Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les hauts responsables russes sanctionnés pour la Crimée ironisent sur Twitter

Soviet statue Mother of the Motherland claims its post-referendum prize. Anonymous image found online.

La statue soviétique de la Mère-Patrie brandit son trophée d'après-référendum. Image anonyme trouvée en ligne.

Dans le sillage de référendum de Crimée du 16 mars 2014, dont les votes (truqués ou non) se sont massivement prononcés pour le rattachement à la Fédération de Russie, la Maison Blanche a publié un décret [anglais] gelant les avoirs financiers de sept hauts responsables russes considérés responsables de menaces sur l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Il leur est également interdit de se rendre aux Etats-Unis.

Deux de ces responsables sont actifs sur Twitter, et un troisième y a un avatar extrêmement populaire qui régulièrement persuade les médias par la ruse que son compte est réel. Comment ces “micro-blogueurs” réagissent-ils aux sanctions qui leur sont infligées ?

L'un d'eux est Dmitri Rogozine, le Vice-Premier Ministre du gouvernement russe chargé du complexe militaro-industriel, qui tweete sur @Rogozin. Il n'a pas semblé particulièrement impressionné, laissant entendre qu'il n'avait pas d'avoirs que pourrait concerner le décret d'Obama :

Camarade Obama, que doivent faire ceux qui n'ont ni compte ni bien à l'étranger ? Vous n'y avez pas pensé ? )

Il a tweeté par la suite :

A mon avis, c'est un plaisantin qui a écrit le projet de décret du Président des USA ) [note de l'éditeur : “)” est un smiley élégant.]

Elena Mizoulina, aussi visée par les sanctions, est une députée russe responsable d'une grande partie des récentes lois discriminant les homosexuels ainsi que de celle, célèbre, de 2012 qui interdisait les adoptions d'orphelins russes par des Américains. Elle tweete sur @emizulina, et a aussi riposté sur Twitter. D'abord, comme Rogozine, elle a affirmé [russe] que ni elle ni sa famille n'avait de biens “hors des frontières de la Fédération de Russie.” Elle a aussi prétendu que les sanctions contre elle étaient motivées par sa position sur l'homosexualité et d'autres sujets, et non la Crimée :

Je pense qu'on s'est souvenu de moi pour une série de lois très médiatisées, en rapport avec la protection des enfants contre les information nuisant à leur santé et à leur développement [la loi interdisant la propagande homosexuelle -Note de l'éditeur.]

Les Etats-Unis essaient de faire pression sur moi pour me forcer à changer d'avis. Ma réponse à mes adversaires : rien de tel ne se produira !  

Malgré toutes ses proclamations qu'elle n'était pas touchée par les sanctions, les tweets de Mme Mizoulina se sont faits peu à peu plus stridents, pour culminer avec cette formulation un peu étrange :

J'estime que ce qui se passe est une violation grossière de mes droits et libertés, de citoyenne et de femme politique.

Vladislav Sourkov, l'ex-éminence grise du Kremlin, rétrogradé à la politique ukrainienne de la Russie, figure également sur la liste de la Maison Blanche. Si Sourkov ne tweete pas lui-même, l'individu facétieux qui tient le faux compte @SurkovRussia a plus de 60.000 abonnés, et réussit jusqu'à présent à faire croire aux journalistes et autres blogueurs qu'il est l'authentique. A n'en pas douter, la nouvelle a valu à @SurkovRussia son jour de gloire :

Qu'est-ce que j'ai comme “biens aux USA” ? Ça me revient ! Il y a un an j'ai oublié des chaussettes et un disque de Tupac à l'hôtel à Chicago. Qu'ils gèlent les chaussettes. Mais dommage pour Tupac.

Vladislav Sourkov est un fan connu de Tupac Shakur et autre musique de rap. De fait, dans des propos rapportés aujourd'hui par Moskovskiy Komsomolets, le vrai Sourkov a affirmé [russe] que ce qui l'intéresse des Etats-Unis c'est Tupac, Allen Ginsberg et Jackson Pollock, et qu'il n'a pas besoin d'aller en Amérique pour les goûter.

Les hauts responsables russes n'ont pas été les seuls à se moquer de sanctions qui paraissent extrêmement limitées et faibles — probablement trop faibles pour influer sur la politique étrangère de la Russie. Depuis sa résidence surveillée Alexeï Navalny a crié sur les toits :

La liste des 7 personnes soumises aux sanctions est risible. Obama a seulement égayé tous nos escrocs et voleurs et les a encouragés.  

1 commentaire

  • […] "Camarade Obama, que doivent faire ceux qui n'ont ni compte ni bien à l'étranger ? Vous n'y avez pas pensé ? )" -Dmitri RogozineDans le sillage de référendum de Crimée du 16 mars 2014, dont les votes (truqués ou non) se sont massivement prononcés pour le rattachement à la Fédération de Russie, la Maison Blanche a publié un décret [anglais] gelant les avoirs financiers de sept hauts responsables russes considérés responsables de menaces sur l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Il leur est également interdit de se rendre aux Etats-Unis. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site