Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ukraine – Kazakhstan, le match du chocolat patriotique

Rakhat

Le chocolat Rakhat (Capture d'écran d'une vidéo Youtube chargée par l'utilisateur Maxim Bykov)

Au Kazakhstan, les “patriotes du chocolat” espèrent que les malheurs de l'Ukraine feront leur bonheur.

Quand la lutte entre Russie et l'Occident pour l'Ukraine s'est allumée l'été dernier, la Russie a éjecté [anglais] sans cérémonie le chocolatier ukrainien Roshen de son marché intérieur. Une décision généralement interprétée à l'époque comme des représailles contre l'engagement de Kiev de signer un accord d'association avec l'Union Européenne au lieu de rejoindre l'alternative de Moscou, l'Union Douanière.

Si l'embargo sur les importations des produits Roshen a été logiquement levé en novembre quand le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a cédé à la pression russe en tournant fatalement le dos à l'UE, les choses se sont à nouveau gâtées pour Roshen en mars de cette année quand le Kremlin a fermé [anglais] son usine en Russie un peu plus d'un mois après le renversement de Ianoukovitch par la contestation de Maïdan et quelques jours après le vote de la Crimée pour intégrer la Russie et faire sécession de l'Ukraine par un référendum controversé [anglais]. 

Maintenant que le propriétaire de Roshen Petro Poroshenko est devenu président de l'Ukraine et a réitéré sa caution à la position pro-UE du mouvement Maïdan, l'implantation de Roshen dans le gigantesque marché russe appartient définitivement au passé.

Mais quel rapport avec le Kazakhstan ?

La réponse est dans l'extrême fierté des Kazakhs pour leur chocolat national, fabriqué par le confiseur national Rakhat. Aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, l'équipe nationale kazakh de boxe avait même emporté de ce chocolat pour en offrir [russe] aux autres athlètes. Comme l’écrit [russe] un blogueur kazakh :

Когда едешь в другую страну, то хочется привезти что-то что напоминала бы о ней и символизировала ее. Часто из таких путешествий привозят магниты или кружки с названием городов. Конечно, такое можно купить и у нас, но я предложу Вам вариант поинтереснее. Это шоколад со вкусом патриотизма от компании «Рахат».

Quand on va dans un autre pays, on a envie de rapporter quelque chose qui rappelle et symbolise [ce pays]. On rapporte souvent de ces voyages des magnets ou des tasses avec le nom des villes. On peut évidemment les acheter chez nous aussi, mais je vous propose une variante plus intéressante : le chocolat à la saveur de patriotisme de la société Rakhat.

Dans une république déterminée à se débarrasser de la “marque Borat”, Rakhat fait figure de blason

Face à Roshen [russe] avant le début de la crise ukrainienne, plus de 50 % des exportations de Rakhat allaient [russe] au gigantesque marché russe. “D'année en année, le chocolat Rakhat est plus demandé en Russie,” a conclu [russe] l'année dernière Nadiejda Belimenko, directrice marketing de la société. Après le divorce très médiatisé entre Roshen et la Russie, les patriotes chocolatés du Kazakhstan espèrent voir encore monter leur part de marché.   

Rakhat's patriotic brands "Astana" and "Kazakhstan". (Screenshot taken from a Youtube video uploaded by user Maxim Bykov).

Les marques patriotiques de Rakhat “Astana” et “Kazakhstan”. (Capture d'écran de la vidéo Youtube video chargée par l'utilisateur Maxim Bykov)

Le 11 juin, un article très lu de la plate-forme d'actualités kazakh nur.kz a évoqué [russe] la possibilité que les industries du Kazakhstan bénéficient de la mauvaise passe russo-ukrainienne. Le Kazakhstan n'est-il pas membre à part entière de l'Union Douanière pilotée par la Russie (qui va devenir prochainement l'Union économique eurasienne) que Maïdan a rejetée à grands cris et finalement avec succès.

