Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Jose Dos Santos, le président angolais qui valait 1,8 milliard

[Tous les liens sont en anglais, sauf mention contraire]

Le top 5 mondial des présidents restés le plus longtemps au pouvoir, et toujours en exercice, sont tous Africains. Ils sont surtout connus pour leurs méfaits: élections truquées, détournements de fonds, biens mal-acquis et violations des droits de l'Homme. José Eduardo dos Santos [français], président de l'Angola, est l'un d'entre eux.

Dos Santos dirige l'Angola depuis 1979. Son mandat fut secoué par de nombreux scandales et cas de corruption, dénoncés par plusieurs ONG locales et internationales. J.R. Mailey, chercheur au Centre d'Etudes Stratégiques de l'Afrique travaillant sur les ressources naturelles, la corruption et la sécurité en Afrique, souligne que:

Pendant des décennies, un petit clan tournant autour du président angolais s'est habilement servi de sociétés écrans anonymes pour piller des milliards de dollars d'actifs de l'Etat. Ces sociétés écrans sont incorporées dans des centres financiers ‘offshore‘, plus connus comme des ‘paradis fiscaux’ ou des ‘juridictions secrètes’.

President  José Eduardo dos Santos being decorated by President Vladimir Vladimirovitch Poutine of Russia

Le Président José Eduardo dos Santos décoré par le Président russe Vladimir Poutine. Source: cabinda.net, avec son autorisation

Le site cabinda.net estime la fortune personnelle de Dos Santos à plus de 20 milliards de dollars en 2013. Le budget pour les dépenses présidentielles de la même année a augmenté de 50% par rapport à 2012, portant le budget total à 6,6 trillions de kwanzas angolais (environ 69 millions de dollars), un record.

Pendant ce temps, 70% des Angolais vivent avec moins de deux dollars par jour.

Rafael Marques de Morais note dans un post de son blog, intitulé “A Record Budget for the Presidency, the Military and the Spooks” (Un Budget Record pour la Présidence, la Défense et les Services Secrets):

La Présidence seule détient un budget de 1,8 milliard de dollars, soit plus que le Ministère de la Santé (1,5 milliard de dollars).

A titre de comparaison, pour l'année 2013, les contribuables britanniques ont été taxés à hauteur de 53,4 millions de dollars pour les dépenses liées à la famille royale. Les contribuables français ont versé 101,6 millions d'euros [français] en 2014 pour les coûts liés aux activités de président de Hollande. 

Presseurop.eu révèle que des transferts de capitaux supplémentaires “douteux” impliquant la famille de Dos Santos peuvent être repérés dans de récents investissement au Portugal:

Sa “famille”, par-dessus tout sa fille aînée Isabel Dos Santos, 40 ans. Diplômée du King's College de Londres, et unique femme milliardaire en Afrique, Mme Dos Santos est l'une des figures clés de cette torride saga post-coloniale. […]

L'héritière, née d'un précédent mariage de Dos Santos, détient un portefeuille d'actifs au Portugal à couper le souffle. En quelques années, elle a pris le contrôle de la moitié du capital du géant des télécommunications crée par la fusion de ZON avec Optimus, ainsi que d'une grande partie de la banque portugaise BPI, faisant d'elle la deuxième plus grande actionnaire avec une participation de 19,4%. Elle est également membre du conseil d'administration d'une autre institution financière, BIC Portugal, et possède des parts chez Amorim Energia, qui contrôle près de 40% de Galp, l'un des premiers groupes pétroliers et gaziers d'Europe.

Cartoon on human rights in Angola via Maka with permission

Caricatures sur les droits de l'Homme en Angola via Maka avec autorisation

L'origine de la fortune d'Isabel Dos Santos a été passée au microscope de Forbes, en 2013. Curieusement, quelques mois plus tard, le magazine Forbes a conclu un partenariat avec une société dont Isabel Dos Santos détient 70% des parts, afin de lancer un nouveau magazine africain rédigé en langue portugaise

Jean-Paul Marthoz, journaliste belge et conseiller principal au Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), a commenté sur le blog de l'organisation:

L'une des sources de préoccupation concerne le groupe de médias Newshold, une société détenue par Pineview Overseas, une société offshore basée au Panama, dont les actionnaires sont de puissantes personnalités angolaises, à l'image du magnat Alvaro Sobrinho. Newshold contrôle Sol, le troisième hebdomadaire portugais, et possède des parts dans deux grands magazines, Visâo et Expresson, ainsi que dans Correio da Manhâ, le tabloïd le plus vendu, et le journal financier Jornal de Negocios. Il a également exprimé son intérêt dans le cas où le gouvernement portugais privatiserait le groupe audiovisuel public RTP (Radio e Televisâo Portuguesa).

De nombreux investisseurs angolais sont connus pour entretenir des liens étroits avec l'entourage présidentiel et le MPLA (le Mouvement Populaire de Libération de l'Angola), qui dirige le pays sans interruption depuis son indépendance, en 1975.

En 2013, Luanda, la capitale de l'Angola, a été désignée pour la seconde fois en trois ans comme étant la ville la plus chère du monde. La majorité de sa population vit pourtant dans des bidonvilles et est économiquement exclue du secteur moderne. La blogueuse Aminata, correspondante à Luanda pour Cross Worlds, se remémore [français] son expérience personnelle du coût de la vie à Luanda:  

Vivre à Luanda, du côté de ‘la Force’, c’est pouvoir sortir le soir du Réveillon et débourser au moins 30 000 kwanzas (300 USD) pour avoir accès à une soirée.  Ce soir-là, j’ai malheureusement  du me résoudre à sombrer du côté obscur, étant donné que le prix de la soirée représentait un peu plus de la moitié de ma gratification mensuelle de stagiaire…
Vivre à Luanda du côté de la Force, c’est aussi pouvoir se loger dans un building tout juste sorti de terre pour la bagatelle de 7 500 USD par mois (prix moyen pour un T3), y apprécier le confort de l’habitat moderne et la charmante vue sur les musseques (bidonvilles).
Vivre à Luanda du côté de la force, c’est également prendre rendez-vous chez son coiffeur à Lisbonne, effectuer l’aller-retour en un week-end (après tout, une nuit d’avion pour aller chez le coiffeur, ça vaut le coup !) et en profiter pour faire un peu de shopping.

Cláudio Silva a récemment publié un article pour Global Voices, intitulé Angola: combattre les pauvres au lieu de combattre la pauvreté. Ce post fournit des informations supplémentaires quant à la lutte quotidienne pour la survie dans les rues de Luanda.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site