Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Afghanistan fait un doigt d'honneur aux talibans

[Les liens renvoient vers des pages en anglais, sauf mention contraire] Plus de sept millions d'Afghans ont voté aux élections présidentielle et des conseils provinciaux ce samedi, bravant les menaces de violences des talibans. Les hauts-responsables ont confirmé une participation sans précédent, avec au moins 58 % des électeurs inscrits qui sont allés voter, nettement plus que les 38,8 % du scrutin présidentiel de 2009. Ashraf Ghani, un des trois favoris de la course, s'est dit en tête.

Les longues files d'attente aux bureaux de vote ont démontré la détermination collective en faveur d'un avenir pacifique et démocratique pour le pays. Les hommes politiques afghans ont qualifié la forte participation de “gifle au visage des ennemis de l'Afghanistan.” Des hommes et femmes ont choisi pour doigt à encrer leur majeur, message sans équivoque à l'adresse des talibans rétifs. Experts internationaux, journalistes et personnalités politiques, tous ont félicité les Afghans de cette large participation et présenté leurs voeux d'une passation démocratique du pouvoir.

Soutiens du monde entier 

Le président américain Barrack Obama a publié une déclaration félicitant les Afghans pour le succès de l'élection qu'il a appelée un moment “historique”. Les membres du Conseil de Sécurité de l'ONU ont aussi salué les élections tout en soulignant l'importance des institutions électorales afghanes. Jan Kubis, le représentant spécial de l'ONU pour l'Afghanistan, a déclaré :

Aujourd'hui était une bonne journée pour l'avenir d'un Afghanistan stable et unifié. Les Afghans ordinaires sont sortis voter en nombres  remarquables, au défi des attentats et menaces des talibans. Souvent en longues files d'attente et dans le mauvais temps, les électeurs ont patienté pour exercer leur droit fondamental de voter. Ils ont choisi de déterminer la direction future de leur pays par des moyens politiques et résolument rejeté les ennemis de la paix et de la démocratie.

De son côté, le Premier Ministre britannique exhortait les Afghans à participer à ce moment historique. Son tweet disait [en pachto] : 

Demain est jour d'élections en Afghanistan. J'encourage tous les Afghans, hommes et femmes, à prendre part à cette transition historique.

Les bureaux de vote ont ouvert à 7 heures. Du fait d'une large participation et du mauvais temps, la Commission Electorale a rallongé les opérations d'une heure pour permettre à tous les votants de glisser leur bulletin, ce que beaucoup ont fait même au-delà de cette durée. Seuls 211 bureaux de vote sur 6.423 sont restés fermés. En 2009, c'étaient plus de 440 bureaux de vote qui n'avaient pas ouvert à cause de l'insécurité et des craintes de fraude électorale. 

Plusieurs raisons ont été invoquées pour la meilleure participation, dont une conscience politique publique plus grande qu'aux scrutins précédents et un choix de candidats plus ouvert. Les gens ont aussi voté pour protéger les acquis de la dernière décennie, notamment les droits des femmes et les opportunités pour les jeunes, et la poursuite de la modernisation du pays. Un habitant de Kaboul, interrogé par le Guardian, expliquait ainsi le taux élevé de participation [farsi] :

Nous voulons que le résultat de l'élection aboutisse dès le premier tour. Notre peuple, notre gouvernement et notre économie sont très faibles. S'il y a un deuxième tour des élections, ce sera un problème pour nos forces de sécurité.

Hélas, comme Global Voices l'expliquait le 5 avril, ce voeu a peu de chance de se réaliser

Quoi qu'il en soit, un tweet de Bashardost reflète le message que les Afghans ont adressé aux talibans avec leurs bulletins de vote : 

Les Afghans votent avec fierté et enthousiasme aux élections afghanes, et ils envoient un message clair aux talibans.

Le vice-ministre afghan des Affaires Etrangères Ershad Ahmadi a tweeté avec optimisme que le vote a rendu caduque l'idéologie talibane : 

Notre vote d'aujourd'hui signifie la fin des talibans et de leur narratif creux. Aujourd'hui nous avons vacciné pour toujours notre gouvernement démocratique. Bravo ANSF [Forces nationales de sécurité afghanes] & IEC [Commission électorale]

Le dispositif sécuritaire pour le jour du vote

La sécurité a été resserrée dans tout le pays pour garantir des élections sans encombre. Aucun attentat dans la capitale, mais des incidents rapportés dans d'autres provinces, qui ont fait 20 morts et 43 blessés. En comparaison, l'élection de 2009 est restée dans les mémoires comme “l'une des journées les plus violentes observées en Afghanistan” depuis 2001 par Human Rights Watch. Selon l'OTAN, plus de 400 attentats étaient survenus pendant ce scrutin. 

