Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Lourde répression de #CongressOccupied à Taïwan : des manifestants et des journalistes blessés

Les protestataires taïwanais s'élèvent contre ce qu'ils disent êstre une répression violente d'une manifestation pacifique à l'extérieur du siège du gouvernement de l'île le 23 mars 2014. La répression a fait des blessés parmi les manifestants, des médecins et des journalistes.  

La manifestation était une réponse à la première conférence de presse du Président Ma Ying-jeou au sujet de l'occupation en cours de l'Assemblée législative de Taïwan. Les contestataires ont occupé le Yuan Législatif le 18 mars après l'adoption hâtive d'un accord commercial controversé avec la Chine en commission et soumis en session plénière sans examen par clause, comme il était promis.   

Lors de sa conférence de presse [chinois], Ma a répété que l'accord commercial trans-détroit sur les services était important pour l'économie taïwanaise et a dit que l'occupation était illégale. Il n'a pas répondu aux revendications des manifestants [chinois], et les membres du mouvement ont exprimé ensuite leur déception lors de leur propre conférence de presse. Dans la même journée, des manifestants ont occupé le Yuan exécutif pour continuer à faire pression sur le gouvernement.

Protesters at the Executive Yuan. Photo from fanderlose. CC: NC.

Des protestataires au Yuan Exécutif. Photo de fanderlose. CC: NC.

Cette fois, l'occupation a été réprimée par la police anti-émeute avec des matraques et des canons à eau. la brutalité de la police a choqué beaucoup de ceux qui étaient sur les lieux, et certains ont noirci leurs photos de profil sur Facebook et Twitter en signe de protestation.

Fang Wei-Li, l'une des jeunes manifestantes, a expliqué [chinois] sur Facebook pourquoi elle avait été fortement déçue par la prestation du Président Ma lors de sa conférence de presse et pourquoi elle avait décidé de participer à l'occupation du Yuan exécutif :

盲目的和平不能讓我們抵達我們想去的地方,這種安逸不會讓我們的立場更堅定,反而凸顯了我們的軟弱。我相信不只是我,很多人也都抱持著這樣的思想。

Lorsqu'on suit aveuglément une stratégie de paix qui ne mène pas où l'on veut aller, coller à une telle stratégie de confort ne renforce pas notre position, mais plutôt révèle notre faiblesse. Je crois que je ne suis pas la seule qui pense de cette façon. Beaucoup de gens doivent partager la même façon de penser.

L'occupation du Yuan exécutif restait pourtant pacifique, mais les autorités ont mobilisé la police de tout le pays pour expulser les manifestants. La police a forcé l'équipe médicale volontaire et les journalistes à partir avant d'entrer en action.

Un manifestant  employé à la maison d'éditions ‘Editions du Flaneur’, a décrit [chinois] la scène de l'expulsion sur le compte Facebook de la maison d'édition :

Protesters wore masks or towels and raincoats when they waited for the possible attack from the policemen. Photo from GJ!!Taiwan. CC: NC.

Les protestataires portent des masques faits des serviettes, ainsi que  des imperméables en prévision d'une possible attaque policière. Photo de GJ!!Taiwan. CC: NC.

我和現場的人民被鎮暴警察驅離、推擠,
警察沒有辦法站在人民的這一邊,
他們身穿黑色盔甲、手持長棍,
他們以盾牌和人牆封鎖住前往行政院後門的路
他們以軍隊式的隊伍行進,仿若要去攻打敵軍,
總指揮官坐在帶有透明防護罩的警備車中,不斷以擴音喇叭要求他的軍隊前進施暴。[…]
我看見現場備有水車,但是我沒有看見他們啟動水車
我同樣也沒有看見他們舉牌警告那些在場內的學生「我們即將行使暴力手段驅離」
我只聽見學生尖叫、流血,
傷亡非常嚴重的由救護車載走
受傷不嚴重的直接被押上警備車

