Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brunei instaure la charia malgré les inquiétudes en matière de droits de l'homme

Omar Ali Saifuddin Mosque in the capital of Brunei. Photo by Santi Palacios, Copyright @Demotix (8/12/2010)

La Mosquée Omar Ali Saifuddin dans la capitale du Brunei. Photo de Santi Palacios, Copyright @Demotix (8/12/2010)

[Liens en anglais] Le 1er mai 2014, la loi islamique prendra effet au Brunei, qui deviendra ainsi le premier pays d'Asie de l'Est à appliquer la charia à l'échelle nationale. Cette mise en place sera faite en trois étapes. La première phase, désormais opérationnelle, couvre les infractions générales telles que manger en public pendant le mois de jeûne du Ramadan, le manquement à la prière du vendredi et les grossesses hors mariage. La deuxième étape comporte l'amputation des membres pour les voleurs, la flagellation pour des infractions telles que l'avortement, la consommation d'alcool et l'homosexualité. La peine de mort sera également appliquée pendant la troisième phase avec la lapidation en cas d'adultère, ainsi que la peine capitale pour punir le viol et la sodomie. Le Brunei est un pays majoritairement musulman. C'est une monarchie où le Sultan est aussi le Premier Ministre et exerce les pouvoirs absolus au gouvernement et dans la société. Avant le 1er mai, la charia était limitée aux questions familiales et personnelles. Depuis les six derniers mois, le gouvernement a lancé une campagne d'information et d'éducation sur les raisons et le contenu de la charia. Un des sujets les plus controversés et les plus débattus est la disposition sur ‘les tenues indécentes’ :

The section, titled “Indecent Behaviour”, states that any person who commits an act of indecent behaviour in a public place is guilty of an offence and shall be liable on conviction to a fine not exceeding $2,000, imprisonment for a term not exceeding six months or both. An act is deemed indecent if it tarnishes the image of Islam, corrupts moral standards, causes negative influence or upsets eyewitnesses.

La section appelée “Comportement indécent” stipule que quiconque commet un acte de comportement indécent dans un lieu public sera coupable de délit et pourra être condamné à une amende ne dépassant pas 2000 $ et une peine de prison n'excédant pas six mois, ou les deux. Un acte est qualifié d'indécent s'il porte atteinte à l'image de l'Islam, corrompt les règles de la morale, provoque une influence négative ou dérange des témoins oculaires. 

A la question de savoir si porter un bikini à la piscine est une infraction à la loi charia, un responsable religieux a reconnu que “la question n'est pas tranchée.” Quelques supporters enthousiastes de la loi ont commencé à s'en prendre à des personnes qui ne portaient pas de tudong (voile en malais), ou en short.

Autre interrogation pour la population, la clause concernant les blessures infligées à autrui lors des activités sportives. Le responsable religieux Saadatul Nazaha Hj Saiful Ashur du département de la législation islamique a donné plus de détails :

Victims whose eyes get damaged in extreme sports activities could claim compensation against the accused. The compensations will then be evaluated and estimated by the Syariah Court, depending on the gravity of the injuries being inflicted.

Les victimes ayant été blessées aux yeux lors d'activités de sport extrême pourront demander une compensation aux accusés. Les compensations seront ensuite évaluées et définies par le tribunal de la charia, selon la gravité des blessures infligées.

L'imam de Jame’ ‘Asr Hassanal Bolkiah, Haris Hj Suboh, a expressément demandé à la population de comprendre l’importance d'adhérer à la charia : 

If they understand the law very well, then there should not be any problem for them. The law itself (acts) as a guidance to Muslims to be more afraid of God’s wrath; punishments that are carried out in the world is different from the ones to be carried out in the hereafter.

S'ils comprennent très bien la loi, alors ils ne devrait y avoir aucun problème pour eux. La loi elle-même (agit) comme un guide pour que les musulmans soient plus effrayés par le courroux de Dieu ; les châtiments existant dans notre monde sont différents de ceux qui s'appliquent dans l'au-delà. 

Ne vous focalisez pas sur les châtiments définis par la loi, a déclaré la procureure généralz Datin Hjh Hayati :

It’s crucial that we and the outside community understand these distinctions and not continue to focus on the punishments but shift it to the code’s strict and complex due process.

Il est crucial que la communauté extérieure et nous-mêmes comprenions ces distinctions et arrêtions de nous focaliser sur les chatiments mais plutôt sur la procédure stricte et complexe du code.

Elle a même soutenu que la charia était moins sévère concernant les coups de canne : 

It suffices that the hand is raised slowly and caning strike on the back is done evenly – not just on one area.

Il suffit que la main soit levée lentement, alors les coups de canne sur le dos sont répartis uniformément, pas uniquement à un endroit. 

Sa majesté le Sultan Haji Hassanal Bolkiah Mu'izzaddin Waddaulah a demandé à son peuple de s’unir et d'ignorer les critiques des autres pays :

Do not pay any attention to what others say about us here in Brunei because they do not know the way we know what it is to be Bruneian and how it is in Brunei. What is important is that we ourselves as Bruneians must truly be Bruneian, united as one regardless of ethnicity, race or religion. Be a nation as how a Bruneian would, a government as how Bruneians are governed, a monarchy or lead as how a Bruneian can lead, with undivided loyalty and total devotion.

