Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Ramadan égyptien est émaillé d'arrestations

@Shahdan_shosh shares this photograph of 11 young men arrested for having Suhoor - a latenight meal to prepare them to fast the next day during the Muslim month of Ramadan (Source: Twitter)

@Shahdan_shosh partage cette photo de 11 jeunes gens arrêtés pour un Souhour pris en commun – le repas d'avant l'aube qui prépare à la reprise du jeûne pendant le mois saint du Ramadan (Source: Twitter)

Un an après le renversement du président égyptien Mohamed Morsi, le nouveau régime a déjà essuyé de multiples critiques [anglais, comme les liens suivants sauf mention contraire] pour la détérioration des droits fondamentaux, dont les arrestations arbitraires font le quotidien.

En particulier, la nouvelle loi sur les rassemblements excite la colère des Egyptiens, nombreux à tenter de la défier, quitte à êtres arrêtés, rejoignant des révolutionnaires de premier plan comme Alaa Abd El Fattah, condamné le mois dernier à 15 ans de prison pour l'organisation d'une manifestation non autorisée.

Aux premiers jours du Ramadan, le mois saint du jeûne pour les musulmans, la police a fait une descente dans une maison où un groupe de 11 jeunes hommes prenait ensemble le souhour (le repas d'avant l'aube qui précède la nouvelle journée de jeûne pour les musulmans), apparemment, suppose-t-on, pour infraction à la loi sur les rassemblements. Les internautes ont créé le mot-dièse #معتقلي_السحور [arabe], qui veut dire ‘prisonniers du Souhour’.

Ahmad Abd Allah a écrit sur son mur Facebook la note suivante [arabe] :

١١ واحد بيتسحروا في بيت واحد منهم في دمنهور … الداخلية قبضت عليهم بتهمة التظاهر من غير تصريح … الحرية لمعتقلي السحور

Onze hommes avaient un souhour chez l'un d'eux. Le Ministère de l'Interieur les fait arrêter pour rassemblement illégal… libérez les prisonniers du souhour

L'utilisateur de Twitter Mohamed Hazem, de Damnhour, a tweeté en solidarité avec ses amis :

Je ne sais pas si je dois pleurer pour le massacre commis par les gardes républicains ou pour mes 11 amis arrêtés

Il ironise ensuite :

Le Procureur désignera-t-il comme preuve le fromage et les olives ou les transformera-t-il en cocktail Molotov

Et Shahdan-shosh de tweeter une photo des onze incarcérés avec cette remarque :

Leur crime : un souhour en groupe. Ils ont été arrêtés en possession de foul (haricots), falafel et yaourt.

L'activiste Wael Abbas a tweeté à ses 265.000 abonnés :

Je vais probablement annuler ma fête annuelle d'Iftar [le repas de rupture du jeûne] pour respecter la nouvelle loi contre les manifestations :)

Avant d'ajouter :

De toute façon, la moitié de mes invités à l'Iftar de l'année dernière sont soit en prison, soit en exil, soit dans la clandestinité :)

L'an dernier, une loi similaire interdisant les rassemblements que s'apprêtait à imposer le gouvernement Morsi, a été empêchée de voir le jour par les protestations des organisations internationales. Le blog égyptien WikiThawra [arabe], tenu par le Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux, affirme qu'au moins 80 personnes sont mortes en garde à vue pendant les douze derniers mois et que plus de 40.000 ont été détenues ou inculpées entre juillet 2013 (renversement du gouvernement Morsi) et mi-mai 2014.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site