Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Palestiniens accusent Israël de crimes de guerre, les soutiens se multiplient pour saisir la CPI

Les soutiens se multiplient à travers le monde pour qu'Israël soit déféré devant la Cour Pénale Internationale de La Haye suite aux crimes de guerre commis à Gaza. [Le Hamas a demandé ce dimanche une trêve, refusée par Israël NdT]

Une procédure a été initiée par le ministre palestinien de la Justice Salim Al Saqqa et le procureur de Gaza Ismaïl Jabr par l'entremise d'un avocat parisien, mais les commentateurs disent que c'est un geste symbolique car la CPI serait incompétente : la Palestine avec son seul statut d'observateur n'est pas membre de plein droit de l'ONU.

L'offensive israélienne contre l'enclave palestinienne en est à son 20ème jour, plus de 1.000 Palestiniens ont déjà été tués et 6.000, blessés.

Le mot dièse #ICC4Israel [la CPI pour Israël] a été en tête de tendance hier pour plus du huit heures d'affilée, avec 334.000 tweets lors de l'écriture du billet d'origine.

Belal, un médecin palestinien qui habite Gaza, tweete à ses 40.500 abonnés :

Cibler les habitations est la forme maximale de punition collective qu'ont dû subir les Gazaouis pendant les 3 guerres qu'Israël a menées contre #Gaza. 

Les trois quarts des Palestiniens tués sont des civils, ce qui soulève des questions sur la tactique et les cibles choisies dans les frappes israéliennes. Israël affirme que l'offensive vise le Hamas, le mouvement qui gouverne le territoire depuis 2007, parce qu'il tire des centaines de roquettes par-dessus la frontière sur Israël. Deux civils et 33 soldats israéliens ont été tués à ce jour.

Le Palestinien Zaki Safar, qui a 31.000 abonnés sur Twitter, demande :

Israël a le droit de se défendre, qu'ils disent ! De qui ? De civils sans défense, inoffensifs et démunis ?

Les fusées du Hamas qui pénètrent en Israël sont en majorité de fabrication artisanale et ont une portée plus longue qu'avant, mais la plupart est interceptée par le système de défense anti-missiles israélien Dôme de Fer et ne font que rarement des dégâts. Des sirènes avertissent les Israéliens de leur arrivée, et ceux-ci peuvent se mettre à couvert dans de nombreux abris anti-aériens. A Gaza, il n'y a ni sirènes ni abris, les Forces de Défense Israéliennes donnent dans cette offensive des préavis téléphoniques d'une minute avant de bombarder les maisons d'habitation.

Palestine Social dit à ses 33.100 abonnés sur Twitter qu'Israël devrait passer devant la CPI pour ses bombardements d'hôpitaux :

L'hôpital de Beit Hanoun bombardé hier.

Le médecin bahreïni Nabeel Tammam, qui a 20.400 abonnés, prête aussi sa voix à la campagne :

L'attaque d'une ambulance et de son personnel à Gaza rendent nécessaire la #CPIpourIsraël #PalestineAttaquée #NeutralitéMédicale

Les hôpitaux et médecins sous-équipés et débordés de Gaza connaissent un autre problème : le bombardement par Israël pendant cette offensive. Le Ministère palestinien de la Santé explique :

Un des hôpitaux de Gaza a été totalement détruit, un hôpital pédiatrique si gravement endommagé qu'il est inutilisable, et six autres ont subi des dégâts considérables. Quatre professionnels de santé ont été tués et 14, blessés. Deux dispensaires et 14 ambulances ont été totalement détruits, et plusieurs autres dispensaires endommagés.

Palestine Campaigns, qui a lancé le mouvement, appelle les journalistes à reprendre la cause :

Tandis que Walaa Al Ghussein, de Gaza, regrette :

L'immense majorité des Gazaouis ne peut pas quitter Gaza. L'étroite bande côtière de 40 kilomètres de long est entourée de barrières et murs en béton le long de ses frontières nord et est avec Israël et sur sa frontière sud avec l'Egypte. Le premier ministre britannique David Cameron avait appelé Gaza en 2010  “une prison à ciel ouvert”. Les restrictions excessives imposées par Israël à Gaza et à la Cisjordanie font que la plupart des pays dans le monde et les Nations Unies considèrent ces territoires comme “occupés”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site