Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les “Men In Black” du Bangladesh, combattants du crime ou tueurs à gages ?

Law enforcers take former Rab official Lt. Col. Tareque Sayeed the Senior Judicial Magistrate court in Narayanganj. Image by Indrajit Ghosh. Copyright Demotix (17/5/2014)

Les forces de l'ordre emmènent un ancien officier du RAB, le lieutenant-colonel Tareque Sayeed, au tribunal de Narayanganj, Bangladesh. Photo Indrajit Ghosh. Copyright Demotix (17/5/2014)

[Liens en anglais sauf mention contraire] Accusé d'extorsions, d'exécutions extrajudiciaires et même d'assassinats commandités, le Rapid Action Battalion (RAB) [français], force d'élite anti-crime et anti-terroriste du Bangladesh, demeure plus que jamais controversé. Les “men in black” du pays composent-ils des forces de l'ordre efficaces, ou se sont-ils métamorphosés en des mercenaires d'élite ?

Composé de membres de la police et de l'armée, le RAB a été créé en 2004 pour combattre la criminalité en hausse dans le pays. Il fut bientôt considéré comme la force d'élite du Bangladesh. Cependant, au fil des années, des allégations de violations des droits de l'Homme ont terni son image. Récemment, des membres du RAB ont été accusés [bengali] d'un enlèvement et de l'assassinat de sept hommes, tandis que trois officiels, issus des forces armées, ont été renvoyés et détenus à cet égard. Lors d'un autre incident, neuf membres du RAB ont été poursuivis par la justice pour la torture et la mort d'un homme d'affaires. Enfin, un tribunal de Brahmanbaria, un district de l'est du Bangladesh, a ordonné à la police de prendre en charge un cas d'homicide impliquant du personnel du RAB.

Le 27 avril dernier, un groupe d'hommes non identifiés ont enlevé Nazrul Islam, un homme d'affaires et conseiller municipal, à quelques kilomètres du district de Narayanganj. Cité dans de nombreuses affaires criminelles, le conseiller voyageait avec quatre associés, également enlevés. Chandan Sarker, un avocat expérimenté et dont la voiture suivait celle du conseiller, a lui aussi été kidnappé, ainsi que son chauffeur. Le RAB a concentré tous les soupçons lorsque des témoins oculaires ont affirmé que les ravisseurs portaient l'uniforme du RAB. Des accusations démenties par les officiels de la force d'élite.

Après de vastes recherches, les corps des sept hommes ont été retrouvés flottant à proximité du fleuve Shitalakkhya. Ils avaient été éventrés, leurs yeux bandés, leurs corps attachés avec une corde et alourdis de briques. La famille de Nazrul Islam soutient que les officiers du RAB ont reçu 60 millions de taka bangladais (environ 570 000 euros) pour cet assassinat.

Avant cette affaire, le RAB avait également été accusé de violation des droits de l'Homme après avoir tiré sur un étudiant innocent, lui causant une invalidité permanente.

Le journaliste Anis Alamgir a fait part de son expérience dans le journal en ligne Bangla Tribune. Il écrit [bengali] :

র‌্যাবের বিরুদ্ধে যখন হত্যা এবং ভাড়ায় খাটার অভিযোগ নিয়ে তোলপাড় সারা দেশ তখন পুরনো এক গল্প শেয়ার করি পাঠকদের সঙ্গে। তখন বিএনপি তার শেষ দিনগুলো গুণছে। ২০০৬ সাল। ঢাকার এক তরুণকে রাজপথ থেকে তুলে নিয়ে যায় সাদা পোষাকের লোক। তাকে পরিচিত এক ব্যক্তি দিয়ে ফোনে বাসা থেকে ডেকে নিয়ে যাওয়ার সূত্রে আবিস্কৃত হয়েছিল এটা র‌্যাবের কাজ। কিন্তু র‌্যাবের অস্বীকার। কিংবা বলা যায় র‌্যাব কাউকে ধরে নিয়ে যেভাবে কোথায় রেখেছে হদিস পাওয়া যায় না- সে রকম পরিস্থিতি চলাকালে একরাতে তাকে নিয়ে তার বাসায় আসে কয়েকজন র‌্যাব সদস্য। খবর পেয়ে আমি ছুটে গেলাম। কারণ তরুণটি আমার পরিচিত। গিয়ে দেখি তরুণটি র‌্যাব সদস্যদের জেরায় বলছে, অস্ত্রটা এই ড্রয়ারে ছিল। আর র‌্যাব বার বার এটা সেটা বলে হুংকার দিচ্ছে। বাসায় স্বজনদের কান্নাকাটি, র‌্যাবের হুংকার- সবকিছুতে মনে হচ্ছিল কেয়ামত নেমে এসেছে। ছেলেটির মা আড়ালে ডেকে নিয়ে আমাকে বললেন, ৫ লাখ টাকা চাচ্ছে, নতুবা আজ রাতেই মেরে ফেলবে বলছে ওরা।