Ne prêtez pas attention à ce que disent les autres sur nous ici au Brunei parce qu'ils ne savent pas ce que c'est d'être Brunéiens et comment est la vie ici. Ce qui est important c'est que nous soyons sincèrement Brunéiens, unis, quelque soit notre ethnie, notre race ou notre religion. Soyons une nation telle que les Brunéiens la souhaitent, un gouvernement tel que les Brunéiens sont gouvernés, une monarchie ou une direction tels qu'un Brunéien peut diriger, avec une loyauté indivisible et une totale dévotion. 

Auparavant, il avait averti les critiques sur Internet, les informant qu'ils seraient punis pour violation de la charia : 

They can no longer be given the liberty to continue with their mockery and if there is a basis for them to be brought to court, then therefore, the first phase of the Syariah (criminal) law this coming April will be relevant to them.

On ne peut plus leur donner la liberté de poursuivre leur moqueries et s'il y a des éléments pour les mener devant la justice, alors, la première phase de mise en place de la charia pour avril leur sera applicable.

De nombreux Brunéiens ont accueilli favorablement le passage à la charia :

La loi de la charia est appliquée UNIQUEMENT aux délinquants.  Il n'y a aucune raison de se sentir menacé. A moins que vous ne soyez un délinquant…

Je suis très reconnaissant que la charia soit appliquée depuis ce matin. J'espère que la société brunéienne sera un petit peu plus paisible et sans violence.

Les mouvements [qui s'y opposent] devraient creuser un peu plus et comprendre la charia avant de faire des commentaires désobligeants.

Noruzanna Sabeli, une employée du Ministère de l'Education, croit que de lourdes peines empêcheront les gens de commettre des crimes haineux :

The punishment for stealing is to cut their hand. Knowing this, people will be discouraged to steal. If it is just a sentence to jail, people can just go to jail, free food then once they’re out again, they are free to commit the crime again.

Le châtiment pour vol est de couper la main. Sachant ça, les gens seront découragés de voler. S'il ne s'agit que d'une peine de prison, les gens vont en prison, ils ont des repas gratuits et une fois qu'ils sont dehors ils sont libres de commettre à nouveau des délits. 

Mais une fonctionnaire s'inquiète de l'impact de la loi sur les non-musulmans : 

I know we are a country proud of its official religion and I’m sure this has been thought through but we still need to ensure it doesn’t bear too much implications on other things that are part of our national interest. I hope other religions and races would still be respected.

Je sais que nous sommes un peuple fier de sa religion officielle et je suis sûre que cette décision est réfléchie mais nous devons nous assurer que ça n'aura pas trop de conséquences sur les autres éléments de notre intérêt national. J'espère que les autres religions et races seront respectées.

Un prêtre catholique philippin alerte sur le fait que les baptêmes pourraient subir des restrictions : 

There will be no baptisms. There is not a lot we can do about it. We will have to wait and see what happens.

Il n'y aura pas de baptêmes. On ne peut pas y faire grand chose. Nous allons devoir attendre et voir la suite.

L'enseignement des autres religions est interdit sous la charia. Certaines écoles chrétiennes expriment déjà leurs inquiétudes sur cette mesure. Les réactions dans le monde ne sont pas en faveur du Brunei. Beaucoup remettent en question la décision du Brunei de mettre en place les aspects très durs de la loi qui violeraient les droits fondmenaux. Quelques personnalités telles que la présentatrice télévision Ellen DeGeneres, et le PDG de Virgin, Richard Branson, ont soutenu la campagne de boycott des hôtels appartenant au Sultan de Brunei. Amnesty International a déclaré que “le nouveau code pénal était choquant et ramènerait le pays au Moyen-âge en matière de droits de l'homme.” Rupert Abbott, directeur d'Amnesty International Asie-Pacifique, a ajouté :

Brunei Darussalam’s new Penal Code legalizes cruel and inhuman punishments. It makes a mockery of the country’s international human rights commitments and must be revoked immediately. The new code even permits stoning to death for acts which should not be considered ‘crimes’ in the first place, such as extramarital sexual relations and consensual sex between adults of the same gender.

Le nouveau code pénal de Brunei Darussalam légalise des châtiments cruels et inhumains. Il tourne en dérision l'engagement du pays en matière de droits de l'homme et doit être révoqué immédiatement. Le nouveau code permet même la lapidation à mort pour des actes qui n'ont pas à être considérés comme “criminels” en premier lieu, tels que les relations sexuelles extra-conjugales et les relations sexuelles consenties entre adultes de même sexe.

Phil Robertson, sous-directeur de la branche Asie de Human Rights Watch, a aussi critiqué la loi :

Brunei’s decision to implement criminal Sharia law is a huge step backwards for human rights in the country. It constitutes an authoritarian move towards brutal medieval punishments that have no place in the modern, 21st century world.

La décision du Brunei de mettre en place la charia est un grand pas en arrière pour les droits de l'homme dans le pays. Elle constitue une façon autoritaire de s'orienter vers des châtiments brutaux et médiévaux qui n'ont pas leur place dans le monde moderne du 21ème siècle.

1 commentaire

  • […] Brunei pionnier en Asie de l'Est pour instaurer la charia à l'échelle nationale : la peine de mort est prévue pour l'adultère et la sodomie. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site