Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

PHOTOS : ‘Theyyam’, le festival des dieux au Kerala, en Inde

Vishnumoorthi at Narikode. Image by Shaji Mullookkaran, used with permission

Vishnumoorthi à Narikode. Photo de Shaji Mullookkaran, avec son autorisation

Quand, en novembre, la région côtière du Kerala en Inde entre dans l'hiver, le festival du Theyyam, fêtes folkloriques rituelles du nord du Kerala et des régions voisines, commence. Joué dans plus d'un millier de temples, le Theyyam est connu pour les rythmes de ses tambours, ses danses et ses récits enchanteurs.

Les castes inférieures de la société participent généralement à Theyyam et toutes les histoires et les chansons parlent de la cruauté du système et des castes supérieures. Le rituel de Theyyam est la manifestation de Dieu à travers un être humain ordinaire, quand toutes les autres portes se sont fermées, et il ou elle est investi d'un statut divin.

Dans son livre fascinant “Nine Lives” (Neuf vies), William Dalrymple décrit en détails la transformation des hommes en demi-dieux quand arrive la saison de Theyyam :

Cela se passe uniquement pendant la saison de Theyyam, de décembre à février. On abandonne notre travail et on devient des artistes de Theyyam. Pendant quatre mois on devient des dieux. Tout change. On ne mange plus ni viande ni poisson et il nous est interdit de coucher avec nos femmes. On apporte notre bénédiction au village et aux villageois et on exorcise les mauvais esprits. Nous sommes l'instrument qui permet aux gens de remercier les dieux et de leur demander d'exaucer leurs prières et leurs voeux. Bien que nous soyons tous des dalits (intouchables) même les plus religieux et les plus respectueux des castes parmi les Brahmanes Namboodiri nous respectent et font la queue pour nous toucher les pieds.

De nombreux récits et recherches sur les festivals Theyyam existent mais le rituel reste un mystère pour beaucoup et pour ceux qui ne sont pas de cette région. La plupart des rituels sont effectués la nuit et certains sont même interdits aux femmes.

Malgré cela, le festival est présent sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, les internautes ajoutent des photos de Theyyam sous le mot-dièse NarikodeTheyyam2014Animesh Xavier, un artiste utilisateur de Google+, a fait un compte-rendu des évènements [hindi] pour une station TV sur internet et a dessiné des scènes des festivités de Theyyam.

Shaji Mullookkaran [hindi], photographe passionné et blogueur, a posté une invitation sur Google+ pour demander à tout le monde de se joindre à la promenade photographique de Theyyam qu'il organise cette année, comme les années précédentes, dans sa ville de Narikode, près de Kannur au Kerala.

Picture by Shaji Mullookkaran, used with permission

Une déesse Theyyam. Photo de Shaji Mullookkaran, avec son autorisation

Environ vingt personnes ou même davantage, actives sur les réseaux sociaux, ont répondu à l'invitation et ont accompagné Shaji à quelques-unes des représentations, appareil photo en main. Il en est sorti quelques très belles photos de ce monde intriguant, où les dieux descendent sur terre.

Kumar Upasana [hindi], qui vit au Koweit, a fait un court séjour au Kerala et a fait un petit reportage vidéo de Puthiya Bagavathy Theyyam:


Seena Viovin [hindi], ingénieur informatique, a pris toute une série de photos avec une sensibilité féminine:

Picture by Seena Viovin, used with permission

Un Theyyam bénit un fidèle. Photo de  Seena Viovin, avec son autorisation

Photograph by Seena Viovin, used with permission

Des assistants aident à préparer la coiffe Theyyam. Photo de  Seena Viovin, avec son autorisation

Photograph by Seena Viovin, used with permission

Deux Theyyams en représentation devant un temple. Photo de Seena Viovin, avec son autorisation

1 commentaire

  • […] Avec ses roulements de tambour et ses danses entraînantes, le festival folklorique de Theyyam envahit plus d'un millier de temples chaque année au début du mois de novembre. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site