Tandis que toute la nation débat de l'assassinat prétendument perpétué par des membres du RAB, j'aimerais vous faire partager une vieille histoire. C'était en 2006, vers la fin du mandat du gouvernement mené par le Parti National du Bangladesh. Quelques personnes habillées en civil ont enlevé un jeune homme dans la rue. Il a été attiré hors de chez lui par un coup de téléphone, et fit une connaissance. Il fut confirmé par la suite que le RAB était derrière tout ça, bien que les officiels aient nié. Personne ne savait où été détenu ce jeune homme. Puis une nuit, quelques membres du RAB l'ont accompagné jusque chez lui. Comme je connaissais ce jeune, je suis allé chez lui. Je l'ai vu leur avouer qu'il avait une arme dans son tiroir. Les membres du RAB l'ont interrogé et intimidé, lui et sa famille. Les gémissements des proches et les tirs du RAB donnaient l'impression d'être en enfer. La mère du jeune est venue jusqu'à moi et me murmura qu'ils demandaient 500 000 taka. Sinon, ils menaçaient de le tuer ce soir.

Human Rights Watch [français] affirma que le RAB était responsable d'une série d'actes de tortures et d'exécutions extrajudiciaires. Le RAB rejeta ces accusations, et attribua quelques-unes de ces morts à des “tirs croisés“.

Dans la même rubrique [bengali], Anis Alamgir souligna que bien qu'il soit surveillé pour ce genre de crimes, le RAB conserve une bonne image parmi les citoyens, qui pensent que le RAB travaille pour le bien du public, en combattant le crime et les activités terroristes dans le pays. Il écrit ainsi :

২১ জুন ২০০৪ সাল থেকে র‌্যাব ফোর্সেস পূর্ণাঙ্গভাবে অপারেশনাল কার্যক্রম শুরু করে। জন্ম থেকে গত ১০ বছর ধরে র‌্যাব নামের এই এলিট বাহিনীটির বিরুদ্ধে বিচার বহির্ভূত হত্যার মতো অভিযোগ ছিল। তাদের বিচার বহির্ভূত হত্যাকাণ্ড অনেকটাই প্রকাশ্যই ছিল রাষ্ট্রের কাছে। সরকারের পাশাপাশি কিছু সাধারণ মানুষও তাদের এই বিচার বহির্ভূত হত্যাকাণ্ড মেনে নিয়েছিল কারণ তারা বিশ্বাস করতো র‌্যাব আসলেই জনগণের বৃহত্তর কল্যাণেই বেআইনি কাজ করছে।

Le RAB a commencé à opérer à plein le 21 juin 2004. Dans les dix dernières années, cette force d'élite a été accusée d'un certain nombre de meurtres extra-judiciaires, ce qui semblait évident aux yeux de la population. Outre les autorités, de nombreux citoyens ont accepté ces activités menées par le RAB, estimant qu'il faisait un pas de travers (et agissait hors de ses fonctions) pour le bien du pays.

Le Bangladesh a passé plus de quinze ans sous un régime militaire. De nombreux militaires ont ensuite infiltré l'administration publique afin de maintenir leur leadership politique. Sur le blog Kathakata, Sultan Mahmud Zakaria a imputé l'impudence du RAB à l'absence de pratiques démocratiques dans le pays. Il souligne [bengali] :

এরশাদ সরকারের [সামরিক শাসক] পতনের পর ১৯৯০-পরবর্তী গণতন্ত্রে আশা করা হয়েছিল যে রাষ্ট্রে বেসামরিক কর্তৃত্ব পুনঃপ্রতিষ্ঠিত হবে এবং বেসামরিক প্রশাসন ও নিয়মিত শৃঙ্খলা বাহিনীর মধ্যে থাকা সামরিক প্রভাব ধীরে ধীরে হ্রাস পাবে। […] কিন্তু দুর্ভাগ্যজনকভাবে বাংলাদেশে সম্ভবত এর উল্টোটি হয়েছে। এখানে সামরিক বাহিনী ক্ষমতায় না থাকলেও তাদের ক্ষমতায়ন প্রক্রিয়া বন্ধ হয়নি। বরং অনেক ক্ষেত্রে জোরদার হয়েছে। ক্ষমতার পালাবদল করা রাজনৈতিক দলগুলো স্বীয় ক্ষমতাকে কুক্ষিগত করতে নিজেদের সামরিক নির্ভরশীলতা বাড়িয়েছে এবং যার পরিণতিতে বেসামরিক প্রশাসন ও শৃঙ্খলা বাহিনীতে আরো বেশি করে সামরিকীকরণের দিকে ঝুঁকছে বলে প্রতীয়মান হচ্ছে।

Après la chute du gouvernement Ershad [gouvernement militaire] en 1990, on espérait que dans un environnement démocratique, le pouvoir civil serait rétabli et que l'influence des forces armées dans l'administration diminuerait. […] Malheureusement, c'est le contraire qui se produisit au Bangladesh. L'armée n'est certes pas au pouvoir, mais son pouvoir ne s'est pas affaibli, voire s'est renforcé dans certains cas. Afin de s'approprier davantage de pouvoir, les partis politiques ont accru leur dépendance vis-à-vis de l'armée, faisant place à un personnel militaire plutôt qu'à une administration civile. 

