Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La journaliste éthiopienne Reeyot Alemu est en prison depuis 1.000 jours

[Liens en anglais] Le 16 mars 2014 était le millième jour d'incarcération de la journaliste éthiopienne Reeyot Alemu. Elle purge une peine de cinq années après avoir été déclarée coupable de terrorisme en janvier 2012.

Jailed Ethiopian journalist Reeyot Alemu.Photo source: Facebook page of Free Reyoot Alemu campaign.

La journaliste éthiopienne emprisonnée Reeyot Alemu. Photo via la page Facebook de la campagne Free Reyoot Alemu.

Professeur d'anglais, Reeyot est titulaire du prix mondial de la Liberté de la presse Guillermo Cano de l'UNESCO, du prix Hellman/Hammett, et du prix du Courage en journalisme de la Fondation internationale des médias féminins.

Selon le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), le gouvernement éthiopien a depuis 2011 condamné 11 journalistes et bloguers indépendants, dont Reeyot et Eskinder Nega en vertu d'une loi anti-terrorisme à large spectre. Parmi les emprisonnés se trouvent deux journalistes suédois avec une condamnation à 11 années pour soutien allégué à un mouvement rebelle d'ethnie somalienne.

Dans ce billet, le blogueur BefeQadu Z Hailu décrit la condition des journalistes éthiopiens emprisonnés :

Si l'objectif de l'emprisonnement est de corriger les condamnés, alors encourager la lecture et l'instruction devrait être un des outils pour y parvenir. Les deux sont autorisés à la prison de Kality mais pas aisément pour ces journalistes et les autres qui sont condamnés en relation avec le ‘terrorisme’.

Ces détenus ne sont pas autorisés à avoir des livres. “En particulier le genre de livres dont les titres combinent les mots ‘Ethiopie’ et ‘histoire’ n'est pas permis”, dit Eskinder. C'est vrai également pour la section de Reeyot Alemu et d'autres comme Wubshet Taye, Bekele Gerba, etc.

Les journaux et magazines indépendants locaux ne sont pas autorisés non plus ; Eskinder m'a encore expliqué que les télévisions d'information comme BBC et Aljazeera ne sont pas autorisées à la vue dans les zones où lui et les autres sont détenus.

Reeyot Alemu, après un rude combat avec la direction de la prison et la médiatisation de son histoire, est maintenant autorisée à suivre un enseignement à distance. Mais elle a toujours du mal à obtenir des livres supplémentaires autres que ceux que lui envoie directement l'Université.

Les utilisateurs de Twitter ont marqué à l'aide du mot-dièse #ReeyotAlemu leur solidarité avec la journaliste emprisonnée. Voici quelques tweets  :

J'espère que le monde s'intéresse à elle aussi ! On attend toujours une campagne ! MT @LisaMisol: La journaliste éthiopienne #ReeyotAlemu à son 1000e jour en prison.

Le gouvernement EPRDF d'Ethiopie continue à montrer sa faiblesse et sa paranoïa puisqu'une journaliste comme Reeyot Alemu lui fait une peur bleue. Libérez-la

Pourquoi les dictateurs du tiers-monde ont-ils plus peur des journalos que de la mort elle-même ? Un signe de faiblesse. Ils ont la trouille des idées et de ceux qui en ont !

Ethiopie – 1.000e jour en prison aujourd'hui pour la journaliste Reeyot Alemu. On lui refuse les visites de sa famille. Pourquoi Ashton de l'UE se tait ?

Le 16 mars, cela fait 1.000 jours que Reeyot Alemu est en prison et prouve que l'Ethiopie est gouvernée par la dictature, l'injustice et l'oppression

“La journaliste Reeyot Alemu emprisonnée en Ethiopie depuis 2011 Profession : éditorialiste, professeur Coupable de “promotion ou communication d'un acte terroriste Condamnation : 14 ans de prison ramenée en appel à 5 ans”
Ethiopie : le journalisme n'est pas le terrorisme. Libérez la journaliste lauréate Reeyot Alemu, accordez-lui les soins médicaux.

1 commentaire

  • […] Le 16 mars, la journaliste éthiopienne Reeyot Alemu vivait sa 1000ème journée de prison. Les utilisateurs de Twitter lui expriment leur solidarité sous #ReeyotAlemu.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site