Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

PHOTOS : des centaines de personnes manifestent contre le coup d'Etat en Thaïlande

Anti-coup activists and protesters occupy the square outside of Bangkok Art and Cultural Center in central Bangkok. Photo by Lillian Suwanrumpha, Copyright @Demotix (5/23/2014)

Les manifestants et activistes contre le coup d'Etat occupent la place du Centre d'Art et de Culture de Bangkok, au centre-ville. Photo de Lillian Suwanrumpha, Copyright @Demotix (5/23/2014)

Environ 500 personnes ont rejoint les manifestations organisées à Bangkok pour refuser le coup d'Etat en Thaïlande. De nombreux étudiants ont participé au rassemblement pour dénoncer la réglementation militaire et la répression exercée sur la liberté de la presse.

L'armée a décrété la loi martiale le 20 mai et déclaré un coup d'Etat deux jours plus tard. Le chef des armées est maintenant à la tête du pays. Des dizaines de responsables politiques sont en détention dont l'ancienne Première Ministre Yingluck Shinawatra.

L'armée a non seulement imposé un couvre-feu, mais également fermé des chaînes de télévision, des stations de radio et contrôle les salles de rédaction des principaux journaux. Les internautes sont priés de ne pas poster d'information qui puisse créer la ‘confusion’ ou des ‘malentendus’.

Les militaires affirment que cette intervention est nécessaire pour mettre fin aux violentes confrontations entre les partisans du gouvernement et les forces d'opposition. Ils ajoutent que des réformes doivent être entreprises avant la tenue de nouvelles élections.

C'est le 12ème coup d'état réussi en Thaïlande, le dernier en date ayant eu lieu en 2006. Bangkok Pundit fait remarquer que les manifestations contre le coup d'Etat d'aujourd'hui sont plus importantes qu'en 2006 :

Nous avons assisté ce soir à des manifestations beaucoup plus importantes que les premières manifestations de 2006. Bangkok Pundit s'attend à les voir se multiplier, mais il est difficile de prévoir à quelle allure, car bien souvent des “incidents” (un militaire qui tabasse, blesse ou tue un manifestant, par exemple) peuvent changer le cours des choses. Cela peut prendre du temps.

"Stop robbing the power of the people". Photo from Facebook page of The Isaan Record

“Arrêtez de voler le pouvoir au peuple”. Photo de la page Facebook de The Isaan Record

Une des actions les plus remarquées hier est celle d'une journaliste qui s'est mis un scotch rouge sur la bouche et a posé près des militaires. Elle a été renvoyée par la chaîne de télévision qui l'employait pour avoir posté la photo.

Pour ceux qui ne le savent pas, la jeune femme avec le scotch rouge sur la bouche est une journaliste (une journaliste courageuse). #ThaiCoup pic.twitter.com/FBBXzfYUxd

Des manifestants ont été arrêtés dans la soirée.

Les opposants au coup d'Etat sont actuellement au centre commercial MBK pic.twitter.com/dEe5jCA56m

Puangthong R. Pawakapan, membre de l'Assemblée pour la Défense de la Démocratie, est confiant et pense que les Thaïs vont poursuivre leur résistance au coup d'Etat:

Les militaires n'ont que leurs armes et les armes ne peuvent rien contre le coeur des gens ni ne peuvent agir sur ce qu'ils pensent. Ils ne peuvent qu'interdire aux gens d'exprimer leurs pensées et leurs opinons. De nouvelles arrestations vont avoir lieu pour créer un climat de peur. Cependant la peur a ses limites. Finalement il ne faut pas sous-estimer la dignité des gens. Ils vont cesser d'avoir peur et se battre.

A protester shows a pro-democracy banner to Thai soldiers as he demonstrates against the coup d'etat at the Siam area, Bangkok, Thailand. Photo by Biel Calderon, Copyright @Demotix (5/23/2014)

Un manifestant montre aux militaires thaïlandais une banderole en faveur de la démocratie lors d'une  manifestation contre le coup d'Etat dans le quartier de Siam à Bangkok, Thaïlande. Photo de Biel Calderon, Copyright @Demotix (5/23/2014)

Pendant deux jours, les chaînes de télévision ont été interdites d'antenne sauf pour diffuser des chants patriotiques des 1ère et 2ème guerres mondiales et de l'époque de la guerre froide. Ces chants font surtout la promotion de l'unité pour combattre les menaces intérieures et extérieures qui pèsent sur la Thaïlande. Ces chants s'inspirent aussi de la lutte du gouvernement contre le communisme dans les années 70. La page Facebook de l'armée est inondée de demandes et d'appels pour une autre musique. Ci-après quelques-uns des commentaires traduits par Prachatai, un site internet indépendant :

Tonton, j'ai déjà entendu ces chansons toutes la journée et toute la nuit, pourriez-vous s'il vous plaît nous passer Sib Lor?

Est-ce que l'on pourrait avoir la chanson de Bodyslam? J'ai écouté vos chants toute la journée et je suis devenu paaaaatriote.

J'adore vos chants. Puis-je les acheter sur iTunes ? Je les ai écoutés toute la journée. Ils m'ont rendu patriote. J'entends mon coeur battre. Je me sens si merveilleux !

Je les ai tous entendus. J'en connais toutes les paroles maintenant.

A cause du couvre-feu, les affaires sont en baisse. L'industrie du tourisme est également touchée. Les écoles ont été fermées pour trois jours. Et les campements des manifestants anti-gouvernementaux ont été démontés et les manifestants priés de rentrer chez eux.

Soldiers take control of a protest site in Bangkok and assure security. Photo by Amnat Ketchuen, Copyright @Demotix (5/23/2014)

Des militaires prennent le contrôle d'un lieu de manifestations à Bangkok et en assurent la sécurité. Photo de Amnat Ketchuen, Copyright @Demotix (5/23/2014)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site