Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La perspective d'une victoire du parti Bharatya Janata en Inde inquiète le Bangladesh

Subramanian Swamy lors d'un meeting à Mangalore, en Inde, le 17 Décembre 2013.

Les plus grandes élections au monde sont en cours en Inde, et à ce jour, le vote a eu lieu dans 21 états sur 28. Au fur et à mesure qu'elles approchent de leur terme, les partis politiques concurrents essaient d'attirer les électeurs avec des promesses populistes qu'ils promettent de réaliser s'ils étaient élus.

Subramanian Swamy, une figure de proue du parti conservateur Bharatya Janata Party (BJP=Parti du peuple Indien) [fr], dont le candidat au poste de Premier ministre est M. Narendra Modi, a provoqué l'indignation au Bangladesh voisin quand il a déclaré lors d'un rassemblement électoral dans la région de l'Assam, que le Bangladesh devrait dédommager l'Inde pour les Bangladais sans-papiers, en lui cédant un tiers de ses terres.

 Il a également affirmé que depuis l'indépendance du Bangladesh et sa partition du Pakistan en 1971, un tiers de la population musulmane du Bangladesh a migré vers l'Inde. Selon lui, le Bangladesh devrait les reprendre ou céder un tiers de ses terres à l'Inde.

Il n'existe pas de chiffres fiables sur le nombre d'immigrés bangladais qui se trouvent en Inde, mais un grand nombre parmi eux ont migré en Inde pour rejoindre leur  famille, pour des possibilités d'emploi ou pour échapper aux crises environnementales au Bangladesh, ou pour d'autres raisons encore. La vague d'immigrants dans la dernière décennie a incité l'Inde à renforcer la sécurité le long de sa frontière avec le Bangladesh, y compris par l'installation de clôtures en barbelés.

 Les journaux bangladais ont d'abord repris les remarques du quotidien bengali de la région de l'Assam, Samayik Prasanga, le 19 avril. Tout comme au Népal, au Bhoutan, au Pakistan et en Chine, les analystes politiques du pays suivent de près l'élection puisque leurs relations avec l'Inde seront façonnées par les politiques des partis qui gagneront les élections.

Des réactions de colère ont rapidement suivi. L'utilisateur Veja Beral commenté sur le forum projanmo.com:

বিজেপি বাংলাদেশ বিদ্বেষী দল। এরা এইবার ক্ষমতায় আসলে বাংলাদেশিদের কপালে শনি আছে। [..] তিস্তা, সীমান্ত কিছুতো হবেই না বরং যেইসব চুক্তি বাস্তবায়নাধীন সেই সব বন্ধ করতে কাজ করবে মোদি সরকার।

Le BJP est un parti anti-Bangladesh. S'il arrive au pouvoir, cela signifiera des difficultés pour le Bangladesh. Les questions en suspens [depuis longtemps], comme le contrat de partage de l'eau du fleuve Teesta [fr] ainsi que les litiges frontaliers resteront sans solution et tous les traités seront gelés par le gouvernement Modi.

L'utilisateur a aussi écrit:

ভারতে কিছু অবৈধ বাংলাদেশি আছে এটা সবাই জানে কিন্তু সেটা ৫ কোটি (বিজেপির দাবি) এটা বিশ্বাসযোগ্য না। হয়তো ৫ লাখকে ৫ কোটি বলে প্রচার করে ভোট পাওয়ার জন্য।

Il y a des bangladais sans papiers en Inde que tout le monde connait. Mais le chiffre astronomique de 50 millions (selon le BJP) est illogique et faux. Peut-être que le BJP avance volontairement le chiffre de 50 millions au lieu de 500 000, pour des raisons électorales.

Shamim Sujaet exprime son opinion sur le blog Shobdoneer:

বাংলাদেশ যেন খেলার পুতুল! যা খুশী ভাবতে পারো!

Comme si le Bangladesh était un jouet. Vous pouvez le changer comme bon vous semble.

Pendant ce temps, un groupe de hackers appelés les “Bangladesh Cyber ​​71″ aurait piraté plus de 300 sites Web du gouvernement indien pour protester contre les commentaires de M. Swamy. L'administrateur du groupe a dit au site BanglaNews24.com qu'ils continueront les attaques jusqu'à ce que le BJP retire sa déclaration.

Capture d'écran d'un site piraté par "Bangladesh Cyber ​​71" en signe de protestation contre des observations formulées par le dirigeant politique indien Subramanian Swamy du Bharatya Janata Party.

Capture d'écran d'un site piraté par “Bangladesh Cyber ​​71″ en signe de protestation contre les déclarations du dirigeant politique indien Subramanian Swamy du Bharatya Janata Party.

En représailles, le site officiel de la Division du Cabinet du Bangladesh a apparemment été piraté par un groupe indien.

Narendra Modi, candidat au poste de Premier ministre pour le BJP, a enfoncé le clou en revenant sur ses commentaires lors d'un rassemblement dans le Bengale occidental:

Vous pouvez l'écrire. Après le 16 mai, c'est mieux pour ces bangladais de se tenir prêts avec leurs sacs emballés.

La lutte contre l'immigration clandestine en provenance du Bangladesh constituait une partie du programme électoral du BJP, qui affirme qu'ils constituaient un réservoir électoral pour le Parti du Congrès, dirigeant actuellement le pouvoir fédéral en Inde. Mais les commentaires de M. Modi indiquent que ce pourrait être une arme politique qu'ils utiliseraient contre leur voisin si le parti arrivait au pouvoir.

Cependant, il ne s'agit pas d'un mouvement migratoire à sens unique. L’ Inde risque de perdre la source d'un cinquième des transfert de fonds si les relations venaient à se dégrader avec son voisin le Bangladesh. Environ un demi-million d'Indiens travaillent au Bangladesh, et ​​ils ont envoyé 3,7  millions de dollars en Inde l'année dernière.

 

Ce billet a été écrit en collaboration avec Abdul Aleem Khan

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site