Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Photos : Au Pakistan, une installation artistique géante cible les opérateurs de drones américains

From the campaign's website. Photo meant for press use.

Vue aérienne du poster. Source: site web de la campagne #NotABugSplat (Ceci n'est pas une éclaboussure d'insecte). Photo libre de droit pour la reproduction presse.

[liens en anglais] Aidé par les habitants locaux et en association avec une campagne anti-drones, un collectif d’artistes a réalisé l’installation d’un poster géant représentant une survivante d’un drone dans les champs de la province de Khyber Pakhtunkhwa, à la frontière du Waziristan, une région tribale continuellement survolée par les drones Predator depuis 2004.

Cette initiative a pour objectif de donner un visage aux victimes qui ont succombé aux attaques effectuées par des drones américains. D’après le Bureau of Investigative Journalism (Bureau du journalisme d’investigation) plus de 380 drones ont eu pour cible le Pakistan, ôtant la vie à au moins 3500 civils, dont 200 enfants. 

La campagne des drones des États-Unis a pour but d’éliminer les fiefs de talibans au Pakistan. L’ancien gouvernement pakistanais avait expressément condamné les attaques effectuées à l’aide de drones américains. Néanmoins, Wikileaks a laissé entendre que ces attaques ont été approuvées en privé. En mai 2013, un tribunal pakistanais a jugé les opérations de frappes par drones menées par la CIA sur le Pakistan d’illégales

L’image ci-dessus a largement été partagée sur Twitter, accompagnée du hashtag #NotABugSplat (Ceci n’est pas une éclaboussure d’insecte) qui est aussi le nom donné à la campagne. D’après le site web en question : 

Dans le jargon militaire, les opérateurs de dronesPredator emploient souvent l’expression “bug splats” (éclaboussures d’insectes), étant donné que la vue d’un corps, à partir d’une image vidéo à l’aspect granuleux, donne l’impression que ce que l’on observe est un insecte que l’on aurait écrasé.

Pour défier ce manque de sensibilité et éveiller les esprits sur les pertes civiles, un collectif d’artistes a réalisé l’installation d’un portrait géant en direction du ciel au Khyber Pukhtoonkhwa, une région lourdement bombardée du Pakistan.

Setting up the poster.

Installation du poster. Photo du site web #NotABugSplat. Photo libre de droit pour la reproduction presse. 

D’après le site web, l’enfant “du poster n’a pas de nom”. La Foundation for Fundamental Rights, une des associations pakistanaises à but non lucratif qui s’est liée à la campagne, déclare que la petite fille a perdu ses parents ainsi que ses frères et sœurs lors d’une attaque de drone. 

Cependant, un utilisateur de Twitter semble avoir fait le lien entre le visage de la petite fille et la photo d’une victime de 2009: 

Je pense que c’est l'original de la photo utilisée pour le poster de la campagne pakistanaise anti-drones #NotABugSplat

Zahra Ahmer déclare sur le site web de la campagne : 

C'est une belle initiative et la petite fille sur la photo est si innocente, si pure et comment ces drones l’ont lésée…Je trouve cela effrayant de lire des commentaires qui expriment l’empathie envers ces enfants, mais qui, en même temps, soulignent la nécessité d’utiliser ces machines. Je veux dire, l’idée que c’est le SEUL moyen de combattre les talibans est tellement ancrée dans nos esprits. Pensez-vous vraiment que ce soit le cas ? Pensez-vous vraiment qu’avec toute notre technologie, notre créativité, que c’est tout ce que nous avons à offrir comme solution ? C’est peut-être la solution la plus facile. Mais est-ce vraiment la seule ? Alors, dites-moi : voudriez vous qu’un gouvernement pourchasse des criminels de cette manière dans votre entourage ? Et plus particulièrement, un gouvernement étranger ?  

Tout moyen de poursuite de terroristes qui met la vie des citoyens en danger devrait être banni. A la place, une autre méthode devrait être pensée et concrétisée. C’est peut être facile pour vous, vous qui êtes bien confortablement chez vous, d’accepter le destin de cette petite fille, mais réellement, essayez d’imaginer, ne serait que pour un moment, ce que sont sa vie, ses souvenirs et l’environnement dans lequel elle devra vivre. Et pensez-y sérieusement, ensuite vous pourrez dire que les drones sont nécessaires. 

Villagers with the poster. From the #NotABugSplat campaign website. Photo meant for press use.

Photo des habitants du village à côté du poster. Photo prise du site web #NotABugSplat. Photo libre de droit pour reproduction presse

John Uebersax écrit : 

C’est une excellente idée. Le fait de répondre aux agressions militaires par la colère et par la haine ne fait qu’engendrer plus d’agression. Il vaut mieux faire appel à la conscience, afin que l’agresseur s’éveille et se dise : « ce que nous faisons est mal ».

Les défenseurs des drones affirment que les frappes ciblées par drones assurent moins de pertes civiles. Néanmoins, l’on débat du nombre de pertes de civils et de militants enregistrées à la suite des attaques de drones. Étant donné que les États-Unis considèrent tout homme en âge de joindre le service militaire comme un « combattant ennemi », leur recensement des pertes varie largement comparé aux nombres de morts par drones relevés par certaines organisations indépendantes. Selon Amnesty International, un certain nombre de victimes n’étaient pas armées. De plus, certaines frappes pourraient être considérées comme crimes de guerre. Un rapport émis par l’International Crisis Group a conclu que « les frappes de drones se sont révélées être un moyen “inefficace” pour combattre les militants au Pakistan. »

Cela fait 100 jours qu’il n y a pas eu d’attaques de drones au Pakistan. C’est la pause la plus longue depuis 2001. Le Washington Post a déclaré que les États-Unis ont réduit le nombre de frappes de drones suite à la demande du gouvernement pakistanais d’une certaine retenue, pendant que de son côté, il mène des pourparlers de paix avec les talibans pakistanais. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site