La police anti-émeute m'a expulsé par la force avec d'autres manifestants. Ces policiers ne pouvaient pas se tenir près du peuple. Ils portaient des armures noires et ils avaient de longs bâtons en main. Les policiers ont bloqué le chemin vers la porte de derrière du Yuan exécutif avec leurs boucliers. Ils s'avançaient comme des soldats, comme s'ils étaient en train d'attaquer un ennemi. Le commandant en chef était dans une voiture de police, protégé par un bouclier transparent. Il continuait à donner, par haut-parleur, des ordres à la force armée d'avancer. […] J'ai vu qu'il y avait des réservoirs d'eau mais je n'ai pas vu si les policiers les déplaçaient. Je n'ai entendu non plus la police faire de sommations aux étudiants, comme « on va vous expulser par la force ». J'ai seulement entendu des étudiants crier et vu qu'ils saignaient. Ceux qui étaient grièvement blessés ont été emmenés par des ambulances, et d'autres dans les voitures de police.

Protesters were attacked by the water cannons. Photo from Ahuei Zhang. CC: NC.

Des protestataires attaqués par des canons à eau. Photo de Ahuei Zhang. CC: NC.

Le 24 mars 2014,  l'Association de journalistes de Taïwan a fait une déclaration publique [chinois] selon laquelle plus d'une dizaine de journalistes avaient été violemment battus par la police. Les journalistes ont dit que beaucoup d'eux avaient été expulsés avant que la police ait pris des mesures pour disperser les manifestants [chinois] et qu'ils considéraient cette action comme une violation de la liberté de la presse.

L'équipe médicale elle-aussi, a été forcée de partir avant l'expulsion. Liulin Wei, l'un des médecins bénévoles au Yuan législatif, a décrit la scène à l'extérieur du Yuan exécutif :

警察在凌晨驅離在行政院對面馬路架設的臨時急救站,要求所有醫護人員撤離。我們表示衝突還在進行,隨時可能有警民受傷,但警方強力要求立刻撤離否則通通上手銬。
為了顧慮同仁的安全,我們屈辱地離開現場。

Vers minuit, la police a évincé notre poste médical temporaire mis en place dans la rue en face du Yuan exécutif. Les policiers ont exigé que tous les membres du personnel médical s'en aillent.  Nous avons dit que la confrontation étant en cours, nous devrions rester là au cas où quelqu'un serait blessé. Cependant, les policiers nous ont ordonné de partir ou ils nous menotteraient tous. Compte tenu de la sécurité de mes collègues, nous avons quitté le poste d'urgence humiliés.

Journalists were also attacked by the water cannons. Photo from occupyadmin. CC: NC.

Des journalists étaient aussi attaqués par des canons à eau. Photo de occupyadmin. CC: NC.

Un autre médecin, Du Ying-Yue, est resté sur les lieux lors de l'expulsion des manifestants et a été battu par la police [chinois]. Il a réussi à aider certains des manifestants blessés. Voici son témoignage relatif à un manifestant blessé  [chinois] à qui le médecin a porté secours:

剛剛評估後送了一個被警察打到unconscious,bilateral wheezing +stridor,還外加focal seizure,送台大去了

J'ai juste évalué l'état d'un manifestant qui avait été battu par la police. L'individu était inconscient, il avait la respiration sifflante bilatérale avec stridor et une convulsion focale. Il a été emmené à l'Hôpital Universitaire National de Taiwan.

L'équipe médicale a mis en place un poste d'urgence temporaire un peu plus loin du Yuan exécutif. On a signalé [chinois] que la police avait peut-être utilisé du spray au poivre :

不是催淚瓦斯,因為並未伴隨其他噁心症狀,只有流鼻涕及眼淚,推測為辣椒水;受傷民眾表示,部分警察驅離時使用綠油精塗抹民眾眼睛,醫護站證實民眾眼睛的確被綠油精 [zh] 塗抹。

Ce n'est pas du gaz lacrymogène, parce que les victimes n'avaient pas de symptômes tels que nausée. Ils n'avaient que le nez qui coulait et des larmes. Nous pensons que c'est peut-être du spray au poivre. Certaines victimes ont déclaré que la police a aspergé leurs yeux d'une huile verte. La station a confirmé que les yeux des victimes étaient maculés d'une huile verte.

Bien que la plupart des journalistes aient été expulsés avant que la répression ait commencé, et que la diffusion en temps réel ait été interrompue par des pirates, beaucoup de photos et de témoignages des manifestants, des journalistes, des avocats et des médecins ont circulé en ligne. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site