Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les manifestants du mouvement #CongressOccupied rejettent la proposition du Président taïwanais

Les manifestants qui occupent le Parlement taïwanais ont rejeté une proposition de “surveillance” des futurs accords commerciaux avec la Chine avancée par le Président Ma Ying-jeou et son cabinet le 3 avril.

Les militants du mouvement #CongressOccupied ont qualifié le projet de “vide, hypocrite et décevant” car il ne laisse aucune place aux citoyens ni aucun pouvoir au Yuan législatif (parlement) pour participer au processus de négociations ou pour amender l'accord – en d'autres termes, les négociations sur ces accords resteront dans la “boîte noire”. Les manifestants ont défini un mécanisme de surveillance dans leurs revendications.

L'opposition à l'accord de libre-échange sino-taïwanais, qui facilite les échanges commerciaux entre la Chine et Taïwan, n'a pas cessé d'agiter l'île depuis l'occupation du parlement par les manifestants le 18 mars 2014. 500 000 taïwanais ont manifesté contre l'accord commercial le 30 mars.

Le président a fait pression sur le parti au pouvoir pour qu'il vote l'accord dès que possible. Il a également refusé la tenue d'une consultation publique citoyenne[zh] et a traité de criminel le mouvement d'occupation.

A man holding an angry bird. 'We do not have guns or bombs. All we have is anger. Is this why the government does not care about us?' Photo from GJ!!Taiwan. CC: NC.

Dessin détourné de Banksy. “Nous n'avons ni fusils ni bombes. Nous n'avons que notre colère. Est-ce pour cette raison que le gouvernement ne fait pas attention à nous ?” Photo de GJ!!Taiwan. CC: NC.

April Chuang, un blogueur politique réputé, critique le parlement, connu sous le nom de Yuan législatif, et traite le projet de [chinois, zh] “Réglementation pour la NON surveillance des accords commerciaux.”

我敢打賭,到時候真正通過的監督條例頂多把立法院拉進來,還是一部不折不扣的不監督條例。

J'imagine que la version finale de cette réglementation devra prendre en compte l'engagement du Yuan législatif à un moment ou à un autre, mais cela restera une réglementation sans mécanisme de contrôle.

Le fait que le Président Ma refuse de donner au Parlement la possibilité d'amender l'accord a soulevé le doute et beaucoup se demandent s'il n'a pas cédé devant le principe de la Chine continentale du “pays unique”. Selon une idée largement partagée dans les milieux politiques taïwanais, la Chine n'autorise pas le parlement taïwanais à amender les accords commerciaux car elle ne reconnaît pas Taïwan en tant que pays doté d'un parlement.

Les internautes ont exprimé leur mécontentement sur PTT [zh], le système de messagerie électronique le plus répandu à Taïwan. Certains estiment que l'impossibilité du parlement à contrôler les négociations commerciales portera atteinte à la constitution et à la souveraineté de Taïwan. Satyrs05 écrit par exemple:

這不是賣台約,什麼才是賣台約

Si cet accord ne vend pas Taïwan, quelle sorte d'accord vendra Taïwan ?

Le journaliste Lee Chih-Te fait remarquer sur Facebook [zh] que le Président Ma a refusé de reconnaître, lors de sa conférence de presse, la souveraineté de Taïwan:

對於「服貿能不能退回重談」這個問題,馬政府的標準答案是:「傷害國際信用,使得以後我們談……人家都會懷疑」。[…]在周六的記者會上,連我在內我記得三次有人提出「為什麼不能重開談判」的問題,馬英九不是刻意畫錯重點,就是背誦標準答案。但馬英九和他的團隊始終沒有發現,這是人家一直在做球,做球讓你這個政府至少在措詞上保留由台灣主動發動兩岸服貿協議重談的可能性,再不會的話,我替你們造個句:「重談在國際上不是沒有先例,例如…(這些例如請中經院李淳教授去找一些),但這會讓兩岸關係付出重大代價。我們目前並不考慮重談。」

拜託馬政府,不管你想不想重談,求求你們改一下標準答案。不要讓自己成為中南海認證的兒皇帝。這是我的噩夢,我相信也是你的。

Quand on lui a demandé si on pouvait rejeter l'accord actuel et le renégocier, le Président Ma a répondu que “une telle action compromettrait notre crédibilité et ferait douter de nous pour des négociations ultérieures.” […] Lors de la conférence de presse de samedi, je me souviens que nous étions trois journalistes à demander au Président Ma pourquoi nous ne pouvions pas renégocier. Le Président Ma n'a pas répondu à notre question ou a donné une réponse convenue. L'administration Ma n'a jamais compris qu'on leur donnait une chance de dire clairement que Taïwan peut se réserver le droit de reconsidérer l'accord. S'ils ne peuvent pas le faire, je peux leur souffler ce qu'ils doivent dire, “Il y a des exemples d'autres pays qui ont repris des négociations, par exemple…, mais cela compromettrait sérieusement les relations commerciales, et nous n'envisageons pas la possibilité de nouvelles négociations.”

Président Ma je vous en conjure. Que vous souhaitiez ou non renégocier, s'il vous plaît modifiez votre réponse. Ne devenez pas un empereur impuissant contrôlé par Pékin. C'est à mes yeux un cauchemar. Et je pense qu'il en est de même pour vous.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site