Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Gaza : le bombardement d'une école de l'ONU qui servait de refuge

All of Kamal's family members with him at shelled UN school died. His mother, 2 brothers, sister and stepmother, tweets @sharifkouddous

“Tous les membres de la famille de Hussein qui se trouvaient avec lui lors de l'attaque de l'école de l'ONU sont morts. Sa mère, ses deux frères, sa soeur et sa belle-mère”, tweete @sharifkouddous

[liens en anglais]

Une école gérée par l'ONU à Beit Hanun, qui servait de refuge aux populations de Gaza, a été bombardée le 24 juillet, tuant 15 Palestiniens et faisant plus de 200 blessés.

Parmi les victimes se trouvaient des femmes, des enfants et des employés de l'ONU, selon une déclaration du Secrétaire des Nations Unies Ban Ki-moon. Jusqu'à présent, 800 Palestiniens ont été tués et plus de 5200 ont été blessés depuis le début des affrontements entre Israël et Gaza le 7 juillet 2014.

Israël et les Palestiniens s'accusent mutuellement d'être responsables de l'attaque de l'école, gérée par l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) à Gaza. C'est la quatrième fois en quatre jours qu'une école de l'ONU est frappée par des explosifs, selon l'agence. Alors que le bilan des victimes civiles s'alourdit, l'armée israélienne déclare avoir averti les habitants de Gaza qu'ils devaient quitter les zones ciblées, mais les Palestiniens n'avaient nulle part où aller.

Une grande majorité des Gazéens ne peuvent pas quitter Gaza. L'étroite bande de terre longeant la côte sur 40km est entourée de clôtures et de murs de béton sur ses frontières avec Israël au Nord et à l'Est et avec l'Egypte au Sud.

Le Premier ministre britannique David Cameron qualifiait en 2010 Gaza de “prison à ciel ouvert”. Les restrictions excessives imposées par Israël aux territoires palestiniens de Gaza et de Cisjordanie sont les raisons pour lesquelles la plupart des pays et les Nations Unies considèrent ces territoires “occupés”.

L'UNRWA dispose de 83 refuges à Gaza, qui accueillent actuellement 141 338 civils Palestiniens.

L'agence onusienne UNRWA rapporte sur son compte Twitter officiel:

C'est le 3ème incident de ce type, une école de l'UNRWA à Deir Al Balah qui accueillait/abritait environ 1500 personnes a été la cible de tirs israéliens hier matin.

Le porte-parole de l'UNRWA Chris Gunness, basé à Jérusalem, déclare qu'Israël savait où se trouvait le refuge de l'UNRWA. Dans une série de tweets, il explique :

Les coordonnées précises du refuge de l'UNRWA à Beit Hanoun avaient été officiellement communiquées à l'armée israéliennes RT

Il ajoute :

Dans la journée, l'UNRWA a tenté de coordonner avec l'armée israélienne un court cessez-le-feu pour permettre aux civils de fuir, ce qui n'a jamais été accordé RT

Au même moment, la journaliste Kristen Chick, qui se trouve à Gaza, déclarait à ses 19 300 followers:

Les Forces de Défense Israéliennes (IDF) ont insinué qu'une roquette du Hamas avait dévié de sa trajectoire et touché l'école de Beit Hanoun. Les témoins décrivent eux de multiples explosions dues à des tirs de chars.

Sur Twitter, le caméraman ITN Sean Swan partage cette photo bouleversante d'enfants blessés dans les attaques, en train d'être soignés par un ambulancier :

Voici les cibles touchées lors de l'attaque sur une école qui servait de refuge.

Il partage une autre photo montrant un bébé de trois mois en train d'être soigné après avoir reçu des éclats d'obus lors de l'attaque : 

Un bébé de 3 mois blessé par des éclats d'obus en train d'être soigné après l'attaque perpétrée sur une école qui servait de refuge.

Le journaliste freelance Sharif Kouddous partage cette photo d'un jeune Palestinien, Hussein, qui a perdu toute sa famille dans l'attaque, avec ses 76 200 followers sur Twitter :

Tous les membres de la famille de [Hussein] qui se trouvaient avec lui lors du bombardement de l'école de l'ONU ont trouvé la mort. Sa mère, ses deux frères, sa soeur et sa belle-mère. 

Cette image a été retweetée plus de 1200 fois à l'heure où cet article est rédigé.

De nombreux journalistes montrent Israël du doigt, remettant en cause sa version des évènements, que ce sont des projectiles du Hamas qui auraient touché l'école.

La journaliste Dima Khatib partage son indignation avec ses 281 000 followers :

Sérieusement ? C'est ce qu'on est censés croire ? L'armée israélienne affirme ne pas savoir quels projectiles ont frappé l'école de l'UNRWA, les siens ou ceux du Hamas ! Est-il possible que le Hamas possède des avions F16 et d'autres armes de ce genre ?  

Par ailleurs, l'UNRWA déclare ne posséder “aucune preuve suggérant” que l'école était utilisée par des militants du Hamas comme bouclier humain – l'excuse utilisée par Israël lorsqu'elle bombarde des établissements.

C'est ce que rapporte à ses 163 000 followers le correspondant à l'étranger en chef de la NBC, Richard Engel :

L'UNRWA déclare ne posséder “aucune preuve suggérant” que l'école était utilisée par des combattants comme bouclier humain.

Il poursuit dans un autre tweet :

L'armée israélienne suggère qu'une ou plusieurs roquettes du Hamas ont touché l'école. Ce qui voudrait dire que cinq tirs de roquettes ratés auraient frappé un endroit précis dans un temps très réduit. Est-ce vraisemblable ?

Pendant ce temps, le bilan des victimes à Gaza continue de s'alourdir.

Ahmed Al-Faraa de Gaza a tweeté à ses 5 121 followers :

6 martyrs dont un enfant et 30 blessés et les avions de guerre Israéliens poursuivent leurs raids sur la bande de Gaza

Omar Ghraieb ( 22 700 followers) :

Des enfants sont tués, brutalement, chaque jour, à l'image de Ibrahim Omar, 2 ans et demi, qu'il repose en paix <3

WhateverInGaza décrit la situation ainsi :

Israël s'entraîne et prend du plaisir à attaquer simultanément plusieurs quartiers avec différents types d'armes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site