Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde et Pakistan : Passer au crible les versions contradictoires d'une histoire commune

Une longue caravane de paysans Sikhs en route vers l'Inde dans des chars à boeufs.. Photo de Margaret Bourke-White. 1947. Photo mise en ligne sur Flickr par Shaktishree DM CC By-ND 2.0

Une longue caravane de paysans Sikhs en route vers l'Inde dans des chars à boeufs. Photo de Margaret Bourke-White. 1947. Photo mise en ligne sur Flickr par Shaktishree DM CC By-ND 2.0

[Sauf Indication contraire, les liens dirigent vers des pages en Anglais]

Cela fait bientôt 70 ans que l'ancienne colonie des Indes britanniques s'est séparée en deux pays [fr] sur des bases religieuses, déclenchant la plus grande migration de masse de l'histoire de l'humanité : les musulmans migrant vers le Pakistan tandis que les sikhs, les hindous et d'autres migrèrent vers l'Inde.

Jusqu'à un million de personnes trouvèrent la mort lors des violences qui survinrent après la partition de l'Inde. Dans les années qui suivirent, les conflits sur les ressources et le territoire malmenèrent les relations déjà fragiles entre les deux pays. L'amertume déborde souvent jusque dans les classes, où un nationalisme monté en épingle offre aux élèves un point de vue biaisé de leur voisin.

Qasim Aslam, entrepreneur et militant basé à Lahore, vise à mettre fin aux préjugés qui imprègnent l'éducation de la jeunesse des deux pays avec l'aide d’une équipe de jeunes Indiens et Pakistanais au travers du History Project (Projet histoire). La méthode est simple : juxtaposer des textes tirés de livres d'histoire utilisés dans l'enseignement dans les deux pays afin de proposer une narration alternative et neutre aux élèves.

Qasim est également membre du conseil d'administration de Seeds of Peace (graines de paix), une ONG internationale qui travaille à la résolution de conflits. Il est à l'origine de plusieurs programmes d'échanges indo-pakistanais qui cherchent à encourager la compréhension mutuelle entre les deux pays d'un point de vue social.

Lancé à Mumbai en avril 2013, le manuel est maintenant utilisé dans plusieurs écoles en Inde et au Pakistan. Qasim explique au journaliste blogueur Beena Sarwar :

The way we are taught history aims to make us into conformists. The History Project aims to inculcate a culture of questioning, counter how history is taught as a set of facts, not a narrative – which is what it is. A fact can’t have two versions.

La façon dont on nous enseigne l'histoire cherche à faire de nous des conformistes. L'ambition du History project est d'inculquer une culture de la remise en question, s'opposer à l'enseignement de l'histoire vue comme une série de faits plutôt qu'un récit – ce qu'elle est pourtant. Car un fait ne peut avoir deux versions.

Capture d'écran de la couverture du livre.

Capture d'écran de la couverture du livre – lien vers le PDF.

Selon l’introduction du livre, l'idée est née pendant une rencontre entre des adolescents pakistanais et indiens dans une petite ville de l'état du Maine aux USA. Il y est écrit que l'idée principale était :

to enable access for youth in their formative years to alternative perspectives on their shared heritage and to encourage a culture of rational and critical thinking with particular focus on information that shapes the view of our respective lineage.

de permettre l'accès aux jeunes à des perspectives alternatives sur leur héritage commun durant leur éducation et encourager une culture rationnelle de l'esprit critique en se concentrant particulièrement sur l'information qui détermine la vision de nos origines respectives.

Dans un entretien avec le site internet d'information The Diplomat, les membres de l'équipe de Qasim, Ayyaz Ahmad et Zoya Siddiquiand, décrivent l'évolution du projet depuis le moment où l'équipe a trouvé sa direction jusqu'à l'importance des illustrations.

Sur internet, l'idée est reçue favorablement. Dans un commentaire sur un profil du projet sur le site du journal The Hindu, l'utilisateur Saurabh Sethi écrit :

Phenomenal effort by both the authors and The Hindu to bring into light such information. You are an example of the kind of people we need today to strengthen Indo-Pak relationship.

Un effort phénoménal de la part des auteurs et de The Hindu pour avoir mis à jour une telle information. Vous êtes un exemple et le genre de personnes qu'il nous faut aujourd'hui pour renforcer les relations indo-pakistanaises.

Sur Twitter, des utilisateurs font l'éloge du projet :

Je me rappelle avoir appris cette histoire profondément nationaliste du Pakistan et de la haine qu'elle incitait. Je suis ravi de l'existence de ce projet 

(The Hindu – Deux côtés d'une même Histoire Les manuels scolaires d'Inde et du Pakistan présentent des versions divergentes des événements historiques. Le Projet Histoire propose une trêve.)

Bravo pour ce projet mettant en avant comment l'histoire est enseignée différemment en Inde et au Pakistan 
(Changer les histoires de l'Inde et du Pakistan – L'Inde en Temps Réel – WSJ
Un mouvement de Lahore a publié un livre qui attire l'attention sur les différences d'imagerie de l'histoire dans les manuels indiens et pakistanais.)

Le contenu du livre couvre seulement les événements qui menèrent à la partition de l'Inde en 1947. Peut-être qu'il éclairera un jour également les pages d'histoire suivantes. Vous pouvez suivre l'évolution du projet sur sa page Facebook.

1 commentaire

  • […] Le Projet Histoire rassemble des récits tirés de manuels d'histoire indiens et pakistanais pour en exposer les partis-pris et passer au crible les versions contradictoires d'une histoire commune.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site