Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Thaïlande, aggravation de la crise politique et élections prévues en juillet

Anti-government protesters gather at a rally showing their loyalty to King Bhumibol Adulyadej. Protesters are demanding the resignation of the Prime Minister. Photo by Sanji Dee, Copyright @Demotix (5/5/2014)

Rassemblement de manifestants anti-gouvernementaux qui montrent leur fidélité au Roi Bhumibol Adulyadej. Les manifestants demandent la démission de la Première Ministre. Photo de Sanji Dee, Copyright @Demotix (5/5/2014)

[Sauf indication contraire, les liens dirigent vers des pages en thaïlandais]

Peu de temps après que le mouvement de protestation contre les élections, dirigé par le Comité de Réforme Démocratique du Peuple (PDRC), a eu gain de cause sur l'annulation des élections [fr] de février en Thaïlande, la date pour la tenue de nouvelles élections a été fixée au 20 juillet de cette année. La Première Ministre Yingluck Shinawatra semble satisfaite de pouvoir peut-être rester un peu plus longtemps au pouvoir, malgré les graves accusations [en] de corruption qui pèsent contre elle.

Le tribunal doit statuer sur ces accusations demain le 7 mai 2014 et Yingluck pourrait être contrainte à quitter le pouvoir si elle est jugée coupable.

Les Thaïs sont-ils contents d'être appelés aux urnes pour une seconde fois en moins de six mois?

Sondage après sondage les électeurs thaïlandais se montrent “préoccupés” et “méfiants” sur le scrutin à venir. La plupart pensent que l'élection a peu de chance de résoudre le conflit politique qui dure depuis près de dix ans et qui a donné à la Thaïlande 6 premiers ministres, 5 gouvernements, 3 élections et 1 coup d'Etat. Par ailleurs, l'organisation de cette élection va coûter 3,8 milliards de bahts (127 millions de dollars) qui seront supportés par les contribuables – dont certains soutiennent le PDRC et vont boycotter les élections. Ce serait une perte d'argent, de temps, de ressources et un véritable casse-tête pour tout le monde si une nouvelle annulation devait avoir lieu.

L'opposition a boycotté les élections de février sous prétexte que la procédure électorale ne pouvait être juste et équitable tant que la famille de la Première Ministre y participait. L'élection était organisée en réponse aux manifestations de rue massives organisées par l'opposition pendant plus de trois mois.

Les échanges sur internet en Thaïlande dénotent un état d'esprit plutôt morose chez les électeurs :

Chaichol MCFC écrit sur le tableau d'affichage électronique de Pantip :

Je ne crois pas qu'il va y avoir des élections. Pas à cause du gouvernement, mais à cause de Taug [Suthep] et ses associés. Depuis 6 mois il prétend qu'il va réformer le pays, mais il n'a rien fait si ce n'est demander de l'argent dans les rues et mettre la pagaille.

Un commentaire 1204962 pense qu'un coup d'Etat est peut-être nécessaire :

On a déjà eu une dissolution de l'assemblée et le pouvoir est revenu au peuple. Que pourrait-on faire d'autre [pour résoudre la crise]. Tout simplement un nouveau coup d'Etat militaire.

Les partisans du PDRC vont plus loin en demandant aux gens de saboter l'élection.

Sur la page Facebook de Suthep -secrétaire du PDRC- des milliers de commentaires affluent la plupart du temps pour soutenir la campagne “pas de réformes avant les élections”. Max Chakrit écrit :

La règle de la majorité ne marche pas en Thaïlande parce que ce sont les gens de peu d'éducation qui forment la majorité (mais dans les autres pays, la règle de la majorité s'applique). Pour cette raison les Thaïlandais sont facilement manipulés…

Porn Pramualsap commente aussi :

Peu importe qui dirige le pays, du moment qu'ils ne trompent pas les paysans.

Les prochaines semaines sont cruciales pour que les élections puissent se dérouler comme prévu. Deux obstacles majeurs doivent être surmontés. Le premier est de savoir si Yingluck va se sortir des deux accusations qui pèsent contre elle ; le deuxième est de savoir si le dépôt des candidatures, fixé au 25 mai, se passera calmement. Le fait que le dépôt des candidatures se passe bien devrait préjuger de la tenue des élections.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site