Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les séparatistes ukrainiens craignent que Poutine ne répète les erreurs de Milošević

Images remixed by Kevin Rothrock.

Montage d'Images par Kevin Rothrock.

Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, plusieurs médias occidentaux [anglais] ont développé des parallèles entre Vladimir Poutine et l'ex-président serbe Slobodan Milošević. Tous deux, est-il expliqué, ont fabriqué des tensions dans un pays voisins en accusant leurs ennemis de fascisme. Diviser pour régner a conduit Milošević à la guerre, à un génocide, et pour finir à son procès à La Haye.

Le 17 juin, le commandant militaire rebelle d'Ukraine orientale a accusé Poutine de reproduire les erreurs de Milošević, mais pas au sens qu'on pourrait supposer. Igor Guirkine—plus communément appelé Strelkov, qu'on peut traduire par “tireur”—a mis en garde Poutine qu'il ne soutenait pas assez les séparatistes. Des demi-mesures (telles celles de Milošević) pourraient envoyer Poutine à La Haye, avertit Strelkov.

Strelkov et d'autres personnages des gouvernements sécessionnistes de Donetsk et Louhansk ont lancé des appels répétés au Kremlin, et implorent un soutien militaire en bonne et due forme contre l’ “opération anti-terroriste” de l'Ukraine. La réticence de Moscou à lancer une invasion grandeur nature hors de la Crimée laisse les groupes paramilitaires de la “Novorossiya” dans un non-être géopolitique et juridique. Irrité de cette situation, Strelkov a fustigé Poutine en le comparant à Milošević :

Что касается моих вчерашних заявлений, то еще раз хочу подчеркнуть: нисколько не преувеличил и не преуменьшил серьезность ситуации. Все тщательно взвесил: каждое слово, сказанное и написанное.

Всерьез полагаю (и имею к тому основания), что мы имеем дело не с откровенным “сливом” Новороссии президентом РФ, а с системным саботажем на уровне олигархата и высшего чиновничества. Потому как для Путина разгром юго-востока объективно смертельно опасен и как для лидера России, и просто как для человека – он означает безвозвратное начало “пути Милошевича” (“сдавшего” некогда в похожих обстоятельствах Боснию и Краину, а потом добитого в Косово и закономерно-показательно “уморенного” в Гааге).

S'agissant de mes déclarations de hier, je veux souligner une fois de plus que je n'ai pas majoré ou minoré la gravité de la situation. J'ai tout soigneusement pesé : chaque mot, prononcé ou écrit.

Je pense sérieusement (et j'ai des raisons pour cela) que nous avons affaire, non à une trahison délibérée de la Novorissiya par le président de la Fédération de Russie, mais au sabotage systématique de l'oligarchie et de la haute fonction publique. Parce que la défaite du sud-est [ukrainien] serait objectivement pour Poutine un danger mortel, à la fois pour le chef de la Russie et pour l'homme. Elle signifierait le début sans retour de la “voie Milošević” (qui a jadis “livré” la Bosnie et la Krajina dans des circonstances similaires, a ensuite reçu le coup de grâce au Kosovo, avant qu'on le “fasse mourir” légalement et exemplairement à La Haye).

La déclaration de Strelkov fleure bon la vision du monde à la “Si Staline savait” [anglais], ce vain espoir que ce sont les sous-fifres et non le dirigeant de la nation qu'il faut blâmer pour ce qui ne va pas dans le pays—un aveuglement séculaire des Russes face au Kremlin.

Ecrivant sur LiveJournal, Andreï Egorov a disséqué les propos de Strelkov sur les saboteurs dissimulés dans l'entourage de Poutine :

Мрачный сценарий рисует Игорь Стрелков. Но в какой-то альтернативной реальности вполне осуществимый. Известное мнение, что “Царь хороший, а бояре плохие” в очередной раз прозвучало от главы ополчения Донбасса.

Igor Strelkov dessine un sombre scénario. Mais pleinement réalisable dans une réalité alternative. La célèbre idée que “le tsar est bon, mais les boyards sont mauvais” a été une nouvelle fois émise par le chef de la milice du Donbass. 

Egorov a redirigé la comparaison avec Milošević et dressé un parallèle entre l'ex-dirigeant serbe et Strelkov lui-même, en ce que tous deux ont eu la sottise d'avoir eu foi en la Russie.

[sur l'image du bas à droite] Slobodan Milošević. Calomnié et trahi par tous, jusqu'au dernier jour il a cru à l'aide des frères russes.

Dans les commentaires sous un billet Facebook de Pavel Goubarev, le “Gouverneur du Peuple” du Donbass, il apparaît clairement que la désillusion montante sur le soutien russe aux forces rebelles d'Ukraine orientale grignote la confiance de certains en Poutine, alors d'autres gardent une foi inébranlée.

Похоже много кто в РФ предал Президента

Il semble que beaucoup en Russie ont trahi le Président.

ввп слил Новороссию и это факт … бесполезно отрицать очевидное прикидываясь понимающими хитрые планы путина…их просто нет для Новороссии… а следом он сольёт и Россию…нужно смотреть правде в глаза…да в принципе Россия и сейчас оккупирована олигархами близкими ввп… он один из них а не герой одиночка борющийся за Россию…

VVP [Vladimir V. Poutine] a envoyé ballader la Novorossiya, c'est un fait… inutile de de nier l'évidence en feignant de comprendre le plan astucieux de Poutine… il n'y en a simplement aucun pour la Novorossiya… et ensuite il enverra ballader la Russie… il faut regarder la vérité en face… car dans le principe, la Russie est maintenant occupée par les oligarques proches de VVP… il est l'un d'entre eux et non un héros solitaire qui se bat pour la Russie.

Depuis que Strelkov a invoqué le souvenir de Milošević, Poutine semble avoir pris encore plus ses distances avec les séparatistes. La semaine dernière, avant de s'envoler pour l'Autriche rencontrer les dirigeants européens, le président russe a demandé à la Douma de révoquer son autorisation de déployer des troupes en Ukraine. Au même moment, Alexandre Borodaï, le premier ministre rebelle de Donetsk, concédait un cessez-le-feu d'une semaine. (Les avis varient sur son respect dans les faits par les deux parties en conflit.)

Strelkov a obtenu une visibilité notable en ligne grâce en partie à Alexandre Douguine [anglais], un sociologue de l'Université d'Etat de Moscou et idéologue véhément de l'Eurasianisme (renvoyé puis réintégré dans son poste la semaine dernière à la suite d'un billet de blog en faveur du meurtre de certains indésirables en Ukraine). Douguine et ses disciples savent parfaitement manier le Web, et sont aussi habiles à battre le rappel de l'opinion sur les médias sociaux que fervents dans leur foi que la géopolitique pave la voie à un nouvel empire russe. Depuis quelques mois, Douguine appuie Strelkov et appelle à combattre la “sixième colonne,” de Moscou, nom dont il affuble les bureaucrates du Kremlin, qui selon lui ont empêché une victoire russe en Novorossiya.

1 commentaire

  • […] Depuis l'annexion de la Crimée par la Russie, plusieurs médias occidentaux [anglais] ont développé des parallèles entre Vladimir Poutine et l'ex-président serbe Slobodan Milošević. Tous deux, est-il expliqué, ont fabriqué des tensions dans un pays voisins en accusant leurs ennemis de fascisme. Diviser pour régner a conduit Milošević à la guerre, à un génocide, et pour finir à son procès à La Haye. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site