickr sous licence Creative Commons (CC BY-NC 2.0)

- Hombre: Ustedes las minas son unas histéricas, cómo no les van a gustar los piropos.

- Sí. Es cierto, cómo no lo pensé antes. Me encanta que me acosen en la calle. Me siento asquerosamente halagada! Amo que un tipo que no conozco y que no me guste me mire las tetas solo por ser mujer. Es un honor ser denostada de tal forma! Adoro esa forma retorcida y pervertida de admiración!

- Hombre: Ya, sí, ya entendí.

- L'homme : Les filles, vous êtes toutes des hystériques, comment vous pouvez ne pas aimer les compliments.

- Oui. C'est vrai, pourquoi n'y ai-je pas pensé avant ! J'adore me faire harceler dans la rue. Je me sens horriblement flattée ! J'aime qu'un type que je ne connais pas et qui ne me plait pas me regarde les seins seulement parce que je suis une femme. C'est un honneur d'être remarquée de la sorte ! J'adore cette forme d'admiration tordue et perverse !

- L'homme : C'est bon, ça va, j'ai compris.

Et enfin, sur Facebook, vous pouvez trouver les initiatives suivantes qui remettent en question les compliments, à savoir s'ils sont une manière de flatter une femme ou s'ils sont vus comme un harcèlement.

Estamos en contra del acoso a la mujer con los piropos callejeros (Nous sommes contre le harcèlement envers les femmes sous forme de compliment des rues)

Paremos el acoso callejero (Stoppons le compliment des rues)

Mujeres y hombres en contra del acoso callejero (Femmes et hommes s'opposent au compliment des rues)

1 commentaire

  • Marine

    C’est vrai que certains hommes portent parfois certaines paroles ou attitudes plutôt déplaisantes. Il sont plus vulgaires que charmants. Mais j’ai lu cet article http://onspainschool.com/fr/los-piropos-en-espanol-complimenter-en-espagnol/ et je dois avouer que certains sont assez amusants, du moins je ne me sentirai pas offencée si on me les adressait, je serai plutôt amusée. Après, tout est aussi question de “délicatesse” de la part de la gente masculine.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site