Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ecriture et politique de Gabriel García Márquez, vues depuis Cuba et la Caraïbe

Le monde littéraire peine encore à accepter l'idée d'une vie sans “Gabo” – l'inimitable écrivain natif de Colombie aimé dans le monde entier [anglais] – Gabriel García Márquez, décédé jeudi dernier à Mexico.

Lauréat du Prix Nobel de Littérature en 1982 [anglais], García Márquez a profondément marqué tant les lecteurs que les aspirants-écrivains, avec ses romans Cent ans de solitude et L'amour au temps du choléra. Du jour de l’annonce de sa mort [anglais], les internautes de la Caraïbe sont nombreux à dire leur tristesse sur Facebook, tandis que d'autres, pour la plupart liés à Cuba, ont choisi la blogosphère pour évoquer la disparition de l'écrivain.

Le Havana Times a publié une nécrologie approfondie [anglais, comme les liens suivants] de l'auteur, sans oublier son amitié controversée avec Fidel Castro :

La mort de [Gabriel] García Marquez, le père du genre littéraire appelé ‘réalisme magique’ laisse un vide immense. ‘Gabo’ était l'un des derniers grands survivants du “boom” de la littérature latino-américaine des années 60 et 70.

García Marquez est né le 6 mars 1927 à Aracataca, une ville du département de Magdalena, dans le nord de la Colombie. Ses souvenirs d'enfance dans cette petite ville au milieu des bananeraies ont inspiré son oeuvre. [Il] laisse son épouse de toute une vie, Mercedes Barcha… et ses fils.

Gabo, son surnom, a été journaliste, scénariste, auteur de nouvelles et de romans, sympathisant socialiste et ami proche du dirigeant révolutionnaire cubain Fidel Castro.

Sa relation avec le dirigeant cubain lui a valu les critiques des mondes littéraire et politique.

Dans son billet suivant, le blog s'attachait au rôle supposé de l'écrivain dans l'affaire des Cinq de Cuba [anglais ; une affaire d'espionnage supposé, en 1998]. Le blog de la diaspora cubaine Babalu a été impitoyable sur l'alliance Gabo-Castro :

Le romancier colombien… étrillait sans relâche les dictateurs latino-américains, surtout ceux qui gouvernaient avec des juntes militaires, pourtant il a glorifié le seul tyran à avoir porté l'oppression et l'art de la dictature militaire à de nouveaux sommets.

The late Gabriel García Márquez, image by  Ver en vivo En Directo, used under a CC license.

Gabriel García Márquez, photo de Ver en vivo En Directo, utilisée sous licence CC.

Le blog Capitol Hill Cubans a été plus mesuré, applaudissant le talent et les réussites de l'écrivain mais reprenant le même argument quant à ses positions politiques :

Le prix Nobel Gabriel Garcia Marquez, 87 ans, est mort hier soir à son domicile de Mexico.

Surnommé ‘Gabo’, il était l'un des romanciers latino-américains les plus populaires et les plus talentueux de notre époque. Ses écrits comprennent… Chronique d'une mort annoncée et L'automne du Patriarche, deux oeuvres à fortes connotations politiques et cinglantes critiques des dictateurs latino-américains.

Hélas, la critique de Gabo épargnait les dictateurs de gauche.

Son amitié intime avec le plus ancien dictateur d'Amérique Latine, le plus meurtrier et le seul totalitaire, Fidel Castro à Cuba, était légendaire.

Tout au long de sa vie, la condamnation par Gabo des dictateurs s'est toujours arrêtée au seuil de La Havane, où une maison lui était offerte avec tous les privilèges et luxes refusés aux Cubains ordinaires.

Son double standard est devenu emblématique. Il est pratiqué aujourd'hui par quelques-uns des gouvernants d'Amérique Latine, comme la Présidente brésilienne Dilma Rousseff, la Présidente chilienne Michelle Bachelet et le Président uruguayen Jose Mujica — qui ont tous été eux-mêmes victimes de dictatures militaires et jetaient l'opprobre sur ceux qui choyaient leurs oppresseurs.

Comment concevoir alors que ces dirigeants latino-américains choyent à présent la seule dictature militaire restante des Amériques.

Au revoir Gabo.

Que ton héritage littéraire vive éternellement.

Mais [qu'il] referme un chapitre malheureux du double standard idéologique de l'Amérique Latine.

Kris Rampersad, qui blogue de Trinidad et Tobago, parle de l'héritage littéraire de García Márquez :

Gabriel Garcia Marquez a influé sur nous de plus de manières que nous voulons croire. Son genre littéraire du réalisme magique est devenu un mode d'expression pour les écrivains et artistes du monde post-colonial aux prises avec l'expression des vécus de l'indépendance dans le monde post-colonial … s'efforçant de saisir la magie du moment plein d'espoir et désireux d'être les architectes de notre destinée mais refusant le réalisme d'un échec potentiel dû aux faiblesses héritées de la mentalité coloniale et à la fragilité humaine face surtout au pouvoir nouvellement acquis ; l'échec du rêve d'indépendance allant de la corruption du rêve américain à nos sociétés post-coloniales idéales mort-nées.

Et elle renverse la discussion sur la politique de l'écrivain, en disant :

Si seulement le monde politique lisait davantage, ils auraient probablement travaillé plus dur à former un monde meilleur dirigé par la conscience des pairs de Marquez. Repose en paix.

L’image utilisée dans ce billet est de Ver en vivo En Directo, utilisée sous licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 2.0 Generic. Visitez la galerie de photos de Ver en vivo En Directo sur Flickr.La vignette est de Ross Angus, utilisée sous licence Creative Commons Attribution 2.0 Generic. Visitez la galerie de photos de Ross Angus sur Flickr.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site