Cette année des points de contrôle policiers ont été mis en place et chaque homme, femme et enfant étaient fouillés avant de pénétrer dans les bureaux de vote. Sediq Sediqqi, un porte-parole du Ministère de l'Intérieur afghan, a tweeté :

Kaboul en sécurité est le résultat de l'excellent travail des Forces de sécurité afghanes, et notamment de la police afghane ; et les Afghans sont en train maintenant de procéder avec confiance au vote.

Faisant l'éloge des forces nationales de sécurité pour une journée électorale sûre, Saad Mohseni, président du plus grand groupe de médias d'Afghanistan, a tweeté : 

Les vrais vainqueurs hier étaient les Forces nationales de sécurité afghanes.. Merci à l'Armée Nationale Afghane 

Et Ajmal Stanikzai a renchéri : 

Contrairement à la croyance générale les Forces nationales de sécurité afghanes sont arrivées avec succès à garantir la sécurité pour les élections afghanes de 2014.

Le tweet d'Abdul Hai a relevé la nette différence entre les élections afghanes de 2014 et celles de 2013 dans le Pakistan voisin :

Différence entre les élections pakistanaises et afghanes. Aux élections de 2013 au Pakistan les balles ont défait les bulletins [de vote], dans les élections afghanes d'aujourd'hui ce sont les bulletins qui ont défait les balles. 

Réclamations électorales

La pénétration d'Internet a beau être faible dans le pays, des Afghans de partout ont tweeté les problèmes électoraux et les incidents frauduleux au moment où ils les rencontraient, un élément neuf dans un scrutin afghan. Un thème souvent repris était le manque de bulletins de vote. Du personnel électoral et des électeurs ont rapporté que des gens ont été renvoyés en grand nombre des bureaux de vote après des heures d'attente.

Selon Daud Qarizadah :  

Les bureaux de vote dans certaines zones sont à court de bulletins de vote à cause de la forte participation aux élections afghanes : électeurs

 Certains y ont vu une combine : 

Spoke to a friend in Kabul. Sites ran out of ballot papers in city's West. Angry voters r chanting “No to fraud elections”. #AfghanElections — Bashardost بشردوست (@Quettagee) April 5, 2014

Parlé à un ami à Kaboul. Des sites ont été à court de bulletins de vote dans la partie ouest de la ville. Des électeurs en colère scandent “Non à des élections truquées”.

Résultats provisoires

Le décompte des votes a commencé et le résultat préliminaire de l'élection présidentielle sera annoncé dans le courant du mois. Si aucun candidat n'obtient plus de 50 % des voix, un second tour opposera en mai les deux qui feront la course en tête. Les résultats des élections aux conseils provinciaux seront également annoncés en mai, selon le calendrier de la Commission Electorale Indépendante. 

Les Afghans attendent avec anxiété la moindre indication sur le résultat des élections. Nafees Takar a tweeté : 

Aucun résultat officiel (ni même officieux) des élections afghanes jusqu'à présent. Ce qu'on entend sont des estimations ou des résultats partiels de quelques bureaux de vote.

Impatient de connaître les résultats, Saad Mohseni, le magnat des médias, a interrogé la Commission Electorale Indépendante (CEI), sans recevoir de réponse certaine :

Après consultation de la CEI il est virtuellement impossible à quiconque de jauger les résultats de ce scrutin (en ce moment) – ce n'est que spéculation

Ce qui n'a pas empêché le candidat à la présidence Ashraf Ghani [fr] de publier une déclaration très nuancée affirmant que lui et son co-équipier étaient en tête. D'après ses chiffres, il est suivi par Abdullah Abdullah [fr], avec le collaborateur du président sortant Karzaï Zalmay Rassoul troisième. Aucun des deux autres n'a fait de déclaration.

Les premiers résultats partiels nous montrent en tête.

Dans certaines zones c'est Abdullah Abdullah qui semble mener. Selon Ahmad Shjua, auteur du blog Afghanistan Analysis, M. Abdullah a réussi à recueillir des voix dans les régions peuplées de Hazaras grâce à son vice-président, Haji Mohammad Mohaqeq.

A part quelques endroits comme Daikundi, d'où est originaire Danish, Mohaqeq semble avoir raflé le vote hazara pour Abdullah. Sarabi [candidat à la présidence] 2e loin derrière. 2/n 

Margherita Stancati, une journaliste du Wall Street Journal à Kaboul, a tweeté le résultat de Kaboul-ouest, aussi à population fortement hazara. 

Les résultats affichés à l'extérieur de plusieurs bureaux de vote à Kaboul ouest montrent Abdullah nettement en tête, suivi par Rassoul et Ghani troisième.

Les électeurs afghans ont rempli leur devoir de citoyen dans un environnement de vote maintenu relativement paisible par des forces de sécurité dont on craignait qu'elles n'en seraient pas capables. Les Afghans sont maintenant à mi-chemin de leur première transition démocratique, et il reviendra à la Commission Electorale Indépendante de garantir un comptage des voix transparent et impartial dans l'attente d'un probable second tour.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site