Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Archives de la Coupe du Monde : Comment le Brésil a trompé le monde en 2010 avec le mème Cala Boca Galvão

A imagem mais disseminada do trote. Autor anônimo.

La photo la plus vue du canular. Auteur anonyme.

Sauf mention contraire, tous les liens mènent à des pages en portugais

Vous rappelez-vous du phénomène “Cala Boca Galvão”, ce mème d'Internet [Fr] qui est devenu un canular mondial quand des millions d'utilisateurs de  Twitter ont commencé à intimer au fameux commentateur sportif brésilien Galvão Bueno de fermer sa g…….., pendant la cérémonie d'ouverture de la Coupe du Monde de 2010?

Presque instantanément, il s'est retrouvé en tête du classement mondial des mots-clés les plus populaire sur Twitter, les internautes aux quatre coins du monde voulant comprendre de quoi il s'agissait et ce qui était en train de se passer. 

Armés du meilleur sens de l'humour brésilien, des personnes ont alors lancé un appel urgent – et totalement faux – pour sauver ce qui était supposé être un oiseau menacé d'extinction – le “galvão”. Il était ainsi possible de sauver cette espèce en retweetant le mot-clé “Cala Boca Galvão” le plus possible. Cette vidéo en anglais, réalisée en juin 2010 sur cet oiseau fictif qui devait être sauvé, a été vue plus 2,2 millions de fois.

De grands médias ont contribué à propager le canular, qui a ensuite été éventé par le blog The Lede [en] et décrit [en] par le New York Times comme “l'un des cyber-canulars les plus réussis de l'histoire”.

A relire, l'article de Raphael Tsavkko Garcia dans nos archives: Brasil: O fenômeno “CALA BOCA GALVÃO”, non encore traduit en français.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site