Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sous les bombes, les médecins de Gaza sauvent des vies, et tweetent

Al Shifa hospital's Dr Bassel Abuward sarcastically tweets "6m old (terrorist) infant being treated by Drs to remove shrapnel from his back."

Le docteur Bassel Abuward, de l'hôpital Al Shifa, a tweeté, sarcastique :  “Nourrisson (terroriste) de 6 mois soigné par les médecins pour retirer des éclats d'obus de son dos.”

Huit hôpitaux, neuf cliniques et 14 ambulances ont été touchés par les bombes depuis le début de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, densément peuplée, étroite, longue de 40 km. 1,8 million de Palestiniens y vivent. Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé Gaza ‘une prison à ciel ouvert’. 

Selon le ministère de la Santé de Gaza, au cours des vingt derniers jours, quatre des 1000 victimes étaient des professionnels de santé, comme 14 des 6 000 blessés.

Les avions de l'armée israélienne et les tanks ont également frappé des quartiers résidentiels, des écoles et des refuges. L'ONU estime que 74 pour cent des victimes sont des civils

Sous la menace des bombes, des médecins comme Bassel Abuward, Belal, Saeed Kanafany et Mads Gilbert accomplissent des miracles dans le plus grand hôpital de Gaza, l'hopital Al-Shifa. 

A l'instant, à Gaza, un bébé né d'une mère décédée,  tuée par l'armée israélienne. UNE VIE NEE DE LA MORT

Des centaines de personnes viennent chercher de l'aide à l'hôpital Al-Shifa, écrit le bulletin de l'ONU sur Gaza  le 20 juillet :

La situation ne pourrait pas être plus dramatique pour le secteur de santé laminé de Gaza avec ce nouveau conflit qui ne fait qu'ajouter au fardeau supporté par des médecins et un personnel médical débordés. 

Il s'agit là de la troisième guerre en cinq ans et demi subie par les habitants de Gaza. Comme durant les précédentes, les femmes, hommes et enfants ne peuvent fuir nulle part. La bande de Gaza est densément peuplée, et le blocus imposé depuis sept ans par les Israéliens signifie que les déplacements de personnes vers et de Gaza restent virtuellement interdits. 

Les médecins de l'hôpital surpeuplé de Al-Shifa sont témoins d'une immense tragédie. De multiples personnes sont soignées sur le même lit dans les salles d'urgences.  Des nouveaux nés à risques meurent faute de soins adéquats.

Israël tente de détruire le futur de Gaza en tuant la plupart de nos enfants et en rendant les autres invalides  pic.twitter.com/KlP3BPJMBJ

Durant une journée particulièrement sanglante lors de l'offensive contre Shejaiya, l'un des quartiers les plus peuplés de Gaza, le correspondant de la chaine NBC a tweeté ceci depuis Shifa :

En 13 ans, je n'ai jamais vu ou senti la mort comme je l'ai vue et sentie sur les corps tirés de Shejaiya jusqu'à la morgue de Shifa aujourd'hui.

Les médecins ne sauvent pas seulement des vies, ils racontent aussi l'ampleur de la tragédie de Gaza au monde, en tweetant entre deux tours de garde ce qui s'est passé aux urgences et ce qu'ils voient des destructions durant leurs trajets entre domicile et travail. 

@BelalMd12

Blogueur et médecin, Belal tweete depuis le compte @Belalmd12 quand il n'est pas de garde à l'hôpital, et sous les bombes. Il est apparu sur la chaine indépendante américaine Democracy Now et a écrit un post bouleversant pour le site Electronic Intifada, un site d'information consacré à la Palestine et aux Palestiniens. 

Des dizaines de corps sont arrivés à l'hôpital al-Shifa de Gaza, où j'étais de garde cette nuit-là. Certains sont arrivés en morceaux, certains décapités, certains défigurés à ne pouvoir les identifier, même si encore vivants, et respirant encore.  […] Le personnel médical a eu de la chance de pouvoir faire une pause de moins d'une demi-heure. Certains regardaient les flammes et les bombes qu'Israël faisait pleuvoir sur les quartiers Est de Gaza-Ville, d'autres refaisaient le plein d'énergie avec du café, ou s'allongeaient par terre pendant quelques instants. 