Mais dans les commentaires sous l'article, ce qui a le plus intéressé [russe] les citoyens du Kazakhstan, ce sont les conséquences du schisme Kiev-Moscou pour le chocolat Rakhat :

 Ай молодцы! Завалим Россию Рахатом!!!! Я только за!  

Génial ! On va inonder la Russie de [chocolat] Rakhat !!!! Je suis aussi pour !

 
Un autre commentateur a proclamé [russe] la supériorité du chocolat et de la vodka kazakhes sur leurs concurrents russes : 
 

Я когда еду в гости в Россию, всегда везу с собой шоколад “Казахстан” рахатовский и водку “Хаома” пр-ва “КокшеМинВоды”. Ни один шоколад и водка российского производства не сравнятся с нашими. Реально, люди пробуют шоколад и говорят “вкус детства”.

Quand je suis invité en Russie, j'emporte toujours avec moi du chocolat “Kazakhstan” de Rakhat et de la vodka kazakhe “Khaoma”. Ni le chocolat ni la vodka de production russe ne peuvent rivaliser avec les nôtres. Vraiment, les gens goûtent [notre] chocolat et disent “le goût de l'enfance.”

 
Mais la discussion a aussi porté [russe] sur l'impossibilité pour Rakhat et le Kazakhstan de marquer des points dans la guerre du chocolat actuelle en Eurasie :
 
У Рошена огромный ассортимент – у наших такого нет. Надо расширять и НЕ покупать рошен!

Roshen a une énorme gamme [de chocolats] – et pas nous. Nous devons nous développer et NE PAS racheter Roshen.

 
Un commentateur du nom de Eset Batyr fait un retour historique [russe] sur les injustices supposées de la politique industrielle soviétique, qui selon lui a placé les républiques asiatiques [de l'U.R.S.S.] comme le Kazakhstan en situation d'infériorité par rapport aux républiques occidentales comme l'Ukraine :
 
В свое время СССР поставил не на ту карту – думал свои, славяне и понастроил там много заводов и фабрик для производства конечного продукта. А нам дали полигоны и добывающие заводы.

En son temps l'Union Soviétique a misé sur le mauvais cheval. Ils ont vu les Slaves comme les leurs, et ont construit là de nombreuses usines de produits finis. Et nous, on nous a donné les polygones [nucléaires] et les industries extractives.

 
D'autres ont relevé que la Russie avait ses propres chocolatiers également prêts à combler le vide laissé par Roshen. Qui plus est, Rashat n'est plus propriété nationale du Kazakhstan au sens strict. Certaines tablettes de la gamme Rakhat ont beau être revêtues du drapeau kazakh et autres emblèmes nationaux, c'est un consortium d'entreprises étrangères qui a acquis une part majoritaire de la société au début de l'année [russe] : la société sud-coréenne Lotte possède actuellement 76.25 % du capital de Rakhat. 
 
Un lecteur anonyme a amèrement commenté [russe] : 
 
  Корейцы купили Рахат для рынка Китая. 

Les Coréens ont acheté Rakhat pour le marché chinois. 

 
Si l'éclat du patriotisme chocolatier du Kazakhstan en est un peu terni, sa position stratégique entre deux marchés géants peut finalement être plus utile à Rakhat et au Kazakhstan que celle de Roshen pour l'Ukraine. Anatoly Nikolaev, président de Zarubej-Expo, un lobby industriel russe, observe [russe] :
 

Товарооборот между нашими странами достиг 26,5 млрд долларов. Сейчас значение Казахстана для России все больше и больше растет в силу известных событий в Украине. Россия все больше ориентируется на восток, на Китай. А Казахстан – это естественный мост между Россией и Китаем”.

Le commerce entre [la Russie et le Kazakhstan] a atteint 26,5 milliards de dollars. A présent l'importance du Kazakhstan pour la Russie augmente de plus en plus du fait des événements actuels en Ukraine. La Russie s'oriente de plus en plus vers l'Est, vers la Chine. Et le Kazakhstan est un pont naturel entre la Russie et la Chine.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site