Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Oui, je porte un soutien-gorge qui se voit, et alors ?

Nivedita N Kumar, journaliste pour le New Indian Express, un quotidien en anglais dont les bureaux se trouvent à Chennai, a publié une note sur Facebook qui est devenue très populaire. Voici un extrait dans lequel elle attaque la société patriarcale indienne et la vision selon laquelle l’habillement est un élément provocateur pour les violeurs :

Pourquoi ? Pourquoi faites-vous ça ? Regarder mes seins comme si c'était de mignons bébés demandant des câlins. Me déshabiller du regard, lentement, chaque fois que j’entre dans le bus. Jeter des coups d’œil dans mon décolleté quand je suis assise en train de lire dans le métro.

Qui vous a autorisé à me tripoter dans le bus bondé, à vous serrer « innocemment » contre moi quand j'achète du pop-corn au cinéma, à observer mes jambes d'un air affamé quand je suis assise jambes croisées dans ma voiture et vous vous arrêtez à vélo ?

Suis-je un morceau de viande ?

Comment pensez-vous que je me sens quand je dois regarder par-dessus mon épaule parce qu’il est 22 h et qu’il n’y a personne à l’arrêt de bus, sauf vous, les yeux rivés sur mon cou ?

La note en question a été partagée plus de 35 000 fois.Suite à la publication par le Logical Indian, elle a été partagée plus de 64 000 fois et reçu plus de 260 000 mentions « J’aime ».

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site