Selon un rapport d'ASK (Ain O Salish Kendra) [bengali], une organisation de défense des droits de l'Homme au Bangladesh, 268 cas d'enlèvements ont été recensés dans le pays entre 2010 et 2014. 24 d'entre eux ont été rendus public et les corps de 43 personnes ont été découverts. 14 ont été remis à la police, tandis qu'il ne reste aucune trace de 187 autres personnes. 

Le journaliste Masud Kamal pense [bengali] que des pressions politiques se cachent derrière les exactions du RAB. Selon lui :

রাজনৈতিক গুম-খুনগুলোর পেছনে যদি আসলেই র‌্যাবের হাত থেকে থাকে, তাহলে এরও পেছনে রয়েছে রাজনৈতিক কারণ, রাজনৈতিক নেতৃবৃন্দের হাত। তাদের প্রশ্রয়ে কিংবা চাপে পড়েই হয়ত এ ধরনের অপকর্ম করতে হয়েছে। রাজনীতিবিদদের হয়ে অন্যায় কাজ করতে করতে এক পর্যায়ে সশস্ত্র কোনো বাহিনীর সদস্যরা যদি নিজেদের ব্যক্তি বা গোষ্ঠী স্বার্থে একই ধরনের অপকর্ম করতে শুরু করে, সেটাকেও কিন্তু খুব বেশি অস্বাভাবিক বলা যাবে না। হয়ত নারায়ণগঞ্জের ঘটনাটি সে রকমই কিছু।

Si le RAB est vraiment derrière ces meurtres politiques, on peut alors raisonnablement penser que des pressions politiques se cachent derrières ces morts. Ils commettent ces crimes pour l'argent ou sous la contrainte. Si les forces armées commencent ces activités illicites pour leurs propres intérêts, cela n'aurait rien d'inhabituel. Peut-être l'incident de Narayanganj en faisait-il partie.

Le professeur Ali Riaz détaille [bengali] sur le blog Kathakata les liens étroits unissant le RAB à certains dirigeants politiques :

র‌্যাবের বিষয়ে এই ঘটনায় আমরা গণমাধ্যমের সূত্রে যা দেখতে পেয়েছি, তাতে মনে হচ্ছে যে প্রাতিষ্ঠানিকভাবেই স্থানীয় রাজনীতিবিদদের সঙ্গে তাঁদের সম্পর্ক ছিল। সেটা কেবল নারায়ণগঞ্জেই ছিল বা আছে, তা মনে করা কি ঠিক হবে? রাষ্ট্রীয় একটি বাহিনীর সঙ্গে স্থানীয় রাজনীতিবিদদের এই সম্পর্ক কি বাহিনীর কাঠামোগতভাবেই গ্রহণযোগ্য এবং কর্তৃপক্ষ অনুমোদিত আচরণ? এই বিষয়ে সুস্পষ্টভাবে জানা দরকার। এটা সরকারের পক্ষ থেকেই ব্যাখ্যা করতে হবে। কেননা যদি এটা প্রাতিষ্ঠানিক এবং অনুমোদিত না হয়, তবে তা আর কোথায় কোথায় ঘটেছে এবং ঘটছে, সেটা খুঁজে বের করার জন্যও তদন্ত হওয়া দরকার।

Sur la base de ce qui a été révélé dans les médias, il apparaît que le RAB entretenait des relations étroites avec le leader politique local. Peut-on penser que c'est le cas pour l'incident de Narayanganj ? Cette relation était-elle légitime, y a-t-il eu des sanctions de la part de la structure administrative de l'armée ? Si ce n'est pas le cas, alors toutes les situations impliquant ce type de collusion doivent être examinées.

Les groupes de défense des Droits de l'Hommes et la société civile ont exigé le démantèlement du RAB, en raison des allégations les concernant. Brad Adams, le directeur de la division asiatique de Human Rights Watch, a demandé au Premier Ministre du Bangladesh, via une lettre ouverte, de dissoudre cette force d'élite dans les six mois. Au début de l'année, les Etats-Unis ont suspendu leur programme d'entraînement pour le RAB, évoquant une violation importante des droits de l'Homme par le personnel du bataillon.

Le Ministre de l'Information du Bangladesh a informé que jusqu'à présent, 1949 membres du RAB ont été sanctionnés ou révoqués pour différentes activités criminelles et contraires à l'éthique. Cependant, au lieu de réformer le RAB, le gouvernement a réitéré l'utilité de cette force d'élite et a demandé à la société civile de proposer des solutions alternatives.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site