Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Comment les Russes jouent au plus malin avec la censure d'Internet

Pro-Navalny bloggers troll Internet regulators.

Des blogueurs pro-Navalny “trollent” les régulateurs d'Internet.

Il semble que les activistes de l'Internet russes ont pris à coeur l'adage “La meilleure défense, c'est l'attaque”. Quelques jours après le blocage [article Global Voices] de plusieurs sites de l'opposition par Roskomnadzor, l'agence régulatrice des communications en Russie, des partisans de la liberté de parole ont créé un système sophistiqué qui permet d'éluder et de contre-attaquer la censure. Le système pourrait rendre la vie dure aux censeurs et aux sites Web pro-Kremlin.

Le système était d'abord suggéré [russe] par alexkbs, un utilisateur du portail de programmation Habrahabr. Plus tard, il a été mis en œuvre [russe] par le blogueur Ruslan Leviev, comme une façon pour les utilisateurs ordinaires d'accéder au blog du leader de l'opposition russe Alexeï Navalny, mis sur « liste noire » par Roskomnadzor et bloqué par les fournisseurs d'accès Internet russes. Des utilisateurs ordinaires, dit alexkbs, pourraient ne pas avoir les capacités technologiques pour utiliser des services spécialisés comme Tor, i2p, VPN et des serveurs Proxy [russe] afin de contourner l'interdiction du site de Navalny. C'est pourquoi son approche est centrée sur ce qui permet aux utilisateurs d'accéder aux sites bloqués en utilisant le réseau Web ordinaire.

Le système se compose d'un réseau de miroirs, ou des copies exactes, du blog de Navalny (ou tout autre site Web concerné), combiné avec un ingénieux mécanisme de défense active. Puisque Roskomnadzor exige que les fournisseurs vérifient constamment si une ressource tente de contourner une interdiction en changeant son adresse IP, les ressources bloquées peuvent introduire un code qui redirige certaines de ces requêtes IP vers un site Web différent. Finalement, selon la théorie, les fournisseurs s'en prendront à ce renvoi et bloqueront aussi le site secondaire.

Cette idée a été mise à l'épreuve le 17 mars, quand le site populaire pro-gouvernemental LifeNews a été interdit par de nombreux fournisseurs de services Internet [ruse] grâce à cette astuce de redirection. Le site responsable de cette interdiction était un des miroirs du blog de Navalny. Plus tard, LifeNews a fait appel de l'interdiction à Roskomnadzor, et le miroir a été débloqué en conséquence, ce qui montre que la tentative de renverser la censure par force a réussi. Leviev a tweeté la nouvelle de son succès, en publiant une capture d'écran du miroir retiré de la liste de Roskomnadzor :

Apprenez à b..er le système ;)

- Ruslan Leviev (@RuslanLeviev) le 18 mars 2014

Bien sûr, comme toute arme, la redirection peut être utilisée et pour le bien et pour le mal–littéralement tout site Web pourrait être bloqué de cette manière, y compris, par exemple, le site d'un concurrent d'affaires. Roskomnadzor peut aussi combattre cet exploit par la création des « listes blanches, » c'est-à-dire des sites Web qui ne doivent en aucun cas être bloqués.

Une façon différente de « tromper » activement le système a été proposé par l'utilisateur de Twitter @unkn0wnerror, qui a suggéré de mettre Roskomnadzor-même sur liste noire. Dans ce cas-ci, quand les régulateurs essayent de voir un des miroirs du site Web de Navalny, tout ce qu'ils voient [russe] est une photo plein écran d'un chaton :

Navalny.us vu par les régulateurs de Roskomnadzor.

Leviev et acolytes continuent à penser à nouvelles façons de contourner la censure en ligne–par exemple, le 24 mars,  Leviev a annoncé [russe] sur son blog que son équipe de bénévoles avait créé une extension Google Chrome pour automatiser le processus d'accès aux miroirs du blog de Navalny. On pourrait critiquer le zèle que Leviev déploie pour contourner la censure pour le blog de Navalny en particulier. Après tout, des textes de Navalny sont aussi publiés sur son compte Facebook, qui est facilement accessible en Russie. Une autre solution extrêmement simple, suggérée [russe] par Anton Nosik, est de lire n'importe quel site Web bloqué grâce à un flux RSS. Une explication est que ce projet est une validation de principe–une façon de se préparer à un probable avenir sombre quand toute voix d'opposition sur RuNet sera en danger d'être étouffée.

2 commentaires

  • Juste pour aider: J’ai créé il y a un certain temps un système anti-censure de blogs par réplication: http://sebsauvage.net/streisand.me/fr/
    (Version anglaise: http://sebsauvage.net/streisand.me )

    Il y a déjà des tonnes de blogs répliqués les uns vers les autres.
    C’est extrêmement simple à mettre en place (2 fichiers à copier pour répliquer un blog).

    J’héberge déjà personnellement le miroir d’une cinquantaine de blogs.

    N’hésitez pas à diffuser. C’est dans le domaine public et la copie est libre.

  • […] Il semble que les activistes de l'Internet russes ont pris à coeur l'adage “La meilleure défense, c'est l'attaque”. Quelques jours après le blocage [article Global Voices] de plusieurs sites de l'opposition par Roskomnadzor, l'agence régulatrice des communications en Russie, des partisans de la liberté de parole ont créé un système sophistiqué qui permet d'éluder et de contre-attaquer la censure. Le système pourrait rendre la vie dure aux censeurs et aux sites Web pro-Kremlin. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site