Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Netizen Report : Google perdant dans l'U.E., gagnant au Pakistan

Ellery Biddle, Lisa Ferguson, Weiping Li, Hae-in Lim, et Sarah Myers ont contribué à la rédaction de ce rapport

Capture d'écran de # KholoBC clip dénonçant le blocage de YouTube.

Capture d'écran de # KholoBC , un clip dénonçant le blocage de YouTube.

Le Netizen Report de Global Voices Advocacy présente un résumé des défis à relever, des victoires et des tendances émergentes en matière de libertés numériques dans le monde.

L'édition de cette semaine commence par l'UE, où la Cour européenne de justice a rendu un arrêt le 13 mai sur le très débattu “droit à l'oubli”, ou le droit individuel d'avoir un certain contrôle sur les résultats qui peuvent être vus quand son nom est entré dans un moteur de recherche.

La Cour a jugé que les particuliers de l'Union européenne peuvent demander aux moteurs de recherche tels que Google de supprimer certains liens de leurs résultats de recherche et que les entreprises seraient contraintes de s'y conformer. Cela ne signifie pas que le contenu sera retiré d'Internet – des liens vers des contenus pertinents seront simplement supprimés des résultats de recherche sur le nom de cette personne, et il incombera aux moteurs de recherche de gérer ce processus. La Cour de justice est la plus haute juridiction de l'UE, ainsi Google, défendeur dans cette affaire, ne peut pas faire appel de la décision. L'expert en droit de l'Internet Jonathan Zittrain a expliqué la décision dans un billet sur blogs.law.harvard.edu :

Là où avant Google et d'autres pouvaient éconduire les utilisateurs mécontents que d'anciennes dettes non payées soient liées à leurs noms dans des résultats de recherches, maintenant, ils peuvent demander à Google, qui doit en quelque sorte peser entre l'intérêt de la personne à sa vie privée et l'intérêt des internautes à consulter la page Web indexée qu'elle voudrait faire retirer. Je ne saurais dire exactement qui serait mieux qualifié pour le faire … “

Il note que, si la décision coûtera certainement aux moteurs de recherche, elle ne devrait pas amener à leur fermeture. 

Le préjudice le plus important de cette décision”, écrit-il,” ce n'est pas pour les entreprises de moteur de recherche, mais pour le grand public, et pour la possibilité de trouver des informations publiques précises.”

Dix ans de prison pour un blogueur saoudien

Le blogueur saoudien Raif Badawi a été condamné [fr] la semaine dernière à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouet pour “insulte à l'islam”. M. Badawi a fondé Saudi Arabian Liberal (Libéraux saoudiens), en 2008, un forum en ligne pour débattre du rôle de la religion dans le pays. Son avocat a également été emprisonné pour la création d'un groupe de surveillance des droits de l'homme.

La personnalité politique malaisienne et vice-présidente du Parti d'action démocratique, Mme Teresa Kok, a été accusée de sédition pour avoir téléchargé une vidéo satirique sur YouTube, intitulée “Onederful Malaisie.” Mme Kok pourrait être condamnée à une peine pouvant atteindre trois ans aux termes de la loi – une législation qui remonte à l'époque où la Malaisie était une colonie britannique.

Le militant vénézuélien pour le droit à la liberté de parole et leader du mouvement SOS Venezuela Rodrigo Diamanti a été appréhendé par les forces de sécurité nationale à l'aéroport international de Caracas la semaine dernière alors qu'il tentait de quitter le pays. Il a été mis en liberté provisoire deux jours plus tard. Les bureaux de l'ONG de Diamanti “Un Mundo Sin Mordaza (Un monde sans muselière) ont été perquisitionnés par des agents de sécurité, une semaine avant son arrestation.

Huit jeunes défenseurs de la démocratie en Azerbaïdjan ont été condamnés [fr] à des peines de prison par le Tribunal des crimes graves, pour des crimes allant du hooliganisme à la possession illégale d'armes à feu. Chacun d'eux avait été initialement arrêté dans le cadre d'une série de manifestations organisées en ligne, mais en septembre 2013, ils ont fait l'objet de nouvelles accusations les reliant à l'organisation d'émeutes et des violences. Il est largement admis que ces accusations ont été montées par des fonctionnaires et que les peines étaient motivées uniquement par des intérêts politiques. 

