Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : La fin des “fausses nouvelles”, mais aussi des libertés de l'Internet

TV Rain owner Aleksandr Vinokurov posted on Twitter that Vladimir Putin was on his way to Ukraine to negotiate with President Poroshenko. That wasn't the real story. Images mixed by author.

Le propriétaire de TV Dojd Alexandre Vinokourov a écrit sur Twitter que Vladimir Poutine se rendait en Ukraine pour négocier avec le Président Porochenko. Ce n'était pas vrai. Montage d'images par l'auteur.

Le propriétaire d'une télévision d'information de premier plan a soulevé un tumulte cette semaine en tweetant la fausse nouvelle de Vladimir Poutine se précipitant à Kiev pour des pourparlers de paix urgents. Alexandre Vinokourov, propriétaire de TV Dojd, a exploité l'intérêt avivé du public pour l'Ukraine pour inciter par surprise les Russes à envisager le danger potentiel des nouvelles réglementations de la blogosphère, qui entreront en vigueur le mois prochain.

En plein milieu de l'enquête sur le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines et des tensions persistantes en Ukraine de l'Est, les internautes russes sont à l'affût de la moindre miette d'information et de commérage sur les actes de l'Ukraine, de la Russie et de l'Occident. N'importe quel tweet ou billet innocent peut mettre le feu à l'actualité, d'autant plus s'il mentionne Vladimir Poutine.

Le matin du 20 juillet, trois jours après le crash du MH17, Vinokourov tweetait cette nouvelle :

Le Président Poutine a téléphoné à Porochenko et s'est envolé pour Kiev afin de discuter avec son collègue ukrainien des variantes d'une résolution de paix sur le conflit dans le Donbass.

Il n'a pas ajouté de commentaire, n'a pas fourni de liens ou de sources, et n'en a plus parlé. Il n'y a pas eu de confirmation de la visite sur aucun des deux sites officiels des Présidences. Les internautes ont été d'abord étonnés, puis sceptiques et enfin, incrédules.

La twitteuse MaryEl a immédiatement mis en doute l'information :

C'est vrai ?

Le propriétaire du compte parodique Navalny's Cat [Le chat de Navalny] a blagué que le tweet émanait en réalité d’Aram Gabrelyanov, PDG de la maison d'édition zélatrice du Kremlin :

Aram Achotovitch, veuillez vous connecter sous votre nom !

Certains utilisateurs, comme Russian fun [humour russe], confiants la réputation de crédibilité Vinokourov, n'en attendaient pas moins de voir d'autres sources :

Vinokourov semble un journaliste honnête. Mais attendons ce que disent les autres médias.

Vinokourov est ensuite resté quatre heures aux abonnés absents sur les médias sociaux, tandis que les conjectures faisaient rage parmi les internautes russes et ukrainiens. Finalement, vers 10h30 du matin, heure de Moscou, il est apparu sur Facebook. Vinokourov n'a pas directement tordu le cou à l'information, il a préféré la présenter comme un cas d'école de ce qu'il a appelé la “provocation intellectuelle.” Il a expliqué que son expérience de poster une nouvelle inventée visait à montrer son potentiel viral – et l'impossibilité future de ce genre de chose en Russie, quand la nouvelle “Loi sur les blogueurs” prendra effet en août.

Screen Shot 2014-07-21 at 12.36.00 PM

“Интеллектуальная провокация” — новый жанр для медиа. Мог бы быть довольно перспективным. Хорошая цитируемость, высокая виральность. Вовлекает аудиторию в тему лучше, чем обычная колонка (opinion). Мог бы. Но с 1 августа 2014 года запрещен в РФ для использования в социальных сетях в соответствии 97-ФЗ.

La “provocation intellectuelle” est un genre nouveau pour les média. Qui pourrait être très prometteur. Belle capacité de citation, grande viralité. Fait participer l'audience au sujet mieux que l'éditorial habituel. Ça se peut. Mais à dater du 1er août 2014 il sera interdit de l'utiliser dans les médias sociaux en Russie conformément à la loi fédérale N° 97.

Vinokourov a eu beau affirmer vouloir par son acte essentiellement faire la preuve des contraintes imposées en Russie par les nouvelles lois sur l'Internet, les lecteurs n'ont guère apprécié sa “provocation intellectuelle”.

L'utilisateur de Facebook Dmitri Kojevnikov n'a pas goûté l'euphémisme :

“Интеллектуальная провокация” — пиздеж на либспике?

“Provocation intellectuelle” = foutaises en langage libéral ?

L'utilisatrice Tatiana Kulichik a accusé Vinokourov de n'être qu'un troll d'internet :

Чем отличается от троллинга?

En quoi ça diffère du trolling ?

Un autre utilisateur de Facebook, Vladimir Lazoutkine, a relevé sarcastiquement qu’il ne voyait pas de mal à interdire les mensonges en ligne :

Врать запретили! Какая досада!))

On a interdit de mentir ! Quel dommage ! :)

Dans son billet didactique sur toute l'affaire, Vinokourov se réfère à une loi parmi plusieurs autres visant à réguler (et censurer) l'Internet russe. La N°97-FZ, aussi appelée “Loi sur les blogueurs,” a été adoptée en mai et entrera en vigueur au 1er août 2014. Non content de requérir des blogueurs à succès qu'ils endossent un statut de fait d'organe de mass média, la loi exige de ces individus qu'ils “vérifient la crédibilité de l'information publiée accessible au public avant qu'elle soit publiée et de supprimer immédiatement l'information publiée dont la fausseté a été avérée.” (On peut lire le texte intégral de la loi en russe ici.)

Le coup médiatique de Vinokourov était-il sadique dans une situation aussi semée d'embûches, avec la nervosité des médias, des blogueurs et des internautes ? Sans doute. A-t-il réussi à démontrer la sévérité de la nouvelle réglementation internet russe ? Peut-être. Contribuera-t-il à retourner la situation et à promouvoir la liberté d'expression et un partage responsable de l'information ? Probablement pas.

1 commentaire

  • […] Le propriétaire d'une télévision indépendante a monté une "provocation intellectuelle" à double tranchant pour démontrer le péril où est la liberté d'Internet en Russie. …  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site