Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le blogueur égyptien Alaa Abd El Fattah libéré sous caution

Sitôt libéré, Alaa Abdel-Fattah est tombé dans les bras de sa femme et de dizaines d'amis et militants enthousiastes qui l'attendaient impatiemment devant un commissariat de police du Caire.

Le célèbre blogueur égyptien avait passé 115 jours derrière les barreaux sans procès et a finalement été remis en liberté le 23 mars 2014. Il passera devant les juges le 6 avril.

Alaa El Fattah a été passé à tabac et arrêté à son domicile du Caire le 28 novembre 2013, au motif d'avoir enfreint une toute fraîche loi anti-manifestation. Il est accusé d’ “organisation d'une manifestation ‘contre les procès militaires pour les civils’ ”.

Cette vidéo, postée par Mahmoud Salmani montre Abdel Fattah accueilli par sa famille et ses amis à la sortie de la station de police station:

Et Galal Amr a partagé cette photo d'Abdel Fattah étreignant sa femme Manal Hassan :

Alaa Abdel Fattah libéré

Dans son premier tweet après sa libération, Abdel Fattah a promis “de continuer” [arabe] :

“Nous allons continuer..”

Nadine Marroushi a traduit le tweet:

meilleure traduction “nous avons peint l'air au doko. vrai qu'on s'est fait avoir après, mais nous allons continuer” ?

Doko c'est le spray de peinture en dialecte égyptien.

Outre Abd El Fattah, Ahmed Abdel Rahman a également été libéré aujourd'hui. Abdel Rahman, qui passait près d'une manifestation avait été arrêté avec Abd El Fattah, alors qu'il aidait des jeunes femmes victimes de harcèlement par la police.

Sur Twitter, la joie a explosé. Ahdaf Souief, la tante d'Abdel Fattah, s'est écriée :

Twitter explose de joie pour la libération de @alaa. Mon ordinateur portable a besoin d'une pause.

Mona Seif, la sœur d'Abdel Fattah, a célébré la libération de son frère en disant :

Alaa et Ahmed sont dans la rue .. C'est la plus grande joie du monde

Malgré l'ordonnance de libération, la famille de Abdel Fattah a dû l'attendre pendant des heures devant le poste de police. Seif décrit l'épreuve :

Nous avons attendu devant la station de police et ne comprenions pas la raison de ce retard. Des journalistes nous appellent pour nous dire que leurs sources leur disent qu'ils seront libérés demain

Et elle a ajouté :

Les cautions ont été versées et nous avons accompli les formalités avec le ministère public ainsi qu'avec le poste de police et Ahmed Abdelrahman a quitté la voiture de police et il est entré dans le poste de police depuis longtemps. Pourquoi ce retard et pourquoi est-il toujours bloqué à chaque étape ?

L'affaire a été ajournée au 6 avril.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site