Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Vous bloguez sur l'annexion de la Crimée ? Vous pourriez être un extrémiste !

Moscow city council member Inna Svyatenko warns against "extremist" blogging about Crimea. Images mixed by author.

Inna Svyatenko, membre du Conseil municipal de la ville de Moscou, met en garde contre le blogging “extrémiste” sur la Crimée. Photomontage de l'auteur.

Les législateurs russes caressent l'idée de taxer d'extrémisme les internautes bloguant sur la Crimée qui “incitent à des comportements xénophobes”. Inna Svyatenko, membre du Conseil municipal de Moscou, a proposé d'utiliser le tristement célèbre article 282 du code pénal, article punissant l’incitation à la haine, contre les internautes responsables de “provocations” antipatriotiques au sujet du nouveau territoire russe. Les citoyens convaincus de violation de cet article 282 risqueraient jusqu'à 14 000 dollars d'amende et quatre ans de prison.

“Les services du renseignement ne peuvent contrôler intégralement les internautes”, a reconnu la conseillère municipale, ajoutant que cette lacune de la police nécessitait de rendre plus visible le châtiment des “contrevenants”.

Le premier média à faire mention de la proposition de Svyatenko est le journal russe “Nezavisimaia Gazeta”, qui cite comme exemples de posts extrémistes concernant la Crimée ceux de deux blogueurs anonymes sur LiveJournal, valdt et leisurebocker. Même si pénaliser des individus écrivant sous un pseudo représente en soi un défi, on comprend mal au vu du contenu de leurs posts – loin d'être xénophobe ou violent -, comment ces blogueurs peuvent être soupçonnés d'un quelconque extrémisme. (L'article ne dit pas clairement si ces exemples ont été choisis par la “Nezavisimaia Gazeta” ou Mme Svyatenko.)

Le crime de Valdt, semble-t-il, est de suggérer que l'acquisition de la Crimée va grever le budget de la Russie, n'enrichissant qu'une poignée d'oligarques. Leisurebocker, quant à lui, déclare (sacrilège !) que le seul bénéfice de l'annexion pourrait bien être de voir la fuite des capitaux russes stoppée par les sanctions internationales qui s'ensuivent. (Comme souvent, leisurebocker ne fait en réalité que citer un post de blog paru sur le site Web de l'Echo de Moscou, signé par le journaliste Alexandre Minkine.)

Le projet de criminaliser ce type de blogging est tombé le jour où le ministère des Finances rendait public un plan d'au moins 7 milliards de dollars pour soutenir et développer la Crimée. Dans ces 7 milliards, les investissements privés gelés l'an dernier par le gouvernement dans le système russe des retraites se tailleraient la part du lion. (Voir ici le détail de cette réforme.)

Si les deux blogueurs cités par l'article de la “Nezavisimaia Gazeta” étaient reconnus coupables d'incitation à l'extrémisme, ce pourrait être la porte ouverte à des poursuites en justice visant les blogueurs russes les plus influents. Et en effet, le blogueur politique numéro un du pays, Alexeï Navalny, s'est empressé d'attirer l'attention ce 27 mars sur ce plan du ministère des Finances visant à redistribuer la manne des retraites russes à ses nouveaux ressortissants, et de dénoncer cette opération comme la dernière d'une série d'escroqueries orchestrées par les officiels du gouvernement.

Mme Svyatenko et le conseil municipal de Moscou disposent-ils de l'autorité légale ou des ressources policières pour inculper de violation de l'article du code pénal punissant l'incitation à la haine les internautes bloguant sur la Crimée ? Même au niveau fédéral, ainsi que Mme Svyatenko elle-même le reconnaît, la capacité du gouvernement à contrôler Internet est douteuse. Etant donné cette carence, la meilleure des tactiques à venir est de rendre les poursuites plus visibles. La Russie étant maintenant sur le pied de guerre, et même si ce n'est pas Mme Svyatenko qui en est responsable, il est plus que probable que l'on va assister à une explosion du nombre d'actions en justice contre les blogueurs auteurs de textes politiquement sensibles.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site