Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une campagne libanaise contre le système du ‘Kafala’ et les abus contre les migrants

Le Migrant Workers Task Force (MWTF) (Groupe de travail sur les travailleurs migrants), une ONG libanaise comprenant des militants libanais et étrangers, y compris des travailleurs migrants, a lancé une campagne pour lutter contre la fameuse pratique du Kafala (ou “parrainage”) [fr] avec le hashtag #StopKafala. La campagne montre des étudiants (migrants) et des enseignants (migrants, militants libanais et internationaux) qui tiennent une pancarte en anglais, avec des message en français ou arabe. L'exposition de photos a été accueillie à AltCity Hamra où le MWTF donne des cours hebdomadaires en français et en anglais aux travailleurs migrants le dimanche (leur jour de congé).

Sur leur page Facebook, ils ont écrit:

En soutien à la 4ème Célébration de la Journée annuelle des travailleurs et de la campagne Fi Shi Ghalat [Il y a quelque chose de mauvais], nos élèves et leurs enseignants ont préparé chacun sa banderole pour le défilé qui aura lieu le 4 mai. Ils prennent tous position contre le système de parrainage (kafala) qui est responsable de toutes les violations des droits de l'homme auxquelles sont exposés chaque jour les travailleurs migrants.

La célébration annuelle de la Journée des travailleurs ( Lien sur la page Facebook) mentionnée ci-dessus est un événement annuel célébrant la fête du Travail et organisée par quatre ONG libanaises  connues et soutenues par le MWTF. Les quatre organisations sont Fi Shi Ghalat («Il ya quelque chose est faux”) , KAFA (Assez), le Mouvement contre le racisme (ARM) , et le Centre des Migrants de Caritas Liban .

Le message est suivi par un appel à l'action:

Rejoignez-nous en publiant votre propre opinion avec votre message personnel sur le système Kafala ou l'abus des droits des travailleurs migrants qui a lieu au Liban au quotidien et ajoutez # StopKafala sur vos photos et messages.

Voici quelques exemples. Vous pouvez voir toute la campagne sur Facebook.

Olga du Cameroun: «Peu importe ce que nous disons rien ne changera, parce qu'ils ne se soucient pas de nos sentiments"

Olga du Cameroun: “Peu importe ce que nous disons rien ne changera, parce qu'ils ne se soucient pas de nos sentiments”

"Je suis fatigué du fait que la couleur de sa peau est corrélée à la qualité du travail qu'on peut atteindre au Liban"

“Je suis fatigué du fait que la couleur de la peau soit corrélée à la qualité du travail qu'on peut atteindre au Liban”

"Ils nous traitent comme des animaux. Nous ne sommes pas des prisonniers. Certains travailleurs sont enfermés et ne sont pas autorisés à quitter la maison pendant des années "

“Ils nous traitent comme des animaux. Nous ne sommes pas des prisonniers. Certains travailleurs sont enfermés et ne sont pas autorisés à quitter la maison pendant des années “

 "Les chiens peuvent sortir tous les jours, pourquoi ne pouvons-nous pas sortir chaque semaine? Sortir ne signifie pas nécessairement fuir, cela signifie la liberté. "

“Les chiens peuvent sortir tous les jours, pourquoi ne pouvons-nous pas sortir chaque semaine? Sortir ne signifie pas nécessairement fuir, cela signifie la liberté. “

"Le système du Kafala tue un travailleur domestique chaque semaine. "

“Le système du Kafala tue un travailleur domestique chaque semaine. “

2 commentaires

  • […] une ONG libanaise a lancé une campagne pour lutter contre la fameuse pratique du Kafala (ou "parrainage") et les abus contre les travailleurs migrants avec le hashtag #StopKafala  […]

  • Le Kafala est un système d’une autre époque, si le Qatar veut rentrer dans le jeu économique international il doit l’abandonner rapidement. Aucun être humain ne mérite cet esclavage moderne.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site