Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Six membres d’un collectif de blogueurs arrêtés en Éthiopie

zonenine

Les six blogueurs arrêtés le 25 avril à Addis-Abeba. Photos tirées de Facebook réunies par Endalk.

Le 25 avril, six membres du collectif de blogueurs Zone Nine [am] ont été arrêtés en Éthiopie. Ils se trouveraient au centre de détention de Maekelawi à Addis-Abeba, la capitale du pays.

Les premières informations relatives à ces arrestations sont apparues sur Twitter où d’autres blogueurs et utilisateurs des réseaux sociaux ont exprimé leur soutien aux personnes arrêtées et leurs craintes concernant leur situation.

L’écrivain Bisrat Teshome qui réside à Addis-Abeba a publié le tweet suivant :

Terrifié par les représailles du FDRPE [Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens] contre les journalistes et les blogueurs. J’ai failli m’évanouir quand on a frappé à ma porte vers 19 h.

Zerihun Tesfaye, journaliste éthiopien exilé aux États-Unis, a commenté :

Tu te sens désespérément seul et impuissant lorsque presque tous tes amis critiques et courageux sont envoyés en prison pour leurs activités militantes.

Créé en 2012, le groupe Zone Nine a exploité d’importantes critiques contre les politiques et les pratiques du parti au pouvoir. Nous avons réussi à mener des campagnes en ligne afin de sensibiliser le public à la répression politique en Éthiopie. Nous avons aussi déployé des efforts à traduire des informations internationales pour les lecteurs locaux, notamment grâce à notre collaboration avec Global Voices qui nous a permis de lancer il y a deux ans une version du site en amharique.

Nous pensons avoir été surveillés par le gouvernement éthiopien depuis la mort du premier ministre Meles Zenawi. Nous avons notamment rédigé des articles critiques envers le prétendu développement économique et les autres résultats obtenus par Meles Zenwi. Bien que de nombreux médias aient couvert favorablement sa politique, nous avons démontré que celle-ci était douteuse.

Le soir de la rédaction de la version originale de cet article, le 26 avril 2014, aucune accusation n’avait encore été portée contre les membres du groupe arrêtés ce jour-là.

Malheureusement, ces arrestations viennent s’ajouter à une longue liste de détentions de ce type. Dans la banlieue d’Addis-Abeba se dresse une grande prison, Kality, où de nombreux prisonniers politiques sont actuellement détenus, parmi eux les journalistes Eskinder Nega et Reeyot Alemu. Les journalistes nous ont donné beaucoup d’informations concernant l’établissement pénitentiaire et les consternantes conditions de vie auxquelles ils doivent faire face là-bas. Kality est divisé en huit zones, la dernière, la Zone Huit est réservée aux journalistes, aux militants de défense des droits de l’homme et aux dissidents.

En nous réunissant, nous avons décidé de créer un blog pour la prison proverbiale où vivent tous les Éthiopiens. Voilà comment est né Zone Nine.

MISE A JOUR (2 mai 2014) :

Samedi 26 avril, deux journalistes de plus ont été arrêtés : Edom Kassaye et Asmamaw Hailegeorgis. Edom Kassaye est aussi un traducteur pour Global Voices. Ils seraient tous deux retenus au centre de détention de Maekalawi, où ils ont rejoint les blogueurs Befekadu Hailu, Atnaf Berahane, Natnael Feleke, Mahlet Fantahun, Zelalem Kibret, Abel Wabela, et le journaliste Tesfalem Weldeves, également arrêtés le 25 avril.

Tous les neufs ont été accusés dimanche 27 avril de “travailler avec des organisations étrangères prétendant militer pour les droits de l'homme et…recevoir des subsides pour fomenter la violence publique par les médias sociaux.” Selon des contacts locaux, ils ne sont pas autorisés à voir leurs familles ni leurs avocats.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site