Activisme citoyen : Les blogueurs africains organisent un tweetathon pour les Éthiopiens détenus

Les blogueurs nigérians Blossom Nnodim et Nwachukwu Egbunike, avec l'éditeur de Global Voices Ndesanjo Macha de Tanzanie ont organisé un tweetathon à l'échelle de l'Afrique [fr] le mercredi 14 mai (à partir de 1-16 heures GMT) pour demander la libération de neuf blogueurs et journalistes [fr] actuellement détenus en Éthiopie. Quatre des blogueurs sont des membres de la communauté Global Voices.

L'internaute Beza Tesfaye qui a écrit un un billet virulent [fr] pour Global Voices, sur invitation, à propos de l'arrestation des neuf blogueurs et journalistes éthiopiens les 25 et 26 avril, remarque que les “menaces auxquelles sont exposés les blogueurs, les journalistes et les personnes libres penseurs en Éthiopie sont dues au fait qu'ils introduisent une idée radicalement nouvelle – l'idée d'un pays plus libre, plus démocratique … cette idée, rendue encore plus contagieuse par l'emprisonnement des blogueurs et des journalistes, continue de se propager en leur absence “.

Liberté d'expression : YouTube de retour au Pakistan ?

La Haute Cour de Lahore a déclaré le 13 mai que YouTube devait être débloqué au Pakistan, en réponse à une plainte déposée par l'ONG pakistanaise Bytes for All (Bytes pour tous). Cette décision intervient 20 mois après que le blocage du site par les autorités en réponse à la controverse autour de la bande annonce du film “Innocence des musulmans“. La décision ne signifie pas que YouTube sera accessible immédiatement, le demandeur doit maintenant introduire une nouvelle requête devant la Cour suprême. Mais la décision est un pas dans la bonne direction.

Confidentialité : les messageries sur mobile sur la sellette

L'application de messagerie mobile Snapchat est parvenue à un accord cette semaine avec la Federal Trade Commission (Commission fédérale du commerce) sur les allégations selon lesquelles elle a menti sur la possibilité de démontrer la facilité d'enregistrer les messages de ce service, qu'elle proclame dans sa publicité, du fait que les photos et les vidéos disparaissent de la plate-forme sans laisser de trace. Cette décision pourrait créer un précédent pour d'autres services qui font des promesses semblables au sujet de la sécurité et l'anonymat de leurs utilisateurs, en introduisant des amendes si elles violaient la confidentialité des utilisateurs, selon le New York Times.

Gouvernance d'Internet : réponse sans intérêt de la FCC sur la neutralité du net

Après annoncé des propositions de règles permettant aux entreprises de contenus (comme Netflix ou Google) de payer les fournisseurs de services Internet (comme Comcast ou Verizon) pour accélérer la livraison de leurs contenus en ligne, la Commission fédérale des communications des États-Unis semble prête à exercer plus de contrôle sur ces types de services, “tout en conservant la même approche”, si cela signifie quoi que ce soit. Plutôt que d'adopter la neutralité du net comme politique, la FCC semble prête à adopter la tactique du gentil et du méchant envers les entreprises de télécommunications, en promettant de les punir si elles abusent de leurs nouveaux privilèges. Pour les spécialistes, cela ressemble plus à une tentative d'apaiser les géants d'Internet comme Google et Facebook qu'à un changement réel d'approche.

Insécurité de l'Internet : des chercheurs trouvent des bogues dans le système de vote par Internet de l'Estonie

Une équipe de chercheurs de l'Université du Michigan a découvert ce qu'elle a qualifié de “gros risques” dans le système de vote par Internet de l'Estonie, et a exhorté le pays à geler immédiatement le système en raison de sa vulnérabilité. Selon le groupe, officiellement accrédité pour observer le système lors des élections municipales d'octobre 2013, il y a des problèmes dans la sécurité opérationnelle, les mesures de transparence et la conception de logiciels qui mettent le système en danger. Ils notent que l'Estonie est le seul pays au monde qui utilise le vote par Internet “de manière significative” pour ses élections nationales, et prévoit d'utiliser le système pour les élections parlementaires européennes de ce mois.

Publications et études

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site