Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Si vous devez vous déplacer à Madagascar

Pour les nouveaux venus, les transports publics peuvent constituer un défi à Madagascar. Plusieurs raisons peuvent expliquer cela. Pour sa superficie, 590 000 km2, l'infrastructure routière du pays est vétuste et sous-développée. Le réseau ferroviaire se développe mais la plupart des villes ne sont pas desservies.

Dans les centres urbains, les transports publics sont limités aux bus et minibus bondés et le chemin de fer urbain reste un projet uniquement pour la capitale, Antananarivo.

Les transports publics sont un problème bien connu dans la capitale. Il y a près de deux millions d'habitants et un total estimé de 110 000 voitures. Les rues sont souvent embouteillées, comme on le voit sur la photo ci-dessous:

Urban traffic in Antananarivo via Mada aventures CC-NC-2.0

Trafic urbain à Antananarivo via Madagascar-aventures. CC-NC-2.0

L'impact de la circulation sur les déplacements urbains est également enregistré dans cette vidéo par Viva Madagascar:

Les embouteillages sont tellement insupportables pour les habitants que le gouvernement d'Antananarivo évalue la possibilité d'installer un système de téléphérique urbain entre les deux collines les plus peuplées de la ville:

Cette ligne devra desservir la Haute Ville et Mahamasina. Toutefois, le PDS n’a pour l’instant fourni aucun détail quant au début des travaux ni au coût du projet.
En ce qui concerne l’utilisation de téléphérique urbain, la capitale se dotera d'un mode de transport en commun qui existe à la Paz.

Etant donné le coût estimé d'un tel projet (166 millions d'euros ou 230 millions de dollars pour le système de La Paz) et la pauvreté endémique de la ville, beaucoup s'interrogent sur la pertinence de ce projet. Marc Harmelle a écrit:

Plutôt que de penser construire un téléphérique, ne faudrait il pas commencer à raser les bidonvilles, reloger ces gens comme des êtres humains, soigner et scolariser leurs enfants ?

Transports publics à Madagascar

Si l'embouteillage est le problème principal dans les villes, les routes interrégionales ont aussi besoin de gros travaux d'entretien. Un billet publié sur Madagascar Tribune a fait observer qu’il reste beaucoup à faire:

11 700 km de routes à réparer dans tout Madagascar en 6 mois […] l’OTU (Office des travaux d’urgence) va se consacrer aux travaux d‘urgence et aux entretiens provisoires des routes endommagées par les catastrophes naturelles

L'ONG Lalana (Routes, en malgache) a alerté les lecteurs sur l'état de la RN2 reliant la capitale au port principal de Madagascar, Toamasina:

Le patrimoine routier du pays se dégrade. La crise politique a complètement chamboulé le mécanisme de financement du programme d’entretien routier et des travaux d’urgence. Des dégâts, causés par les cyclones qui ont frappé le pays, l’année dernière, ne sont toujours pas réparés à l’heure actuelle. C’est le cas, entre autres, de la route nationale 2, reliant Antananarivo à Toamasina. Plusieurs mini-éboulements, des portions de route emportées par les torrents

National roads in Madagascar - viaTananews- Public domain

“Taxi-brousse” sur les routes nationales à Madagascar. Via Tana News. Domaine public

Parcourir Madagascar en transports publics est toujours une expérience unique. Le moyen le plus abordable de voyager est en taxi-brousse. Le taxi-brousse existe en nombreux types de véhicules, mais surtout comme un minibus, comme on le voit sur la photo précédente. Une fois dans une ville, en dehors de la capitale, on peut se déplacer en pousse-pousse :   

Ariniaina, auteur de Global Voices qui vit à Madagascar, a souligné que la législation a changé pour les pousse-pousse, mais il reste un moyen de transport très usité par de nombreux habitants

Rickshaw as a mean of transportation pulled by a human being has been considered a violation of human rights. So the Commune [city hall] of Antsirabe [the second largest city in Madagascar] launched the “cyclopousse” – a rickshaw pulled by a bike.  Yet, “traditional” rickshaws are still the main transportation for many Antsirabe residents.

Le pousse-pousse comme moyen de transport tiré par un être humain a été considéré comme une violation des droits de l'homme. Ainsi, la commune d'Antsirabe [la deuxième plus grande ville de Madagascar] a lancé le “cyclopousse”, un pousse-pousse tiré par un vélo. Pourtant, les pousse-pousse “traditionnels” restent le principal moyen de transport pour de nombreux habitants d'Antsirabe.

Ariniana posing with a rickshaw owner and his rickshaw in Antsirabe, Madagascar (with her permission)

Ariniaina posant avec un propriétaire de pousse-pousse et son pousse-pousse à Antsirabe, Madagascar. Utilisée avec permission.

Les transports publics tentent de rattraper la croissance rapide de la population de Madagascar, mais compte-tenu des contraintes économiques importantes, c'est prévu, pour au moins un bon bout de temps.

1 commentaire

  • […] Les transports publics peuvent être un défi à Madagascar. L'infrastructure routière du pays est vétuste et sous-développée et des bus et minibus bondés sont souvent la seule option.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site