Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Recherches du vol MH370 : Les promesses non tenues du Premier Ministre australien

Ocean Shield deploys the Bluefin 21 underwater vehicle

L'Ocean Shield déploie le véhicule sous-marin Bluefin 21
Page Flickr officielle de la Marine américaine [CC-BY-2.0]

L'actuel Premier Ministre australien Tony Abbott n'est pas le seul à aspirer au statut de célébrité mondiale. Son prédécesseur Kevin Rudd aimait parader devant une audience planétaire. Pour autant, la récente incursion de Tony Abbott dans les eaux politiquement dangereuses de la recherche et du renflouage d'avion a réveillé de nombreux cyniques et détracteurs de son pays.

Les recherches de l'avion disparu du vol malaisien MH370 se sont déroulées dans l'océan au large de Perth. Sous les feux des médias mondiaux pendant sa visite en Chine, M. Abbott annonçait, triomphant, le 12 avril que :

Nous sommes sûrs de connaître la position de la boîte noire de l'enregistreur de vol avec une précision de quelques kilomètres, mais la certitude de la position approximative de la boîte noire n'est pas la même chose que la récupération de l'épave à une profondeur de presque quatre kimomètres et demi sous la mer.

Les Chinois ont été particulièrement intéressés puisque la majorité des passagers étaient de Chine.

Un gros défi devant lequel il a paru reculer lorsqu'il s'est adressé aux médias le 28 avril :

Jadis “confiant et victorieux” de trouver la boîte noire du MH370, le premier ministre australien Abbott à présent “perplexe et déçu” que les recherches ont fait chou blanc

Beaucoup y ont vu une reculade :

Pourquoi Tony Abbott a-t-il raconté à la face du monde il y a quelques semaines qu'il était “certain” que l'armée australienne avait trouvé la boîte noire de l'avion ? #politique australienne

Abbott ne croit pas avoir dit en Chine que l'Australie avait retrouvé le MH370……. mais c'est ce que le monde a retenu de ses paroles

Sans craindre d'en rajouter dans l'hyperbole, le Premier Ministre a persévéré lors de sa prestation médiatique :

Abbott : “Ce sont probablement les recherches les plus difficiles de l'histoire de l'humanité.” 

#MH370 Abbott est donc sans vergogne ? Un peu de respect pour les familles, arrêtez l'hyper médiatisation ?

Un thème n'a pas tardé à émerger sur Twitter : celui d'une tentative supposée de distraire le public australien de scandales ravageurs autour de collègues de son Parti Libéral, soulevés par la Commission Indépendante de la Corruption [ICAC] de Nouvelle Galles du Sud. Après la démission du Premier Ministre de cet Etat la semaine précédente, de nouvelles têtes politiques sont tombées pour blanchiment d'argent.

Mdr L'annonce sensationnelle de 14h d'Abbott sur le MH370 Quelle blague, une diversion des allégations de blanchiment à l'ICAC #politique australienne

Abbott a déclaré les recherches du MH370 “les plus grandes recherches de l'histoire de l'humanité”. Mais les recherches de l'ICAC à l'intérieur du Parti Libéral pourraient les éclipser #politique australienne

Tony Abbott est prêt à payer ce que coûtera son machisme, mais certains trouvent que c'est du gaspillage :

Il y a 19 jours les responsables australiens espéraient retrouver l'épave du MH370 “en quelques jours”. Maintenant on parle de mois. Et de 60 millions de dollars de dépenses.

La zone de recherches a été élargie une fois de plus, malgré le scepticisme mondial croissant :

Abbott nous dit en substance qu'il n'ont pas la moindre idée de l'endroit où se trouve le MH370  

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site