Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les insulaires du Pacifique luttent contre le changement climatique avec des pirogues

Canoe building in Pohnpei, the Federated States of Micronesia, where the warriors are learning the canoe building process from local elders. Photo credit:

Construction d'une pirogue sur l'île de Pohnpei, Etats fédérés de Micronésie, où les Guerriers  climatiques apprennent des anciens de l'île la méthode de construction des pirogues. Crédit photo : 350.org

Ce billet a été écrit par Fenton Lutunatabua pour 350.orgune organisation à l'origine d'un mouvement mondial pour le climat. Ce billet est republié sur Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Le changement climatique frappe durement les îles du Pacifique. Le niveau de la mer monte, les températures augmentent et l'aggravation des marées de tempêtes et des inondations a contaminé les réserves d'eau douce et détruit les récoltes. Les habitants d'une des îles du Pacifique ont même décidé de partir à cause de ces effets dévastateurs.

La situation ne peut que s'aggraver. Pourtant, l'Australie a renouvelé son engagement en faveur des combustibles fossiles, en dépit de la situation critique de ses voisins du Pacifique.

Mais les insulaires du Pacifique contre-attaquent – avec des pirogues. Les représentants de 16 territoires vont se rendre en Australie dans le cadre de la Campagne des Guerriers du Pacifique menée par l'association 350.org. Ils apporteront des pirogues traditionnelles aux principaux acteurs du secteur de l'énergie fossile. Leur objectif : faire savoir que les Insulaires du Pacifique protégeront leurs cultures, leurs patries et leurs océans sans avoir recours à la violence.

Cette année, les guerriers climatiques ont lancé la construction des pirogues sur l'ensemble de la région. Sur l'archipel du Vanuatu, un arbre spécialement choisi a été offert à l'équipe pour lancer la construction. La vidéo ci-dessous montre l'interview de Walter Namua, maître d'oeuvre, qui explique la signification de l'arbre.

En général, nous n'abattons pas d'arbres. Sur les 5 dernières années, des milliers d'arbres ont été plantés par les organisateurs du groupe 350 Pacific. Pour ce projet, nos équipes ont abattu un seul arbre par île. Beaucoup de ces arbres ont été donnés pour la cause. Les équipes travaillent avec des maîtres d'oeuvre et des anciens pour bénir chaque arbre avant de se consacrer à creuser l'intérieur des pirogues.

La tradition de construire des pirogues s'est perdue au fil des années parmi les communautés du Pacifique au nom du progrès et des avancées technologiques. Les pirogues étaient autrefois utilisées dans la vie courante et certaines pouvaient devenir le bien le plus précieux. La construction d'une pirogue était l'affaire de toute la communauté. Les rôles étaient clairement séparés (les hommes s'occupaient des coques et des gréements, les femmes s'affairaient aux voiles) mais la communauté entière — les hommes, les femmes, les jeunes et les anciens — se retrouvait pour fabriquer les cordes et les cordages qui maintiendraient la structure. 

Les arbres issus de terres pauvres ou non fertiles étaient choisis pour la construction des pirogues. Il était important que ces arbres puissent résister aux forces de l'océan car les pirogues servaient à aller d'une île à une autre pour faire du commerce. 

La campagne tente de faire revivre l'art de la construction des pirogues et de la navigation traditionnelle afin de transmettre un message à l'Australie sur le changement climatique. 

Sur l'île de Pohnpei, appartenant aux Etats fédérés de Micronésie, les Guerriers ont déja entamé la construction de leur pirogue, avec l'aide du village de Enipein, Kitti, où les anciens partagent leur savoir sur l'art de la construction traditionnelle. De leur côté, les Guerriers de l'archipel de Tonga ont exécuté la « Tongan Sipi Tau » (une danse guerrière) et ont travaillé avec des sculpteurs sur bois pour démarrer la construction de leur pirogue au cours de la journée d'action du 12 avril.

Sur l'archipel de Tokelau, les Guerriers font appel au soutien des habitants de Atafu, célèbres pour leurs pirogues, afin de commencer la leur. En Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Guerriers Climatiques ont fait une marche à Port Moresby pour sensibiliser au changement climatique, au rôle des Guerriers Climatiques du Pacifique dans cette région du monde et à l'importance de l'implication des citoyens pour soutenir le mouvement.

4 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site