Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pourquoi le Rwanda accuse la France d'avoir soutenu le génocide, en cinq points

A l'occasion des commémorations en mémoire des victimes du génocide rwandais, le Président Kagame a déclaré que la France devait “regarder la vérité en face” sur le rôle qu'elle a tenu pendant le génocide de 1994. La France n'a pas assisté aux commémorations en réponse aux accusations du Président rwandais. Et l'ancien ministre français des Affaires étrangères a demandé au Président Hollande de défendre l'honneur du pays et de ses forces armées.

Sur le site Rue89, Rémi Noyon énumère les raisons des accusations de soutien au génocide perpétrées contre la France :

 1) La France va « de facto » prendre le commandement de l’armée rwandaise face au rebelles du Front patriotique rwandais (FPR).

2) La France craint alors que l’offensive tutsi ne soit télécommandée via l’Ouganda par les Anglo-saxons, et ne vise à enfoncer un coin dans l’influence de la France sur la région

3) La France ne semble pas s’intéresser outre mesure aux négociations de paix.

4) Les soldats n’embarquent pas le personnel tutsi présent à l’ambassade de France (sauf une personne). Ils seront tous massacrés.

5) Quant à l’opération Turquoise, elle continue à diviser : elle a certainement permis de sauver des vies tutsi, mais l’armée est accusée d’être restée passive – et donc complice – face aux atrocités.

 

 

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site