Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : déménager pour déjouer les injustices du concours d'entrée à l'Unversité

A protest in Shanghai back in 2012 against the opening up of the city's Gaokao to non-Shanghai residents. Photo from Chen Wei Bin's blog.

Manifestation à Shanghai en 2012 contre l'ouverture du gaokao de la ville aux résidents non Shanghaiens. Photo de Chen Wei Bin's blog.

 C'est à nouveau l'heure du gaokao. Chaque année au cours du mois de juin, depuis 1978, des millions de jeunes Chinois passent le redoutable concours national d'entrée dans l'enseignement supérieur. S'y joue l'espoir d'intégrer une université et par là même de gravir l'échelle sociale de la façon reconnue comme la plus méritoire. 

Les étudiants se préparent en enchainant les heures de travail, parfois jusqu'à cumuler d'épuisantes nuits blanches. Les parents font ce qu'ils peuvent, certains de façon plus originale que d'autres

Le test est supposé donner à tous les étudiants une chance égale d'accéder à l'enseignement supérieur quel que puisse être leur niveau ou lieu de vie. Mais les inégalités entre chaque zone d'examen restent problématiques. Le souci principal tient au système de quotas qui avantage les étudiants originaires de certaines régions de Chine au détriment d'autres. De là des potentiels abus consistant à déménager dans les territoires les plus favorables.  

Avec un système de répartition des quotas propres à chaque province, les locaux ne voient pas d'un très bon oeil l'augmentation de la concurrence provoquée par les mouvements migratoires des parents d'élèves. En janvier 2014, une figure importante des droits civiques chinois, Xu Zhiyong, a été condamnée à quatre ans de prison pour “outrage à l'ordre public” après avoir aidé des “parents migrants” à organiser une manifestation en 2012 sans l'autorisation des administrations pékinoises en charge de l'éducation, réclamant que leur enfant puisse passer son concours à Pekin. 

A cette époque néanmoins, se déroulaient dans les principales villes du pays des contre-manifestations s'opposant à l'idée de protéger cette chasse gardée des résidents locaux. Les règles avaient fini par être assouplies de sorte à autoriser quelques étudiants d'autres provinces à passer le concours loin de leur domicile officiel, Pékin faisant alors figure d'exception. 

Ce sujet d'inégalités fait l'objet d'une vidéo récemment téléchargée par Feideshou (飛碟說). Ce dernier, producteur de vidéos en ligne indépendant, l'a postée sur la principale plateforme de vidéos chinoise, Youku. Cette explication en vidéo de l'injustice du système a été visionnée plus d'un million de fois et a donné lieu à plus de 1400 commentaires. Vous pouvez consulter ci-dessous la copie de sauvegarde postée sur Youtube par Feideshou ainsi que les sous-titres traduits par Global Voices : 

Dans la partie consacrée aux commentaires, le débat est toujours vif quant à l'équité du gaokao. “Personne ne peut critiquer” (誰都說不得) estime que l'injustice est partie intégrante de nos vies et doit être acceptée : 

是不咋公平,各地的大学主要是对本地的考生比较优惠。在大学眼里,高考600分和高考550分的学生,素质都差不多,并没天才到哪儿去。能跟上学校教学就可以了,对当地学生优惠下,挺现实的。不公平就是这么个现实,沿海城市人均收入远高于内地,大家伙能做的,不也只有去北上广深打工吗?教育现状不会改变,只有自己努力,考验总是全国统一考试和录取了吧。

Cela est injuste. Tous les universités favorisent actuellement les étudiants locaux. Pour ces dernières, qu'un étudiant obtienne 600 ou 550 points revient au même. Il n'y pas de récompense du talent. Ils acceptent les étudiants dès lors qu'ils s'avèrent capables de suivre le programme enseigné. Le fait de favoriser les locaux n'est pas tant affaire de justice qu'une question pratique. La question de l'injustice fait partie de la réalité des choses. Dans les régions littorales, les revenus sont plus élevés que dans les terres. Les gens s'en accommodent en déménageant afin de trouver du travail à Shenzhen et dans le Guangdong. Le système académique ne va pas changer. Chacun doit trouver sa propre manière d'accéder à l'université.

Le système d'examen américain pourrait être plus équitable que son équivalent communiste chinois : on doit à oceanswimmer la remarque sarcastique suivante  : 

考美国的SAT不分北京户口 河南户口 美国大学择优录取 遗憾的是 高考公平只能体现在考美国的大学 呵呵 北上广考生暂时得到了巨大好处 可长远来看 天朝损失了的一种精神

Le SAT américain ne fait pas la différence entre un Pékinois et un résident de Henan. Les universités américaines sélectionnent les meilleurs étudiants. Le plus triste dans cela c'est que le caractère supposément équitable du gaokao se reflète seulement au travers du système éducatif américain. Haha. Ceux qui ont déménagé au Nord afin de passer le gaokao ont profité des lacunes du dispositif. Au long cours, l'Empire du Milieu perd ainsi son esprit d'équité.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site