Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Netizen Report : Obstacles à Internet même dans des démocraties avancées

Un soldat non identifié semble défendre un chat russophone, qui se moque de la situation. Image non attribuée

Un soldat non identifié semble défendre un chat russophone, qui se moque de la situation. Image non attribuée

Ellery Roberts Biddle, Lisa Ferguson, Weiping Li, Hae-in Lim, Bojan Perkov et Sarah Myers ont contribué à l'écriture de ce billet.

[Liens en anglais] Le Netizen Report de Global Voices Advocacy offre un aperçu international des difficulté, victoires et tendances émergentes en matière de droits de l'Internet dans le monde entier. Le rapport de cette semaine commence en Russie, où la pression sur les sites d'information indépendants étaient à son maximum la semaine dernière à cause des tensions rapidement croissantes autour de la Crimée.

En vertu d'un ordre du procureur général, trois nouveaux portails d'informations de l'opposition : Kasparov.ru, Grani.ru, et EJ.ru-ont été bloqués suite à des accusations selon lesquelles ils ont appelé à “une activité illégale et à la participation à des manifestations qui sont menées contre l'ordre établi” . Le site très populaire du blogueur et figure de proue de l'opposition Alexey Navalny, qui est actuellement en résidence surveillée dans le cadre d'une affaire de détournements de fonds publics, a également été bloqué. En outre, la rédactrice en chef de l'important site web d'information Lenta.ru a été licenciée sous la pression du Kremlin. Selon une lettre [russe] publiée sur le site par les employés de Lenta.ru, son licenciement viole les lois russes sur les médias.

Le journaliste russe Alexandre Erenko a également été renvoyé de son travail après avoirrepris un commentaire critique de Facebook invitant M. Poutine à “occuper” la région russe de Vologodsk, où l'infrastructure publique est en mauvais état et de nombreux habitants n'ont pas accès aux soins de santé.

Liberté d'expression : We (don't) Chat ? Comptes de médias sociaux d'écrivains désactivés en Chine

Les comptes de messagerie instantanée publics de plusieurs écrivains populaires sur la plate-forme de médias sociaux chinois WeChat ont été désactivés le 13 mars, dernier jour de la session du Congrès national du peuple. En 2013, la popularité de WeChat a augmenté de façon spectaculaire. Les experts des médias sociaux attribuent cela à la reconnaissance de la plate-forme comme une solution alternative populaire pour ceux qui souhaitent éviter la censure sur des plateformes telles que Sina Weibo. Selon le Centre d'information sur Internet en Chine, 37 % des utilisateurs qui ont quitté Weibo l'année dernière ont commencé à utiliser WeChat, qui est géré par le géant de l'Internet Tencent. Le gouvernement chinois a l'habitude de resserrer son contrôle sur la liberté d'expression dans les moments politiquement sensibles comme les réunions du Congrès National du Peuple.

La semaine dernière, au Venezuela, de nombreux utilisateurs de TunnelBear ont signalé qu'ils ne pouvaient pas accéder au service VPN. Cela se vérifie quelques semaines après que TunnelBear eut rendu l'accès à ses services gratuit pour les utilisateurs vénézuéliens, en [TB1] réponse aux informations selon lesquelles l'accès au web était bloqué depuis le début du mouvement de protestations en cours. Réagissant rapidement, la société canadienne a déjà créé une nouvelle page de téléchargement pour les Vénézuéliens pour contourner le blocage apparent.

Brutalité : Internet a beaucoup d'ennemis

Pour la première fois dans l'histoire du rapport, l'organisation non-gouvernementale Reporters sans frontières a étiqueté trois organismes gouvernementaux dans des pays démocratiques comme Ennemis d'Internet [fr] : l'Agence de sécurité nationale [NSA] des États-Unis, le Siège des communications du gouvernement du Royaume-Uni et le Centre indien pour le développement de la télématique. La liste inclut également les noms des “suspects habituels” tels que la Syrie, l'Iran, la Chine et le Vietnam, ainsi que les nouveaux arrivants Russie, Pakistan et Ethiopie. Jillian York relève que la Turquie, le Maroc et la Jordanie sont curieusement absentes de la liste -les  auteurs de Global Voices ont noté que l'Algérie [en/fr], le Bangladesh [en/fr] et le Venezuela [es/en] ainsi que plusieurs autres pays connus pour la censure en ligne et pour l'oppression des blogueurs ont également été omis.

La militante syrienne et auteure de Global Voices Marcell Shehwaro a été détenue pendant plusieurs heures le 17 mars à Alep, avec un ami et compagnon de lutte Mohammad Khalili. Les deux amis ensemble avec un groupe de militants cherchaient à accrocher sur une place publique des photos de victimes tuées lorsqu'ils ont été arrêtés. Shehwaro a raconté que les autorités l'ont mise en garde à vue pour ne pas avoir porté le voile. Les deux militants ont été libérés dans les heures suivant l'incident.

