Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Poutine ressuscite l'éducation physique à la soviétique

Putin and an old GTO poster. It was a more innocent time. Images remixed by author.

Vladimir Poutine et une vieille affiche de propagande pour les standards GTO. C'étaient des temps plus innocents… Collage de l'auteur à partir d'un original.

Le président de la Russie, Vladimir Poutine, a récemment annoncé le retour d'une célèbre tradition soviétique. Au cours d'un événement consacré aux succès de la Russie lors des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi, V. Poutine a présenté la résurrection du programme d'éducation physique, censé préparer les Soviétiques de tous âges au travail et à la défense militaire (les normes GTO, abréviation de “Prêt au travail et à la défense”) comme «un hommage aux traditions de l'histoire nationale russe».

Une annonce qui n'était pas une surprise. Le blogueur Andreï Malguine a écrit il y a deux semaines un article consacré aux bruits qui couraient à ce sujet, faisant remarquer ceci:

То есть они будут не пробуждать у детей интерес к спорту, а собираются принуждать их заниматься спортом. Они сделают спорт постылой необходимостью. Зачем?

Donc au lieu d'encourager les enfants à s'intéresser au sport, ils ont l'intention de les forcer à en faire. Ils vont faire du sport une odieuse corvée. Pourquoi ?

Dans des notes regroupées sous le titre “Bonjour Sparte”, le blogueur alis_svs se demande ce qui va se passer pour les enfants qui ne pourront pas faire de gymnastique à cause de leur état de santé:

Каждый третий ребёнок в Москве к 3 годам уже имеет ХОБЛ, о количестве прочих заболеваний деликатно умолчу…

Dès 3 ans, un petit Moscovite sur trois souffre déjà de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), et je préfère ne rien dire des autres pathologies…

Suite à cette déclaration de Poutine, quelques blogueurs de la première génération se souviennent de leur expérience des normes GTO comme de l'une des horreurs de l'éducation soviétique. Une blogueuse écrit:

Я ненавидела физру в школе. Люто, бешено ненавидела. […] Как вспомню – мороз по коже. Мерзкие сатиновые трусы на резинках, черный низ-белый верх, всем стать в строй, на первый-второй рассчитайсь…Господи, неужто непонятно?! Нельзя, нельзя, нельзя ЗАСТАВЛЯТЬ людей сдавать какие-то бредовые “нормы”. Нет никаких норм! Патология это!

Je haïssais la gym à l'école. Je la haïssais férocement, avec rage. […] Rien que d'y penser, j'en ai la chair de poule. Cet atroce pantalon à élastiques en tissu satiné, noir en bas/blanc en haut, tout le monde en rangs par deux… Seigneur, ils ne comprennent donc pas ? Ne jamais, jamais, jamais FORCER les gens à obéir à une quelconque “norme” débile. On n'en veut pas de vos normes ! C'est un truc de malade !

Mais le projet présidentiel a aussi reçu des retours positifs. Tatiana Malkina écrit sur sa page Facebook:

это странно и непопулярно, я знаю…но у меня не было никаких, совсем никаких проблем с нормами гто. я даже единственная из девочек муляж гранаты бросала на требуемые 11 метров…. почему-то не вызывло у меня все это дело ни отторжения, ни протеста. проблемы были только с политинформацией, историей и иногда – литературой.

Ça fait bizarre et c'est mal vu, je sais… mais moi je n'avais aucun problème avec les normes GTO. J'étais même la seule fille à lancer la grenade en plâtre dans les 11 mètres requis… c'est pourquoi ces normes ne suscitaient chez moi ni rejet ni protestation. Ce qui me posait problème, c'était les leçons de politique, l'histoire et parfois la littérature.

Ce n'est pas la première fois que sous Poutine, le Kremlin tente de promouvoir un mode de vie sain. En 2011, le gouvernement avait décidé d'augmenter progressivement  les taxes [en anglais] sur l'alcool et les cigarettes de telle manière qu'en 2014 leur prix ait presque doublé. De plus, en juin dernier est entrée en vigueur la loi interdisant de fumer dans les lieux publics. Sans doute s'agit-il ici d'une façon pour le pouvoir d'instrumentaliser le sentiment patriotique qui a suivi l'invasion de la Crimée. Comme dit un blogueur: «Ils nous préparent à la guerre.»

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site