Voici quelques un de ses tweets :

Ma garde s'est achevée à 9 heures ce matin, et je peux tweeter autant que je le désire, aussi longtemps que je suis toujours vivant, naturellement.

Un homme est transporté à l'hôpital. Le médecin découvre qu'il s'agit de son fils. Il prend une dernière photo.

Il leur disent d'évacuer, et ils les ciblent quand ils le font. Israël vient juste de frapper une école de l'ONU où les gens s'étaient réfugiés.

Le porte-parole de l'IDF se vante, dit que 120 bombes sont tombées sur Alshujaeya, chacune contenant une tonne d'explosif. Sauvegardez ce tweet pour la Cour Pénale Internationale.

La Croix Rouge a lâché les gens et cessé de répondre au téléphone. Pour quoi êtes-vous là alors ? Pour organiser des pique-niques ?

 Quand quatre jeunes garçons palestiniens ont été touchés et tués par des armes aériennes israéliennes sophistiquées, alors qu'ils jouaient sur la plage, il a tweeté : 

8 de leurs courtes années sur cette terre ont été vécues sous le siège. Ils n'ont jamais eu l'occasion de voir le monde ; le monde ne s'en est jamais soucié et n'a pas attendu.

C'est l'hôpital de Beit Hanoun, il a connu le même sort que l'hôpital européen de Gaza, l'hôpital Al-Aqsa et l'hôpital Al-Durra pic.twitter.com/5prKX22ezf

 

@DrBasselAbuward

Le Docteur Bassel Abuward tweete des photos des hôpitaux, des environs dévastés de Gaza-ville et retweete des messages de solidarité et de soutien venus du monde entier. 

Des milliers de gens manifestent pour Gaza à Chicago aujourd'hui, merci

Je me souviens avoir été choqué par la dévastation en Syrie. Mais ce que j'ai vu aujourd'hui à Gaza était pratiquement la même chose

Un père et son fils sont allés voir ce qui était arrivé à leur maison et ont trouvé ceci!!!! Une photo qui vaut mille mots

La PIRE expérience de ma vie a été d'annoncer à une mère qui cherchait ses enfants qu'ils était tous MORTS

L'hôpital pédiatrique d'AlDurrah, gravement endommagé par des frappes aériennes proches hier, 30 blessés, 1 mort

En raison du grand nombre de blessés, il y a plusieurs patients soignés sur le même lit. DES ENFANTS, encore

 

@DrSaeedKanafany

Dr. Saeed Kanafy tweete sur les tragédies et les réalités que le personnel médical affronte. 

Le secouriste Mohammed Al Abadlah est maintenant dans les mains de Dieu (comme je l'ai dit, toutes les lignes rouges sont franchies)

L'hopital de Beit Hanoun est bombardé en ce moment. Israël franchit toutes les lignes rouges, même les hôpitaux

C'est comme ça que les médecins à Gaza boivent de l'eau

"The moment you see Doctors crying , Is the moment when you realize all red lines have been crossed" @DrBasselAbuward

“Quand vous voyez les médecins pleurer, vous réalisez que toutes les lignes rouges ont été franchies” @DrBasselAbuward

Les Etats-Unis finance l'armée d'Israël à hauteur de 3,1 milliards de dollars en coopération militaire, chaque année. Chaque fois que l'armée israélienne lance une offensive destructrice et meurtrière sur Gaza  – celle-ci est la troisième en six ans – l'UNRWA, une agence humanitaire de l'ONU financée par les Etats-Unis, en gère les conséquences. 

Docteur Mads Frederick Gilbert

Le médecin norvégien Mads Frederick Gilbert, qui travaille avec Bassel, Saeed et Bilal à Al-Shifa, a publié une lettre ouverte au Président Obama le 17 juillet. Elle est depuis devenue virale et a a été republiée par de nombreux sites :

‘M. Obama, avez-vous un coeur ?
Je vous invite. Passez une nuit. Rien qu'une nuit, avec nous, à Shifa. Déguisé en homme de ménage, peut-être.
Je suis convaincu, à 100%, que cela changerait le cours de l'Histoire.  
Personne avec un coeur ET du pouvoir ne peut sortir d'une nuit passée à Shifa sans être déterminé à mettre fin à la boucherie des Palestiniens. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site