Le journaliste zambien Thomas Zgambo, qui est confronté actuellement à des accusations possession de matériel de pornographie, qui pourraient avoir été montées de toutes pièces, aurait été battu par Kazim Sata, fils du président zambien Michael Sata. La raison de l‘agression est inconnue, mais le Front patriotique de M. Sata a voulu accuser Zgambo de sédition l'année dernière quand il a été trouvé en possession d'informations sur le président Sata. Zgambo est également confronté à des allégations selon lesquelles il est affilié au site indépendant bloqué Zambian Watchdog, qui est devenu très critique de l'administration Sata.

Vie privée : Pas de Safe Harbor États-Unis

Le Parlement européen a voté en faveur de la proposition de réforme de la loi sur la protection des données de Viviane Reding, Commissaire à la justice, qui suspend les principes de l'accord “Safe Harbor” UE-États-Unis ainsi que le Programme de surveillance du financement du terrorisme. Les nouveaux règlements comprennent des amendes plus élevées pour les violations de la protection des données, des limitations aux droits des citoyens à exiger l'effacement de leurs données personnelles ainsi qu'à l'usage des données des citoyens de l'UE en dehors de l'UE.

Industrie : Encore sous le choc des retombées de l'après-Snowden, Facebook vante les valeurs de la vie privée

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a publié une déclaration invitant le gouvernement américain à assurer une meilleure confidentialité et sécurité aux utilisateurs d'Internet. Selon Forbes, cette déclaration a été faite très probablement après les révélations de l'existence de programmes de la National Security Agency (NSA) permettant l'espionnage en masse des utilisateurs de Facebook, en particulier en dehors des États-Unis. Selon le site The Intercept, la NSA utilisait également des serveurs de faux Facebook pour infecter les ordinateurs avec des logiciels espions. A voir.

Insécurité d’Internet : les Ukrainiens piratent l'OTAN

Des hackers ukrainiens ont revendiqué la responsabilité d'une attaque contre les sites web de l'OTAN avant le référendum de sécession en Crimée. Les membres du groupe hacktiviste Cyber ​​Berkut entendaient protester contre la prétention des dirigeants occidentaux que le vote était “illégal” en faisant tomber le site principal de l'OTAN et celui de son centre de cyber-défense.

Gouvernance de l'Internet : retenant ses larmes, USG annonce sa décision de renoncer au contrôle de DNS

Le gouvernement américain serait prêt à abandonner le contrôle de l'Internet Domain Name System (DNS) (système de noms de domaine d'Internet), qui est géré par la Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet {fr], une entité américaine à but non lucratif qui coordonnait les activités de l'Internet Assigned Numbers Authority (IANA), le répertoire d'Internet, depuis 1998 en vertu d'un contrat avec le Département du commerce des États-Unis. Le contrat se termine en 2015 et, selon les informations disponibles jusqu'à la semaine dernière, il ne sera pas renouvelé. ICANN devra travailler avec d'autres intervenants au niveau mondial, tels que l'Internet Engineering Task Force (IETF), l'Internet Society (ISOC) et les registres Internet régionaux, pour élaborer des plans de transition. La première réunion internationale pour discuter de ces questions aura lieu à Singapour le 23 mars.

Cyber-activisme : Le Web fête ses 25 ans!

Le World Wide Web, à ne pas confondre avec l'Internet, a eu 25 ans la semaine dernière. Sir Tim Berners-Lee, inventeur du World Wide Web, a rappelé comment son invention a révolutionné la société, depuis qu'il l'a développée en 1989. Global Voices a marqué l'anniversaire du Web avec une vidéo-conférence spéciale GV Face [fr] en direct avec son directeur technique, Jeremy Clarke, et la campagne Web We Want (le Web que nous voulons) avec sa responsable Renata Avila, Josh Levy et Alan Emtage, créateur du premier moteur de recherche sur Internet.

Les militants et alliés se sont réunis à BerlinSan Francisco et dans d'autres villes à travers le monde pour honorer Bassel Khartabil [fr], un développeur Web syrien et dirigeant de Creative Commons qui a été arrêté et emprisonné il y a eu deux ans samedi dernier. L'écrivaine néerlandaise et spécialiste des médias Monique Doppert, qui a récemment consacré un livre à l'histoire de Khartabil, a décrit sa relation avec Bassel dans un billet pour Global Voices Advocacy la semaine dernière.

Publications et études

 Abonnez-vous par courriel au Netizen Report !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site