Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : quand un artiste fait de l'art avec des armes

Ce billet a été auparavant publié sur le site SyriaUntold.

Syrian artist Ali Abu al-Fawz decorates a rocket shell in Douma, Damascus. Source: Abu al-Fawz's facebook page.

L'artiste syrien Ali Abu al-Fawz décorant un missile dans le district de Douma, Damas. Source : la page Facebook d'Abu al-Fawz.

Transformer des armes en objets d'art. Voilà l'étonnant travail d'Akram Abu al-Fawz, artiste du district de Douma. Il récupère les coques des roquettes et des missiles pour les métamorphoser en une large gamme d'objets d'art et d'ornements.

Abu al-Fawz, plus connu dans sa communauté sous le pseudonyme de Mohammad Douma, a été contraint de déménager d'un endroit à un autre depuis que sa maison a été brûlée par les troupes du régime syrien. À 35 ans, ce père de trois enfants pense que son travail est tout aussi important que les batailles sur le terrain.

“Les armes ne suffiront pas à nous débarrasser de l'esclavage dans lequel nous avons vécu”, explique-t-il dans un entretien donné à SyriaUntold. “Nous avons aussi besoin de l'art, de la culture et de la civilisation pour bâtir notre liberté.”

A girl sits on a rocket shell decorate by Abu al-Fawz. Source: the artist's facebook page

Une fillette assise dans une coque de roquette décorée par Abu al-Fawz. Source : la page Facebook de l'artiste.

La ville de Douma, située dans la périphérie de Damas, est devenue l'une des zones de résistance les plus violemment sanctionnées par le régime depuis le début du soulèvement populaire en mars 2011. Premier foyer où les grandes manifestations pacifiques se sont transformées petit à petit en guerre ouverte, Douma est aussi connue pour ses contributions créatives et artistiques tourmentées. Tout comme Abu Ali al-Bitar, qui a réussi à créer des ustensiles de cuisine, des motocyclettes, des fournitures médicales et des instruments de musique avec des roquettes et des douilles, Abu al-Fawz crée la vie à partir de la mort.

Abu al-Fawz continue de faire face à de grandes difficultés, allant du déplacement au manque d'outils nécessaires, pour poursuivre sa tâche. Il croit que cet effort en vaut la peine, dans l'espoir que ces objets “deviendront un jour les témoins des crimes contre l'humanité commis en Syrie.”

Syrian artist Ali Abu al-Fawz works on a rocket shell in Douma, Damascus. Source: the artist's facebook page

Ali Abu al-Fawz travaillant sur un coque de roquette dans le district de Douma, Damas. Source : la page Facebook de l'artiste. 

Ce billet a été auparavant publié sur le site SyriaUntold.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site