Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Zambie: Le fils du président menace un journaliste, “Nous vous tuerons”

Le mariage de Sata Kazim, le fils du président zambien Michael Sata. Photo de la page Facebook de Zambia Watchdog

Un journaliste qui devait être jugé dans une affaire qui le lie au site Zambia Watchdog, un média électronique d'enquêtes et d'informations actuellement bloqué en Zambie, a été récemment été battu et menacé de mort. Son agresseur présumé ? Le fils du président zambien Michael Sata.

Kazim Sata est venu récemment sous les projecteurs après son mariage, auquel son père n'avait pas assisté en raison d'un voyage hors du pays. Certains médias ont rapporté que le président s'était rendu à une destination inconnue, tandis que d’autres avaient indiqué qu'il s'était rendu à New Delhi pour des raisons médicales. Quelques semaines plus tard, le président Sata est apparu au Zimbabwe voisin assistant au mariage de la fille du président Robert Mugabe, Bona.

Selon Zambian Watchdog, qui a signalé l'incident, Kazim a accosté le journaliste Thomas Zgambo dans le district de  Kabwata à Lusaka, à environ trois kilomètres du palais présidentiel, lui assénant des coups de poing et des injures. Le site a rapporté:

Le fils du président Michael Sata Kazimu a attaqué ce (mercredi) matin le journaliste Thomas Zgambo sans raison apparente.

Kazim qui se trouvait dans sa Mitsubishi Pajero, immatriculée ALB 9252, conduite par un autre, a repéré Zgambo dans un club social à Kabwata. Il est descendu de son véhicule.

Il est allé droit sur Zgambo et l'a bourré de coups de poing sur les côtes tout en criant “iwe [vous] … [épithète supprimé].

L'incident a choqué les gens qui étaient dans le club de Kabwata où Zgambo s'était arrêté pour rencontrer des amis.

Zgambo aurait dit :

Je vais écrire à son père. Kazim est complètement stupide. Comment peut-il se mettre à traiter les gens comme ça ? Quoi qu'il arrive, son père ne gouvernera que pour un maximum de dix ans, ensuite ça va changer.

Katuba old boys (Katuba vieux garçons), un lecteur qui a commenté l'événement, a rappelé comment l'un des enfants de l'ancien président Frederick Chiluba avait l'habitude de harceler les gens ordinaires. Il a écrit [les commentaires n'ont pas de permalien] : 

Le soi-disant fils du président va seulement embarrasser son père, et il devrait se rappeler la façon dont Castro a été traité après que son père a quitté la présidence. Le gars a été chassé et battu chaque fois qu'il essayait de se déplacer. Il devrait se rappeler que le temps viendra où il n'y aura pas de gardes du corps ni de Pajeros à conduire. C'est triste pour les Africains

Zgambo fait partie des nombreux journalistes qui ont été arrêtés ces derniers mois pour des liens présumés avec le site Zambia Watchdog. Le journaliste indépendant Wilson Pondamali qui a été arrêté en même temps que Zgambo et l'ancien professeur de journalisme Clayson Hamasaka, ont depuis été acquittés.

2 commentaires

  • […] Frappé et menacé par Kazim Sata, le journaliste indépendant Thomas Zgambo va passer en justice pour une affaire liée au site Tpourhe Zambian Watchdog.  […]

  • […] Frappé et menacé par Kazim Sata, le journaliste indépendant Thomas Zgambo va passer en justice pour une affaire liée au site Tpourhe Zambian Watchdog.Un journaliste qui devait être jugé dans une affaire qui le lie au site Zambia Watchdog, un média électronique d'enquêtes et d'informations actuellement bloqué en Zambie, a été récemment été battu et menacé de mort. Son agresseur présumé ? Le fils du président zambien Michael Sata. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site