Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un ministre indien qualifie le viol de parfois “légitime”, les jeunes Pakistanais le décrient sur Twitter

Photo Credit: Philipp Engelhorn

Photo Credit: Philipp Engelhorn

(Tous les liens sont en anglais)

Est-il plus facile de condamner le viol lorsqu'il sévit ailleurs ? Que faire lorsque cela se passe dans le pays voisin ? Le mot-clé #MenAgainstRape refait surface, cette fois au Pakistan, suite à la déclaration d'un ministre indien, Babulal Gaur, qualifiant le viol de “parfois légitime, parfois injuste.”

Au Pakistan, des centaines de jeunes hommes ont commencé à utiliser le mot-clé de cette campagne. Un internaute pakistanais, sous le pseudonyme “baysharam”, ce qui signifie “éhonté”, affirme :

Vous vous souvenez de cette fillette de cinq ans qui a été violée l'année dernière à Lahore ? Ses violeurs sont toujours en liberté. Parmi nous.

En 2012, quand l’affaire du viol collectif de Delhi a été rendue publique, nombreux furent les tweets en provenance du Pakistan condamnant cet acte barbare. Les uns évoquaient les problèmes de viols en Inde, tandis que les autres constataient que les cas de viols ne cessent d'augmenter dans le Sud de l'Asie. L'histoire était si horrible qu'elle a attiré l'attention des média internationaux pendant plusieurs semaines et depuis lors, la couverture médiatique des viols en Inde est en hausse.

La blogeuse Indienne Krshna Prashant attaque bille en tête les clichés sur le viol et les transforme en un récit satirique et acerbe :

He wobbled in at 11pm. She did the dishes quietly, her heart racing as she heard his footsteps get closer. Tears stung her eyes as he put his hands on her waist. She could smell the whiskey on his breath. He tugged at her pallu, letting it fall to the ground. Not today, she begged. Her back ached and her head felt like it was going to explode.

He grabbed her hair and pulled her to their bedroom. She scrambled to find her pallu as they walked past the hall. Their son stared in horror. He shut the door behind him and slapped her. He told her to stay quiet and take her clothes off. She did as she was told.

What do you mean my son raped his wife. There is no such thing.

Il rentra en titubant à 23h. Elle faisait la vaisselle tranquillement, son coeur se mit à battre au moment où elle entendit ses pas qui se rapprochaient. Des larmes lui piquèrent les yeux tandis qu'il mettait ses mains autour de sa taille. Elle pouvait sentir l'odeur du whisky dans son haleine. Il tira sur son pallu, le laissant tomber au sol. Pas aujourd'hui, commença-t-elle. Elle sentit une vive douleur dans le dos et sa tête lui donnait l'impression qu'elle allait exploser.

Il l'attrapa ses cheveux et la poussa dans leur chambre. Elle essaya tant bien que mal de reprendre son pallu tandis qu'ils dépassaient l'entrée. Leur fils les observait horrifié. Il ferma la porte derrière lui et la frappa. Il lui dit de rester tranquille et d'enlever ses vêtements. Elle fit ce qu'il lui demandait.

Comment oses-tu dire que mon fils a violé sa femme. De telles choses n'existent pas.

Une façon originale et poignant d'écrire contre la violence, néanmoins si l'on regarde de plus près les tweets, ces derniers révèlent de nombreux clichés évoqués par Prashant.

Partisan du viol (nom) : une personne qui défend les violeurs OU qui trouve les blagues sur le viol drôles.

Voici quelques exemples de commentaires partisans du viol en Asie du Sud :

Elles portent des vêtements séduisants et provoquants et elles finissent par être violées. Ce n'est pas du viol, c'est du sexe sensuel.

#MenAgainstRape mais SVP envoyez d'abord des photos de vous nues sur Whatsapp ~ @CharsiBhangi

@SameerSiddiki, chaque violeur devrait être violé en public… Et les laisser en vie et voir comment ils feraient face au monde… #MenAgainstRape

Certains suggèrent de punir le viol avec de la violence sexuelle :

C'est la seule fois que je soutiens le viol ! #MenAgainstRape, voilà comment on devrait punir le viol pic.twitter.com/JG0mrUswTC

Et pourquoi on ne leur couperait pas la b**** & on ne leur fracasserait pas les c**** ?! #MenAgainstRape

D'autres ont des points de vues plus nuancés :

Ce n'est pas parce qu'elle ne dit pas NON… qu'elle dit OUI #MenAgainstRape

Le viol reste du viol et il ne se justifie pas. C'est un acte immonde et il devrait être éradiqué de notre société. #MenAgainstRape

Chaque homme devrait prendre part à cette campagne. #MenAgainstRape

Depuis quand les vêtements portés par les femmes sont devenus le centre des préoccupations de tous les hommes de la planète ? #MenAgainstRape

Le viol est la chose la plus méprisable, la plus dégoûtante et la plus vile qu'une personne puisse faire. Être un partisan du viol arrive en deuxième place. #MenAgainstRape

Accuser les victimes de viol d'avoir provoqué le viol revient à accuser une personne assassinée de son propre assassinat. #MenAgainstRape

Beaucoup pensent que ce mot-tendance est un pas de plus contre la violence, tandis que d'autres s'interrogent sur l'efficacité de Twitter dans la vraie vie. Est-ce que cela va changer le regard que porte la société sur les victimes ? Est-ce que cela va empêcher les viols ? Est-ce que cela poussera les organes d'application de la loi à entrer en action ? Voilà quelques questions qui ont surgi. Que vous soyez du côté des cyniques concernant les tendances sur les média sociaux ou du côté des optimistes, les discussions telles que #menagainstrape offre une petite fenêtre sur les jeunes mentalités et leurs perceptions de la violence sexuelle.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site