Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Chine veut tester des drones pour combattre le smog

 Pour ce qui est de sa guerre contre son air notoirement pollué, la Chine ne manque jamais d'idées. Une entreprise de Pékin a récemment révélé ses plans de tester des drones qui serviraient à éliminer le smog des cieux pollués. Cela fait partie de la lutte que les autorités mène contre la pollution pour apaiser la colère de la population provoquée par la mauvaise qualité de l'air dans le pays.  

Le gouvernement chinois signale qu'il est prêt à utiliser la technologie de pointe dans cette longue lutte. Pékin a déclaré qu'il effectuerait des essais en vol de drones à voilure souple dans les ports et les aéroports qui seraient choisis plus tard ce mois-ci. L'objectif est de pulvériser des catalyseurs qui favorisent la coagulation des substances polluantes et, par conséquence, la précipitation de celles-ci au sol. 

Photo by Owen. Heavy smog engulfed Beijing in late February 2014. Electric traffic board reads:" Reduce outdoor activities in smoggy weather."

Photo par Owen. Un smog épais engloutit Pékin fin février 2014. Un panneau de signalisation électrique indique:” Réduisez vos activités à l'extérieur en temps du smog.”

On ne sait pas encore quels endroits le gouvernement choisira pour effectuer l'expérience. 

Cette annonce témoigne des problèmes épineux auxquels fait face le gouvernement chinois pour limiter la pollution atmosphérique, est intervenue lors d'un débat national intense sur les PM2.5, des particules fines considérées comme les plus nocives pour la santé publique puisqu'elles peuvent pénétrer dans les poumons des humains. 

Le drone à voilure souple peut porter trois fois plus de poids qu'un drone à voilure fixe. De plus, il est 90 pour cent moins cher. ‘Le coût d'achat et d'entretien du nouveau drone est de 20 à 30 pour cent moindre que celui des autres types’, selon Ma Yongsheng, le PDG de Aviation Industry Corporation of China (Corporation de l'Industrie d'Aviation de la Chine), la société soutenue par l'État qui développe les drones. Il était cité par le South China Morning Post.

« Le smog a empiré ces dernières années, ce qui non seulement affecte la circulation et la mobilité des gens, mais aussi menace la santé humaine », dit la société à ce journal chinois. « Réaliser un travail efficace d'élimination du smog grâce à l'aviation est devenu l'un des nombreux champs sur lesquels l'industrie aéronautique chinoise travaille. »

La pollution atmosphérique est tenue responsable pour une espérance de vie réduite au Nord de la Chine et elle contraint souvent des écoliers à faire leurs activités seulement à l'intérieur.

L'indignation publique est devenue si grande que le gouvernement ne peut plus se permettre de détourner les yeux. Dans son discours lors de l'ouverture du Congrès Annuel National du Peuple,  cette semaine, le premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré que le gouvernement s'attaquerait à la pollution de front. « C'est avec détermination que nous déclarerons une guerre contre la pollution, tout comme nous avons déclaré une guerre contre la pauvreté », a-t-il dit. 

Depuis ‘l'airpocalypse‘, début 2013, la Chine a recouru à méthodes variées, allant des mini-filtres distribués aux policiers pour protéger leurs organes respiratoires jusqu'à la pluie artificielle qui emportait la saleté, pour minimiser l'impact du smog sur la santé humaine.

Sur un plan plus pratique, les autorités chinoises ont fait le voeu de réduire la production de l'acier et l'utilisation du charbon, ainsi que d'éliminer progressivement la surcapacité industrielle. Mais des mesures pareilles augmentent la pression sur le gouvernement qui doit diriger une économie qui tourne déjà au ralenti et s'éloigne d'un modèle axé sur les investissements. 

La nouvelle de l'essai  prochain de drones continue à faire les gros titres. Beaucoup de Chinois ont fait des commentaires moqueurs et mis en doute l'efficacité des drones.

Shuijin Ximo de Pékin a écrit sur Sina Weibo :

简直是扯淡纯扯淡 快下马吧 糟贱国家的钱

Ce n'est que des conneries, s'il vous plaît, laissez tomber le plan et ne gâchez pas l'argent de l'État. 

Nightmelodysearching a dit

治标不治本

Ce n'est utile que sur la surface, cela n'aborde pas la cause première

Le même sentiment résonne dans le commentaire de Wuweiwo:

这个方法恐怕是杯水车薪吧,中国有史以来对抗自然的只有失败二字;再说即使有所成效也只是治标不治本

Je crains que cette méthode fasse trop peu pour résoudre le problème. À travers l'histoire, la Chine a toujours essuyé des échecs lorsqu'elle essayait de combattre la nature. D'ailleurs, même si cela s'est révélé être efficace, ce n'est utile que sur la surface, cela n'aborde pas la cause première.

Dahao Haotou, lui-aussi, est sceptique: 

雾霾这东西还是治本才靠谱,我想问你用化学的东西让雾霾消失了,能告诉我们原理和消除雾霾过程中会不会释放有害气体或物质吗?会不会仅仅是让微粒增大后自动落地,这样空气看起来就干净了!?

 Je me demande s'il faut s'attaquer à l'origine du smog après s'en être débarrassé grâce à l'utilisation des produits chimiques ? Y aura-t-il une substance ou un gaz nocifs libérés lors du processus d'élimination ? Ou est-ce juste pour soutenir des particules fines et les laisser tomber automatiquement ? L'air serait-t-il plus pur ?!!

Anywei, un responsable technologique dans une compagnie commerciale pékinoise, a réagi en plaisantant:

因雾霾过大,该无人机试验屡次延后,最终取消项目。

À cause de la densité du smog, le test du drone a été reporté des centaines de fois et a fini par être annulé en fin de compte.

Kaixin de Qingyu, une résidente de Shenyang, accueille bien l'essai. Elle dit

不试怎知道。还是试一下好。 

Nous ne saurons pas, si nous n'essayons pas. Il est mieux d'essayer. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site